J'aime ma boite, elle non plus…


Un titre et tout un programme !

Je viens tout juste de recevoir un ouvrage intitulé « j’aime ma boîte, elle non plus ».

Quand on lit le sujet et que l’on prend rapidement connaissance avec les auteurs(Président de Dynergie et d’Altédia – Cogef pour l’un et Ancien chef économique du Figaro pour l’autre), on ne peut être qu’intéressé !

Le pitch ?

« De nombreux DRH présentent les Hommes comme la richesse de leur entreprises. Mais au-delà des mots, qu’en est-il vraiment ? En réalité, depuis une dizaine d’années, les cadres n’ont pas franchement l’impression de bénéficier de la même écoute et de la même protection qu’autrefois de la part de leur entreprise. Ils lui consacrent toujours plus d’énergie, de temps, parfois au sacrifice de leur entourage et de leur santé. Pourtant, jamais ils n’ont eu autant de mal à adhérer. Peu à peu, au fil des modes managériales, et des révolutions technologiques, ils ont perdu leurs repères. Pour la première fois, un livre- fondé sur les regards croisés d’un chef d’entreprise et d’un observateur de la vie économique, décortique en profondeur ce malaise.

Dans leur essai, « j’aime ma boite, elle non plus », Patrick Levy- Waist et Yves Messarovitch ne se contentent pas de comprendre les cadres, d’analyser leurs désarrois et leurs difficultés à évoluer dans un environnement incertain et sous contrainte financière. Ils ont pour ambition de les aider à s’en sortir , à y croire à nouveau. Bourré d’anecdotes et de cas concrets, replaçant l’Homme au cœur de l’analyse, l’ouvrage propose aux cadres de nouvelles pistes de réflexion. Car selon les auteurs, tous les signaux indiquent que l’homme aura le dernier mot. Qu’elle le veuille ou non, l’entreprise de demain sera humaniste ou ne sera pas ».


J’ai commencé cet ouvrage ce WE, et il tient ses promesses, c’est tout simplement passionnant !

Je vous en dirais un peu plus quand je l’aurais terminé mais d’ici là, pour en savoir un peu plus, je vous invite à vous rendre sur le blog créé pour l’occasion.

2 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters