Faut-t-il interdire Facebook et consort au bureau ?

En général ma réponse à cette question est plutôt rapide : "de toute manière les gens vont y accéder par leur téléphone et cela va prendre encore plus de temps". Mais les analystes de Forrester sont allés beaucoup plus loin que cette phrase pour le moins expéditive et sont rentrés dans le détail afin d'expliquer (et vous vous en doutez) pourquoi il faut laisser l'accès à ces sites ou services en cloud (Skype, Dropbox, Google doc…). Alors évidemment, cela met en danger la sécurité des informations, voire même la sécurité système de l'entreprise et on comprend facilement pourquoi les Directeurs IT se refusent à laisser rentrer tout et n'importe quoi sur "leurs serveurs". Seulement, ils ont prouvé qu'en donnant la possibilité aux salariés d'utiliser les services qu'ils ont à la maison, cela permettait aux personnes d'être plus autonomes mais surtout de trouver des solutions peu onéreuses à des vraies problématiques (clients ou autres) voire de développer le business et de faire des économies. Ainsi, ils ont posé 2 questions à des salariés : 1. Est-ce que vous vous sentez  valorisés (empowered) ? 2. Est-ce que vous agissez avec toutes vos ressources possibles ?

Il y a, selon Forrester, 4 catégories d'employés : 1. Les affranchis : Ils représentent 36% des salariés interrogés et même s'ils ont accès, ils n'utilisent pas ces services, ne se sentent pas particulièrement responsablisés ou valorisés pour résoudre des problèmes. Ils essaient simplement de faire le boulot. C'est rarement d'eux que provient l'innovation.

2. Les électrons libres utilisent mais ne se sentent pas appuyés pour autant. ils sont ainsi 25% à utiliser ces technologies au travail pour résoudre des problèmes mais leur entreprise ne les y aide pas et n'y entend pas grand chose. La résultante est que cela profite peu à l'entreprise

3. Les impliqués : ils essaient de rendre des services avec les moyens qui leur sont donnés mais le fait qu'ils soient totalement bloqués au travail pour utiliser des services web les empêche d'aller plus loin, plus vite, plus intelligemment. Les impliqués représentent 34% des salariés.

4; les HERO sont impliqués, reconnus et inventifs. Ainsi, 17 % des salariés se sentent responsabilisés et innovent dans leurs entreprises grâce à ces applications tiers.

Evidemment il y a des différences entre les pays et en France nous n'avons pas beaucoup d'HERO mais plus de personnes qui se disent impliquées. De la même manière il existe des différences entre les secteurs d'activité et ainsi on voit naturellement les personnes des médias et de la high tech se sentir particulièrement impliquées et reconnues. C'est également le cas pour les personnes travaillant dans les secteurs de l'eau ou des télécoms.

Il semble évident (et le rapport le confirme) que la productivité s'en trouve améliorée et la créativité et l'expérimentation également ! Cela va également dans le sens du télétravail. C'est vrai que de mon coté je le pratique de plus en plus sans que cela ne nuise à ma productivité, voire le contraire car je travaille plus tard. Les entreprises n'y sont majoritairement pas forcément très favorables mais je pense qu'il y a effectivement beaucoup à gagner de ce coté là.

Pour plus de détails, je vous invite évidemment à découvrir l'intégralité du rapport.

2 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters