Le gender marketing ou la segmentation produit par sexe


En lisant emarketing je découvre cette nouvelle expression qu’est le « gender marketing ». Rien de compliqué en fait puisqu’il s’agit de segmenter les produits par le sexe.

A l’heure où dans notre société de consommation nous sommes complètement envahis par des produits multiples et divers, on parle effectivement de plus en plus de micro segmentation afin de correspondre au mieux aux besoins d’une cible précise (plus simple à cibler en terme de communication et donc plus à même à acheter vos produits à priori). Bien souvent il s’agit d’ailleurs, d’une adaptation afin de pouvoir communiquer différemment et de manière plus pertinente. A cet effet Marketing Magazine a d’ailleurs fait une étude en partenariat avec Ipsos pour savoir ce qu’en pensaient les consommateurs. A priori le concept n’accroche pas : – 60% des personnes interrogées pensent que des produits segmentés par sexe ne répondent pas à une demande produit. – Seulement 20% des consommateurs ont déjà acheté ce type de biens – Coca Zéro qui est un produit typiquement façonné pour les hommes est plus acheté par les femmes…

Cependant, comme pour hier, il faut nuancer par les âges car : – 48% des moins de 35 ans pensent que ces produits sont pertinents – Parmi les 20% de consommateurs qui achètent des biens segmenté par sexe, 66% ont moins de 35 ans – Parmi les 80% qui n’ont jamais acheté ce type de produit, 29% se disent malgré tout intéressés

On peut alors légitimement se demander pourquoi les consommateurs sont sensibles à ces techniques marketing :



Il ne s’agit donc pas d’affirmer sa sexualité (ca aurait pu faire peur) mais plutôt de trouver un produit qui correspond précisémment à ses besoins.

Il semble donc clair que l’avenir est à une segmentation plus fine car les consommateurs deviennent de plus en plus fins dans leur demande. Après, aller jusqu’à créer un nom comme le gender marketing, je trouve que le pas est un peu grand mais bon… Quoiqu’il en soit, ce qui est assez rigolo, c’est qu’il y a une seconde tendance d’un retour aux sources, qui elle va presque en sens inverse !

Cela laisse un champs assez vaste aux marketers en herbe en tous cas !

4 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters