Le poids d’internet dans la décision d’achat



Je viens de lire une étude particulièrement intéressante de Natixis sur l’évolution du média TV. On y lit en particulier que le problème pour la télévision est triple :Une audience qui stagne Une fragmentation des médias – Un poids dans la décision d’achat qui se relativise de plus en plus Dans cette équation difficile, les chaînes de télévision doivent malgré tout créer de la croissance pour leurs actionnaires, ce qui se résume par augmenter les prix dans la majorité des cas. Je ne vais pas vous refaire le schéma mais clairement vendre de plus en plus cher un medium de moins en moins efficace, ce n’est pas simple… En parallèle, Internet ne cesse de progresser et d’ailleurs, une étude menée par Cap Gemini démontre qu’en 2007 82% des personnes interrogées allaient chercher de l’information sur Internet avant d’acheter une voiture (ils étaient presque 5 fois moins il n’y a que 5 ans…) Cependant, je voudrais m’arrêter sur une phrase de l’étude qui est m’a interpellé et que je trouve intéressante : « ce constat ne peut pas s’extrapoler aux produits de grandes consommation ». Cela peut sembler logique mais moins l’achat est impliquant, moins on recherche de l’information – par conséquent les média de masse comme la télévision sont particulièrement pertinent pour cette typologie de produit pour lesquels la notoriété seule permet de vendre plus. Toutefois, 51% de la croissance des dépenses sur Internet est due à la baisse des investissements sur les autres média et l’étude publie d’ailleurs un tableau d’une étude européenne de l’eiaa qui montre de quelle manière les annonceurs redistribuent les cartes.

6 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters