Question ouverte : comment les sectes peuvent utiliser les médias sociaux ?

Samedi je me suis offusqué sur Twitter en voyant que l’église de scientologie s’était lancée sur Twitter et avait décidé de suivre mon flux (pour le moment l’antenne française suit 148 personnes et est suivie par à peine une vingtaine de curieux (je suppose)). Cela m’amène finalement à la question que je pose dans mon titre. Ceci est une question ouverte, car je n’ai pas forcément la réponse et vous invite donc à rajouter votre pierre. D’ailleurs ici, je concentre mes 3/4 idées sur Twitter. A mon sens, il y a plusieurs utilisations possibles, quasi comme pour une entreprise : 1. Fidélisation : garder une certaine emprise sur les membres en leur envoyant des messages au quotidien, en réagissant sur ce qu’ils disent…Jouer sur la proximité. 2. Conquête : en suivant ce que disent un certain nombre de personnes, ils peuvent suivre les sujets les plus sensibles et donc se positionner dessus très rapidement (comme les journalistes le font mais de manière différente). L’idée n’est donc pas forcément de recruter les personnes présentent sur Twitter (quoique par effet de bord pourquoi pas) mais surtout d’être bien présent sur les bons sujets, ceux qui arrivent et sont sous-jacents. 3. Conquête toujours : se donner un visage humain, et démontrer qu’ils sont « comme nous ». Par exemple, ce message posté par eux samedi : « nous aussi on regarde l’Eurovision ». Jouer sur l’authenticité. 3. RP : bon et si on délire un peu on pourrait imaginer qu’ils puissent faire des RP genre : « les 100 premiers à retwitter ce message rencontreront Tom Cruise à NYC » (ben quoi ?).

C’est évident qu’ils allaient y venir d’une manière ou d’une autre et je trouve bien qu’ils le fassent à visage découvert d’ailleurs. Cela dit, il y a peut être également des membres (présents sous leur nom propre) qui vont essayer de recruter des âmes faibles à travers ces nouveaux réseaux, cela peut aller très vite et leur faciliter le travail, vous ne croyez pas ?

4 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters