Quand la banque fait face à la révolution mobile

 Le mobile ne cesse de me surprendre, nous avons attendu tellement de temps avant que cela ne décolle et maintenant, j'ai la sensation que tout va très vite.

Dans la gestion de son argent aussi…

Déjà 20% des internautes en Europe utilisent leur mobile pour accéder à leur compte – même si cela concerne principalement (encore) des notifications par sms, cela signifie que cet usage est désormais devenu grand public.

Ainsi, 14% utilisent le SMS, 9 % les sites mobiles (en particulier en Espagne et en Suède) et seuls 5% utilisent les applications (France et Suède majoritairement).

Etonnement, le pays qui se démarque par le non usage, est la GB avec 2% qui utilisent leur mobile pour accéder à un service bancaire (peu d'offres de la part des banques).

L'étude de Forrester sur laquelle je m'appuie pour rédiger cet article a interrogé 43 banques de détail en Europe et, il en ressort que la quasi intégralité d'entres elles proposent des services mobile désormais, du plus basique (notification SMS) au plus avancé (applications sur les différentes plateformes accessibles).

De manière assez logique, les banques proposent de plus en plus de services via mobile mais surtout, elles envisagent de développer de nouveaux usages par ce biais et c'est évidemment la partie intéressante.

Le plus basique étant la capacité de localiser les distributeurs d'argent, mais surtout, et c'est l'avenir, la capacité de payer avec son mobile (d'ailleurs des rumeurs sur l'intégration du NFC (paiement sans contact) dans le prochain iPhone vont bon train. ) jusque parfois, comme la Caixa, a intégrer des services de shopping (cinéma, bus…) directement dans leurs applications.

La Barclays par exemple a lancé une application iPhone en février dernier (Pingit) permettant d'envoyer de l'argent par sms.  Afin d'expliciter un peu, il s'agit en fait d'envoyer un code par sms, code permettant d'accéder à la somme sur n'importe quel terminal, sans même une carte de paiement.

Sur un autre terrain, la Société Générale, en France, propose de gérer son budget mensuel avec une petite jauge qui vous permet de savoir si vous êtes encore dans les clous.

On comprend que les banques s'activent tant la croissance attendue des smartphones est forte (de 34% cette année, on devrait atteindre 67% des utilisateurs de smartphone fin 2016) et l'usage de l'Internet mobile également nécessairement (54% des utilisateurs de mobile).

Cet usage (simple, immédiat), comme pour les autres secteurs, devrait naturellement déplacer une partie des actions faites classiquement en ligne ou au guichet.

Mais surtout, on a vu les banques se faire de plus en plus challenger sur le paiement mobile avec des services comme Izettle en Europe, Google Wallet ou encore Square aux U.S.

Ors, la banque en ligne est évidemment la 1ère pierre vers le paiement mobile, il est donc indispensable pour les banques de se positionner clairement.

Compliqué néanmoins pour les banques d'aller vite alors qu'historiquement, c'est un marché peu dynamique. Pourtant avec la concurrence d'entreprises telles que Apple ou Google, impossible de ne pas se bouger rapidement, surtout que les attentes consommateurs sont de plus en plus fortes.

Cela peut paraître simple mais les contraintes sont fortes ! D'ordre sécuritaire tout d'abord bien sur mais aussi en terme de coût (en particulier sur de la data mobile) pour les usagers, ou plus basiquement  la fragmentation des plateformes, le développement des applications ET du web mobile.

La longue présentation de Forrester propose d'ailleurs une méthodologie en 4 étapes  pour guider sa stratégie : People / Objective/ Strategy/ Technology.

Mais je vous laisse découvrir tout cela dans le rapport (payant malheureusement) vraiment dense de Forrester.

0 vue

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters