Publicité intrusive: de l'inefficacité au contre productif



Parfois on peut la passer, parfois on ne peut pas…

D'autres sites comme Canal Plus sont encore plus vicieux puisque si vous coupez le son ou si vous changez d'onglet la pub se met en pause et donc votre programme ne démarre pas.

Certains me diront que c'est logique, qu'il faut bien gagner sa croute et que la pub doit se faire d'une manière ou d'une autre mais sincèrement ces pubs intrusives ne fonctionnent pas pour moi, voire elles sont contre productives car j'ai tendance à détester la marque qui me dérange et m'oblige à lui prêter de l'attention de cette manière (imaginez ma réaction sur un mobile).

2 éléments :

1. Le contenu : parfois quand la publicité est bonne, cela ne me dérange pas voire je regarde avec plaisir (mais c'est rare).

2. L'intrusion poussive ….

Même si je ne suis évidemment pas représentatif de la population française, de ses usages du web ou autre (d'ailleurs votre avis m'intéresse), je trouve néanmoins cela intéressant qu'une publicité puisse être contre productive. Investir pour être détesté, c'est un nouveau paradigme…

Le web étant ce qu'il est, des solutions pour éviter ces publicités commencent à arriver comme pubcatcher ou Greasemonkey (add on de Firefox et Chrome pour Youtube).

Dans ce cadre, je vous présente Adtrap, une toute nouvelle solution sortie sur Kickstarter.

Adtrap est un boitier que vous placez sur votre modem et qui supprime toutes formes de publicités disponibles online : les pages s'affichent plus vite, cela fonctionne sur tous vos appareils puisque le boitier est placé à la source et comme c'est open source, on imagine bien que le logiciel dans le boitier évoluera en fonction des solutions proposées par les médias. 


L'important dans tout cela est de comprendre ce que cela signifie pour les marques mais aussi pour les supports.

Changer de modèle pour être beaucoup plus dans un marketing de l'attention en créant un contenu qui le mérite ou qui est utile pour les consommateurs. Véhiculer des valeurs, faire sourire, informer, tout cela peut être considéré comme du contenu à valeur ajoutée. Tout cela n'est pas nouveau d'ailleurs et il y a beaucoup de littérature sur le sujet d'ores et déjà, je ne m'étendrais donc pas.

2 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters