Ma lecture de l'avant dernière chance de Caroline Vermalle

L’avantage des vacances c’est [entre autre] qu’on a du temps pour lire. J’ai donc profité de mon petit voyage au Maroc pour lire le roman de Caroline Vermalle, l’avant dernière chance, qu’elle m’a gentillement envoyé. Bien sur, le fait qu’il ait reçu le prix du nouveau talent 2009 de la fondation Bouygues Telecom a suscité ma curiosité même si je me méfie toujours de ce genre de prix comme des bestsellers (souvent un critère de médiocrité)… Mais ici, l’histoire est assez originale car elle nous place dans la peau d’un vieux et nous projette dans sa peau : et oui un jour aussi on sera vieux [enfin j’espère] et comment verra-t-on le monde alors ? Histoire de vie, histoire de cœur, doutes et autres bonheurs. Tout cela est rehaussé par une relation avec sa petite fille qui permet de voir la scission mais aussi l’union possible entre les générations. Je pense que vous ne regarderez plus vos grands parents de la même manière par la suite… Un livre qui m’a touché, peut être aussi parce que je vieillis et que je réalise que je ne suis plus un « djeuns » déjà et que je vois parfois des regards se poser sur moi (bon surtout dans les soirées ultra hype ou les djeuns sont ultra looké et sont dans le « 100% attitude », ce que j’ai dépassé depuis un petit moment heureusement mais du coup les djeuns, ils jugent, ces blaireaux). Bref, je vous invite à découvrir ce roman en tous cas. Et alors, le hasard faisant bien les choses, je viens tout juste de recevoir le dernier livre de William Réjault intitulé « Maman, est-ce que ta chambre te plait? – survivre en maison de retraite ». Je le lis très vite pour vous en parler.

3 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters