Les données sociales sont un art pas une science

Soyons honnête, cette phrase n'est pas de moi mais de Nate Elliot de Forrester. J'avais eu l'occasion de discuter de ce sujet avec lui directement et il est vrai qu'aujourd'hui même si peu de marques ont encore véritablement adopté un outil de veille, la plupart ne s'en servent pas de la manière la plus adéquate. Souvent le web social et donc sa veille sont considérés afin d'avoir une vue globale de sa marque ou alors de comprendre l'efficacité de ses campagnes…. Loin d'être représentatif,  le web social comme on l'a dit mille fois est surtout une mine d'informations précieuses pour tout marketers. Hors, comme le remarque Nate, seuls 37% des personnes qui ont accès aux "données sociales" sont des marketers… Par ailleurs, généralement les médias sociaux ne sont utilisés qu'au jour le jour sans vraiment cumuler de l'information pertinente et d'ailleurs, les plateformes sont rarement construites pour se faire malheureusement. Nate envisage donc 5 manières dont les données sociales pourraient être utilisées :

1. Développer du contenu pertinent Evidemment écouter les communautés ciblées (sans forcément se centrer sur la marque) est une excellente manière de comprendre les sujets qui vont faire échos à ces dernières.

2. Etre une source pour les créatifs Si on prend l'exemple de Sneakerpedia (réseau social développé par Footlockers autour des amoureux de la basket), les données générées par les membres peuvent tout à fait aider les départements créatifs afin de proposer les chaussures qui vont plaire.

3. Améliorer un plan média En découvrant tout simplement des espaces de conversations en ligne. Parfois ces discussions seront très verticales mais du coup, il sera d'autant plus facile de faire des pubs tactiques et efficaces. Cela pourrait se révéler plus efficace qu'un grand portail très généraliste.

4. identifier des influenceurs Je pense que vous êtes habitués à cet item, pas besoin d'insister. Toutefois, il reste intéressant de voir que 11% des internautes ont créé 80% de la visibilité du contenu social l'année dernière aux US.

5. Réagir en temps réel Afin de connaître l'évolution de l'image d'une marque, de la relation qu'elle entretient avec ses consommateurs, les études dîtes "classiques" sont beaucoup plus appropriées.

Au final et comme le titre laisse le supposer, le web social n'est pas l'endroit rêver pour comprendre l'évolution de la relation entre la marque et ses publics car il n'est pas représentatif, ne reflète généralement que le très positif ou le très négatif. Les études dîtes "classiques" sont beaucoup plus efficace pour se faire…A chaque outil son usage.

2 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters