Les 3 nouveautés qui vont révolutionner le Community Management

Voilà plus de 5 ans que j'ai ouvert ce blog et je constate de manière très empirique comment les gens utilisent ces nouveaux supports. En 2005, on allait sur les sites de manière régulière pour voir si le contenu avait changé, il y avait une vraie implication, on utilisait alors sa "blogroll". Puis avec les aggrégateurs de flux RSS comme Netvibes, plus besoin d'aller sur les blogs, on avait directement leur mise à jour, ce qui correspondait bien au besoin puisqu'entre temps le nombre de blogs avait crû de manière exponentielle. A cette époque les gens laissaient des commentaires quand ils trouvaient l'article intéressant, voire ils faisaient une note en le reprenant (que de backlink à cette époque) ! Ce n'est pas de la nostalgie, je constate simplement.

Twitter a révolutionné notre manière de prendre connaissance, de montrer que l'on s"intéresse… On twist et Retwitte…mais à l'heure du temps réel, est-ce que les gens prennent le temps de lire quand même ? J'ai comme l'impression que Twitter, c'est le royaume du "titre qui claque" peu importe le fond.

Ca me fait un peu froid dans le dos j'avoue…Pourquoi RT un article que l'on a pas lu ? Réponse A – Juste pour montrer à ses followers qu'on s"intéresse et qu'on fait une veille de dingue ? Réponse B : Pour se faire remarquer de la personne que l'on a RT ? Réponse C : Dans une sorte de communion communautaire (autrement dit : pour faire comme tout le monde) ?

Cette note est un test, j'ai envie de voir combien de personnes vont la retwitter sans même prendre connaissance de son contenu. D'ailleurs, ceux qui me connaissent savent bien que je n'aurais jamais fait une note "les 3…". J'espère me tromper et que les gens retwitteront cette note (ben oui quand même) avec un titre en cohérent (genre : les gens lisent-t-ils vraiment sur twitter ?) mais bon on va voir…

PS : je me suis aussi fait plaisir dans l'url aussi tant qu'à faire

2 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters