La psychologie du partage ! Pourquoi les personnes partagent en ligne ?

Dans la mesure ou je suis plutôt naturellement porté vers les sciences humaines, cette étude (quali et quanti) commandée par le New York Times m'a tout de suite intéressée. Evidemment le partage n'est pas un élément nouveau, il est simplement décuplé par les outils qui sont aujourd'hui accessible en ligne. On partage désormais plus de contenus, de plus de sources, à plus gens, plus souvent et plus rapidement. Selon l'étude, il y a 5 raisons principales pour partager que j'ai remis en 4:

1. Pour amener du contenu pertinent à d'autres : Pour 85% des personnes interrogées, lire les réponses à leurs statut/tweet, leur permet de mieux comprendre et d'approfondir leur réflexion. C'est donc un outil pour améliorer sa vision. Pour 94% des interrogés ils essaient de poster du contenu utile pour le public "ciblé" et de ce fait essaient "d'enrichir" la vie des personnes autour d'eux.

2. Pour aider les autres à mieux nous connaître Mais évidemment et même si le pourcentage est plus faible, 68% avouent malgré tout qu'il s'agit d'aider les autres à mieux comprendre qui ils sont dans la réalité. On rentre donc dans la mise en avant de soi en essayant, comme le dit l'un des interrogés, de renforcer l'image qu'ils ont envie de présenter.

3. Pour son estime personnelle et défendre des causes : Dans la lignée de ce dernier chiffre, en partageant du contenu qu'ils jugent utile, les personnes se sentent elles même utiles et pensent pouvoir servir ainsi des causes auxquelles ils sont attachés. C'est donc bon pour l'estime de soi.

4. Pour développer et nourrir ses relations La démarche de partage est aussi motivée pour créer du lien social car en partageant du contenu en ligne, on permet de rester connecter avec des personnes qu'ils n'ont pas d'autres moyens de contacter (pour 78% des répondants).

Il y a évidemment plusieurs typologies de personnalités, l'étude en décompte 6 : – Les altruistes  : partagent pour aider les autres – Les carrieristes : partagent pour développer leurs réseaux et leurs idées – les Hipster : le partage fait partie de leur identité, surtout s'ils sont les 1ers sur l'info – Les boomerangs : partagent pour chercher la controverse et donc la réaction – veulent être perçus comme des personnes engagées et provocantes – Les connecteurs : partagent pour les bons plans et mettre en relations des personnes – Les sélectifs : partagent uniquement de manière spécifique du contenu pertinent aux bonnes personnes.

Comme le rappelle l'étude, quand vous créez du contenu, il faut donc intégrer ces éléments afin d'assurer un partage maximum évidemment. Dans un premier temps, prendre en considération que ce contenu doit permettre aux consommateurs de se connecter entres eux et pas seulement avec votre marque. Par ailleurs, il faut que ca soit simple, que l'on vous fasse confiance, qu'ils sentent l'urgence dans le partage. A noter par ailleurs que l'email reste toujours le médium numéro 1 du partage (je pense que c'est important de le rappeler à l'heure des médias sociaux) et que plus important que le partage, c'est ce que vous allez faire avec les insights que vous allez ainsi récupérer suite aux commentaires que les internautes pourraient mettre en accompagnant le partage de l'information….

1 vue

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters