La politique et le web 2.0



Non je ne vais pas vous dire pour qui je vais voter en 2007, je ne le sais même pas moi-même et puis je ne suis pas sur du grand intérêt du sujet.

Je réagis plutôt à un article paru sur le Monde il y a 2 jours (envoyé par mon pote Ludo) où il est question d’une vidéo d’un politicien faite en campagne puis diffusée sur YouTube.

Ainsi, le sénateur républicain de Virginie George Allen s’en allait vers une réélection tranquille, jusqu’au jour où il a traité de « macaque » une personne de l’assemblée qui était là pour le parti démocrate. Il s’avère que cette personne était effectivement la seule personne à ne pas être blanche.

Pour le malheur de ce sénateur, cette personne était en train de filmer le discours du sénateur. Il a donc publié cette vidéo 3 jours plus tard sur YouTube. Celle-ci a été largement relayée sur Internet puis dans la presse écrite, à tel point que malgré les excuses du sénateur, sa carrière politique s’est quasiment éteinte d’un seul coup.

Ceci n’est qu’un exemple, mais comme le souligne l’article, les politiciens doivent être de plus en plus vigilants car ils ne sont jamais à l’abri d’une caméra ou d’un micro. Cela était vrai par le passé avec les journalistes (avec malgré tout une déontologie et un lobbying fort auprès des chaînes de TV) mais désormais que tout le monde peut diffuser très simplement du contenu sur Internet et le faire partager au monde entier, ils doivent intégrer que chaque faux pas peut se retrouver très rapidement sur la toile.

En France, nous l’avons tous vu, les politiques ont bien compris l’enjeu des blogs et plus généralement de l’Internet 2.0, mais maintenant que la pression va monter, je suis curieux de voir comment Internet va interférer dans les prochaines élections.

0 vue

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters