La crise de Facebook, symptomatique de son désamour

Vous n'aurez pas manqué de remarquer qu'hier, tout le monde ou presque, les médias les premiers, a diffuser un message expliquant que les messages privés de 2007 à 2009 sur Facebook avait été mis à disposition de manière publique sur les profils publics.

Que ca soit vrai ou faux (Facebook dément avec force), ce que je trouve intéressant c'est plus d'analyser les raisons de cette crise.

1. La viralisation de l'information : tout va de plus en plus vite. Les médias ont tiré extrêmement vite sur l'ambulance sans pouvoir véritablement vérifier l'information, ce qui a pour conséquence, d'avoir crédibiliser l'information auprès des internautes ("si c'est dans le Monde, ça doit etre vrai…")

La vitesse de l'information est telle qu'il est parfois compliqué pour les journalistes de faire une enquête poussée sur un sujet tel que celui là ou il faut savoir être réactif.

2. La chute des frontières: l'information diffusée en France est assez rapidement arrivée dans les médias américains et a donc généralisé la crise. S'il était nécessaire de le vérifier les médias français peuvent avoir de l'influence outre atlantique.

3. La place prépondérante de Facebook : Près d'1 milliard de membres plus tard…Facebook est partout chez les internautes et est largement utilisé, on comprend donc que ces derniers prennent peur lorsqu'une information comme celle là sort dans la presse.

Si Facebook a raison (je suis moi même surpris de voir les messages que des personnes ont pu partager avec moi sur mon profil public (numéro de mobile, adresse personnelle…)),  cela signifierait donc que les internautes ne se rendent pas compte de la sensibilité des informations partagées sur le réseau social…ou en tous cas, ils ne réalisaient pas avant 2009. 

4. Le désamour de Facebook : je crois que c'est l'information la plus importante finalement de cette crise. Facebook est de plus en plus vu comme un "Big Brother" auquel les gens n'ont pas confiance. Personne n'attend de savoir si cela est vrai ou pas, Facebook génère du désamour et de la crainte.

Hier, on a pu lire des messages tels que "je comprends pourquoi j'ai quitté Facebook" ou "Facebook me donne encore une raison de les détester"

D'ailleurs, meme si Facebook arrive à prouver que cette information était fausse, le mal est fait (cela me fait penser à la crise de Dominos Pizza en 2009) et dans l'esprit des internautes, il va falloir se méfier d'autant plus du réseau social et de ce que l'on partage en ligne. 

C'est intéressant de voir que malgré les démentis, les internautes n'ont pas confiance et cela a beaucoup d'importance pour la compréhension de l'avenir de Facebook.

L'entrée de bourse a déjà fait beaucoup de mal à Facebook et de nombreux spécialistes voient déjà Facebook glisser vers une nouvelle vie qui pourrait être comparée aux pages jaunes, c'est à dire un endroit où il faut être présent mais plus vraiment celui où l'on partage des informations personnelles.

6 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters