L’influence du bouche à oreille analysée


Vous avez sans doute entendu parlé de l’étude d’Ipsos sur le pouvoir économique des blogs, et la puissance de ce nouveau média qui permet, entre autre, de maximiser le bouche à oreille.

En relation directe, le groupe Keller Fay vient de sortir une étude sur l’influence du bouche à oreille dans la consommation des marques.

Cette étude qui s’intéresse exclusivement au marché américain est la première du genre et ne se limite pas simplement qu’aux blogs ou à Internet mais plutôt au phénomène dans sa globalité.

Il en ressort qu’aux US 15% des consommateurs sont des leaders d’opinions et suscitent 1,5 fois de plus conversations que les autres. Ils sont ainsi à l’origine de 1, 5 milliards de mentions de marques par jour.

Les « catalyseurs de conversations» (comme les nomment l’institut) interviennent surtout dans des discussions en face à face (à 72 %) et pas forcément sur Internet.. Cependant, eux même tirent principalement leurs informations d’Internet.

2 autres informations particulièrement intéressantes ressortent de cette étude :

1/ Les femmes sont plus sensibles (à 58 %) au bouche à oreille et ont plus tendance à acheter un produit (à 55%) suite à un conseil donné par une amie dont elle juge l’avis plus crédible qu’une autre source d’informations.

2/ A l’inverse de ce que l’on pourrait penser, 37% des «catalyseurs » sont âgés de 40 à 59 ans (les jeunes ne sont pas les seuls et uniques influenceurs).

Les principales industries qui sont touchées par le bouche à oreille sont les suivantes : marques de loisirs, les médias, les boissons, l’alimentation, la restauration, les affaires publiques, la grande distribution, les boutiques, l’automobile et la technologie.

Information récupérée sur Influencia

5 vues

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters