Brésil Vs Europe : 1 à 0


C'est la 3ème fois que je me rends au Brésil, 2004, 2009 et donc 2013.

De ces voyages, la première chose qui est frappante, c'est évidemment l'évolution du niveau de vie.

En 2004 alors qu'un euro valait approximativement 3,5 reals, les Européens étaient les rois du monde, je me souviens avoir survolé Rio en helicopter par exemple. Pas que j'étais particulièrement riche mais la vie était très peu cher.

Déjà en 2009, mon sentiment (et surtout mon porte monnaie) était bien différent.

Le Brésil était devenu relativement cher et malgré la forte évolution de mon salaire, je ne pouvais que prétendre à un tour en buggie…très chouette par ailleurs.

En 2013, le sentiment est tout simplement inversé. Bien sur la monnaie est un peu mieux valorisée (1 Euro= 2,5 Reals) mais les prix pour nombreux biens/services sont quasiment aussi chers qu'en France et on commence à percevoir comment différentes couches moyennes sont en train de se mettre en place.

J'étais au Portugal du 20 au 24 décembre, ce que je voyais était assez désolant: personne dans les grands magasins, personne dans les restaurants un peu chics tandis qu'au Brésil on pense déjà à acheter de la pierre à Lisbonne car c'est très peu cher.

Au Brésil, on parle beaucoup d'inégalités, de pauvreté et corruption mais dans une économie en forte croissance et les habitants avec qui j'ai pu discuter ne se rendent pas compte de la rapidité de l'évolution et ont encore parfois le sentiment que l'Europe mène le chemin en tête.

Mais, revenir en France, c'est entendre que la croissance va être de 0,3% (sans doute en récession mais on ne veut pas faire peur), on parle de pacte de croissance, de plans de licenciements majeurs…

Cela me renvoie à cette discussion que j'avais eu avec une américo-chinoise l'an dernier qui pensait que l'Europe était un musée mais qu'il n'y avait plus vraiment de business là bas.

Evidemment, elle exagérait mais malgré tout le jeu est en train de s'inverser et quand j'entends à la radio (France Info) que l'on parle encore des pays en voie de développement, je me demande dans quelle léthargie ils essaient de nous plonger.

Cela fait bien longtemps qu'ils ne sont plus "en voie" mais surtout il est évident qu'ils vont dominer le monde dans peu de temps.

Le rachat d'Arcelor par des indiens avait choqué à son époque, le fait que le Stade de France sera sans doute vendu aux Qatarii va faire beaucoup parler mais c'est sans se rendre compte que les habitants des BRIC sont en train d'acheter l'Europe et que sans leurs capitaux nous serions en faillite depuis bien longtemps.

Alors évidemment je ne suis pas économiste (et cette note est sans doute très critiquable) et pour être honnête je n'ai pas particulièrement lu sur le sujet, il s'agit simplement d'un retour d'expérience  (avec ses faiblesses et ses forces) mais quand on voit les choses n'est-ce pas pire? 

Je n'aime pas cet esprit français qui consiste à toujours dénigrer son pays et mon intention n 'est surtout pas de dénigrer mais plutôt de montrer qu'il faut se réveiller et réaliser que le monde change. Que votre plan marketing, votre plan de carrière peuvent être (éventuellement) réenvisagés…

De manière comique, il est intéressant de voir comment on essaie de sauver les meubles en France en se battant sur le #motdiese" quand on Brésil, ils mettent des hashtag en haut des building….

Quelqu'un a dit "en adéquation avec son temps?"

0 vue

Créé avec amour par Grégory Pouy

Très rarement j'envoie des newsletters