Vlan 51 Comment hacker son cerveau pour atteindre le bonheur

Mo Gawdat est un être exceptionnel! Chief Business Officer de Google X qu’il vient de quitter, il a décidé de dédier sa vie au bonheur des autres avec un objectif: rendre 1 milliard de personnes plus heureuses.
Il vient de sortir un livre  « La formule du bonheur» sur lequel nous revenons en détail dans ce podcast.
C’est une chance inouïe de recevoir Mo car ses conférences se remplissent en quelques minutes et une opportunité pour vous puisque j’ai dépensé temps et argent pour faire traduire ce podcast et le rejouer avec un comédien en français afin qu’il puisse être accessible à un maximum de personnes dans la francophonie. Vous avez donc et c’est particulier, 2 versions de ce podcast, une en V.O et une intégralement en français.

 

Voici la version originale en anglais:

Et la version en français:

Cet épisode est plus long que les autres mais j’espère vraiment que vous apprécierez d’écouter ses bons conseils car ils m’ont beaucoup aidé à comprendre le fonctionnement de mon propre cerveau.

 

Le marketing est souvent à contre emploi avec le bonheur

Vouloir être heureux est un acte naturel chez l’Homme, quoique l’on fasse, les relations que l’on construit, toutes les choses que l’on acquiert, c’est évidemment dans cet objectif d’être heureux.
Toutefois, comme le relève Mo, la logique même du marketing s’oppose avec la poursuite du bonheur.
Alors bien entendu il est essentiel de nuancer mais si l’on doit en faire une équation simple alors le bonheur est égal à la différence entre ce qui vous arrive et ce que vous espérez qui vous arrive.
Par conséquent, le principe du marketing qui consiste à expliquer aux consommateurs qu’ils n’ont pas assez ou qu’ils seraient mieux s’ils avaient tel ou tel produit ou s’ils avaient accès à tel ou tel service rend l’équation plus complexe à équilibrer.

Le bonheur peut être défini par ce contentement apaisé de ce qui vous arrive dans la vie et de ce que vous possédez.
A noter que personne n’est heureux en permanence, on peut simplement être heureux plus souvent.
Et cela doit vraiment être différencié du plaisir!
On lit régulièrement que beaucoup de plaisir génère nécessairement du bonheur mais selon Mo, c’est un mensonge.
La poursuite du plaisir est pour lui une échappée dans laquelle on se réfugie lorsque l’on arrive pas à être heureux.
Par exemple, passer une semaine très difficile au travail et aller faire la fête le WE, boire un peu trop – cela ne rend personne heureux mais pendant un moment, vous oubliez les soucis de la semaine.
Vous pensez que vous êtes heureux mais c’est simplement votre cerveau qui arrête de penser.
Cette solution ne permet pas d’atteindre le bonheur car le lendemain, la réalité vous revient.

Il en va de même pour le succès.
Nous avons tellement entendu que le succès mène au bonheur, que nous en sommes convaincus mais l’argent, le succès ou encore la célébrité ne permettent jamais d’être heureux.
Selon Mo, une fois que vous gagnez l’équivalent du salaire moyen du pays dans lequel vous vivez et que vous pouvez dormir au chaud et nourrir vos enfants, alors tout ce qui est au dessus est superflu et ne vous aidera pas dans votre quête du bonheur malgré tout ce que les marketers essaient de vous faire croire.

 

Le bonheur est un sport: il faut s’entrainer à être heureux.

Le cerveau humain est rempli de points morts qui nous empêchent de ressentir le bonheur et la recommandation de Mo est de travailler à être heureux.
De la même manière que pour être en bonne forme physique, il faut manger sainement et faire du sport un certain nombre de fois par semaine, pour être heureux, il faut faire un certain nombre d’exercices pour y arriver.

Ce qui vous rend heureux ou malheureux ce n’est pas tant ce qui vous arrive mais la manière de l’appréhender.
Ce qu’il faut comprendre, c’est le coeur de la thèse de Mo, c’est que le cerveau humain n’est pas designer à être heureux mais à survivre.

Il existe ainsi un certain nombre de points morts dont il faut prendre conscience pour être heureux plus souvent.
Le premier d’entre eux est le filtre de notre cerveau.
Ainsi, certains éléments de notre cerveau reptilien filtrent l’information afin de nous aider à survivre et dans le même temps nous rendent malheureux.
On assume, on exagère les choses pour donner à la vie une teinte qui est pire que ce qu’elle est réellement.
On filtre naturellement les bonnes informations car ce sont les mauvaises nouvelles qui vont nous permettre d’être toujours sur le qui vive et de survivre.
Le second, est que l’on assume énormément de choses afin d’essayer d’avoir une image globale de la situation qui nous permettra de prendre une décision in fine.
C’est ainsi que l’on en arrive à prédire le futur (ou à essayer) afin de se préparer du mieux possible à une situation qui nous effraie potentiellement.
Le 3ème est de regarder le passé car nos références sont nécessairement liées à nos expériences. Ainsi, si telle expérience a été négative, on va naturellement avoir tendance à penser que la suivante le sera également
Le 4eme sont les étiquettes que l’on met sur les choses ou les personnes afin de pouvoir prendre des décisions plus rapidement et ainsi se protéger d’une éventuelle attaque.
Le 5ème, est l’exagération par exemple lorsque l’on décrit une situation pire qu’elle ne l’est pour faire réagir autrui.
Le 6ème est l’émotion car quand on ne les contrôle plus alors elles jouent vraiment contre nous.
Il faut prendre conscience de ses émotions évidemment mais il ne faut pas leur donner tout le pouvoir en particulier lorsqu’elles sont irrationnelles.

 

Afin de résoudre ces différents points morts, il faut regarder la vérité en face. Il y a ainsi plusieurs vérités que Mo aborde dans son livre.
Mais aussi, apprendre à s’aimer soi totalement mais aussi à accepter ses vulnérabilités.
Cette société de la performance sur l’ensemble des domaines mènent inévitablement au manque de bonheur.
Il faut accepter que nous sommes tous largement « suffisamment bien » et cela résoudra beaucoup de mécontentements mais également de conflits entre humains car ce sont souvent des batailles d’égo qui sont en jeu plus que toutes autres choses.
En prenant ce chemin vous allez pouvoir donner.
Mais aussi de faire passer le message car c’est la seule manière d’y arriver alors diffuser ce podcast à 2 amis et demandez leur de le diffuser à 2 amis et ainsi de suite pour que le message puisse prendre de l’ampleur et toucher le plus de monde possible.

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy
Commentaires fermés.