Vlan #45 Pourquoi Los Angeles est la ville du futur aux U.S

Fabrice Nadjari est un entrepreneur français vivant entre Paris et Los Angeles. Je l’ai déjà reçu sur ce podcast pour un sujet tout à fait différent mais vous allez voir qu’il est particulièrement pertinent ici aussi.
Je reviens avec lui sur cette ville trop méconnue en France et surtout dont on ignore l’attrait actuel pour les américains.

Quand on habite (ou que l’on a habité NYC), on sait à quel point, les new-Yorkais adorent leur ville d’adoption (en général) et se moquent de ceux qui ont choisi de vivre ailleurs.
Mais depuis 2 ou 3 ans, pour la première fois, NYC regarde L.A. et on voit de plus en plus de personnes vivant à NYC partir de l’autre coté du pays.
A un point tel qu’il est difficile d’ignorer qu’il s’agit d’une tendance et par conséquent que cela mérite de s’y intéresser.

Los Angeles est à la parfaite croisée des chemins

Comme nous l’explique Fabrice, sur les 5 dernières années, il y a une vraie mutation de Los Angeles.
Historiquement, cette ville a été principalement mono industrie autour du divertissement et de Hollywood.
Evidemment, comme il le souligne, si on regarde un peu dans le détail, il ne s’agit pas d’une seule industrie mais de plusieurs verticales (effet spéciaux, son, vidéo…) qui ont permis à L.A. de prendre le devant de la scène du divertissement dans le monde entier.
Ainsi, il y a encore 10 ans, près de 80% des personnes vivant à L.A. étaient employées de manière directe ou indirecte par Hollywood.

Toutefois, il y a eu sur ces dernières années, la convergence de plusieurs phénomènes:
D’abord l’arrivée de plusieurs artistes contemporains qui venaient chercher de l’espace car NYC était devenue trop chère.
Par ailleurs, une scène technologique s’est développée avec, en fer de lance, Snap mais aussi Netflix ou encore Tesla pour ne citer que les plus connues bien sur.
Désormais, il existe une « Silicon Beach » dans laquelle beaucoup d’investisseurs et de start-ups très sérieuses s’installent.

De la même manière, les Youtubers et plus largement les influenceurs arrivent en masse à L.A. où ils se retrouvent tous.
Cela a débuté avec les personnes présentent sur Vine qui se sont toutes installées (ça ne s’invente pas) dans un immeuble de Vine Street. D’abord Jerome Jarre puis tous les autres y compris Lele Pons devenue entre temps une influenceuse majeure avec plus de 24 millions de followers sur Instagram par exemple.
Désormais, quand on souhaite développer sa carrière d’influenceur sur l’occident, il semble pertinent d’être à L.A tant pour des raisons pures de business mais également pour la cadre de vie que la ville peut offrir.
Finalement, ce qui est intéressant à L.A., c’est cette rencontre entre la technologie, la créativité, ses capacité de story telling mais également la qualité de vie et la capacité de diffusion de l’information ancienne et moderne via les influenceurs.
Les dirigeants européens font encore beaucoup de visites de S.F. et N.Y.C. sans nécessairement savoir que la ville dans laquelle ils méritent de passer du temps aux U.S. est désormais plutôt Los Angeles.

 

Los Angeles: une ville où il fait bon vivre

 

Evidemment, Los Angeles est parfaitement située quand il s’agit d’avoir une qualité de vie idéale.
D’abord, vous êtes au bord de la mer mais vous êtes également très proche de la nature, il y fait beau toute l’année.
Mais comme si cela ne suffisait pas, c’est une ville très dense mais espacée ce qui implique que les logements sont beaucoup moins chers qu’à NYC ou SF. Fini la vie dans une boite à chaussures.
Par ailleurs, comme les gens vivent de manière plutôt dévêtues, ils font également attention à leur physique et leur santé et c’est donc, à l’échelle des U.S., une ville dans laquelle beaucoup de tendances autour d’une vie plus saine et équilibrée démarrent.
Cela est donc très pertinent pour les start-ups qui ont compris (et aux U.S. cela a beaucoup d’importance) que la qualité de vie des employés est très liées avec l’attractivité de l’entreprise mais aussi avec la productivité in fine.
En France, nous sommes plus suspicieux (à tort) et donc nous pourrions avoir tendance à penser qu’en mettant ses salariés au bord de la plage, ils feraient plutôt bronzette/pétanque qu’autre chose.
Comme le souligne Fabrice, L.A. permet de se déconnecter complètement et en 30 minutes d’être en RDV avec le directeur de Netflix.
Ce qui en fait nécessairement une ville très particulière.

L.A. transforme également le rapport à soi et le rapport aux autres.
A NYC, il est très difficile de passer plus de 30 minutes avec quelqu’un quand il ne vous pose pas un lapin parce qu’entre les 5 soirées qu’il/elle a prévu vous ne rentrez plus dans son agenda.
A L.A à l’inverse, quand vous vous décidez à vous déplacer pour voir quelqu’un, il est entendu que vous avez fait de la route pour ce faire et par conséquent, vous passez du temps avec la personne.
Les cotés négatifs sont évidemment que des personnes puissent décider de ne pas venir vous voir car vous êtes trop loin mais également que malgré les prises de position fortes et une conscience écologique élevée, la ville reste très polluée en raison de la circulation automobile particulièrement dense.

 

Attention toutefois, tout n’y est pas rose, d’abord il y existe une concentration très forte de sans abris, ainsi, il existe une ville dans la ville avec plus de 30 000 sans abris vivant au même endroit.
Et puis évidemment, cette faille qui met en danger la ville et toute la Californie en permanence. Difficile d’ignorer qu’elle peut bouger fortement dans les prochaines décennies voire années.
Alors évidemment, cela donne une coloration très particulière à la vie sur place puisque l’on y vit avec ce risque et donc au jour le jour plus que n’importe où mais néanmoins au niveau individuel, c’est un risque à ne pas ignorer.

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy
Commentaires fermés.