• 2 Commentaires

Le marketing doit-il être synonyme de mensonge?

Mai Hua a de multiple casquettes et si elle a commencé dans le marketing, elle est aujourd’hui à travers son blog dans une quête de vérité.
Mais comment associer marketing et quête de vérité?
Le marketing est un des métiers les plus détesté en France et un peu partout, souvent synonyme de « bullshit »…
C’est une vraie tendance profonde que celle du développement personnel et il est impossible de ne pas se poser la question du nouveau consumérisme.
Ou plutôt comment intégrer ces nouveaux consommateurs dans sa réflexion de marketer?

L’assomage publicitaire ne semble pas être la meilleure réponse…
Dans la mesure ou Mai a surtout évolué dans le milieu de la cosmétique, on reste centré, dans cette conversation, sur ce secteur et entre 2 fous rires, il faut bien dire que l’on dérive un peu sur le féminin/masculin et sur le rapport homme/femme.
On parle également énormément de la beauté, de la manière dont les marques doivent l’envisager aujourd’hui.

Le marketing, c’est très bien…si c’est bien fait

Le marketing c’est de développer et de proposer des produits de qualité à des personnes pour lesquelles cela sera pertinent.
Dans cette mesure là, on ne peut pas associé le marketing avec « mensonge » ou « bullshit », c’est même plutôt chouette.
Personnellement, la manière dont je pratique le marketing est très lié à l’amour des gens et donc aux sciences connexes comme la sociologie ou la philosophie mais c’est vrai que la tendance du marché n’est pas forcément celle là et pire encore, on peut être dans cette quête au niveau personnel et endossé un tout autre habit une fois au travail.
Mais quoiqu’il en soit, selon Mai, le marketing étant basé sur des études et le niveau de conscience des personnes s’élevant, il va y avoir de moins en moins de place pour du marketing du blabla.
Le souci est que la société est basée sur beaucoup de contre vérités en particulier sur la beauté, sur la relation homme-femme, le bonheur, le succès etc…
Sujets dont on parle durant ces 20 minutes de podcast.

La schizophrénie des marketers

Evidemment aucun marketers n’a d’intention d’instrumentaliser les femmes mais par contre, une fois qu’ils mettent leur habit de marketers, en tous cas pour certains d’entre eux, il y a une dissonance qui se créé entre eux et eux même.

Cela s’explique car on est dans une période de changement important ou on apprend que beaucoup de choses que l’on a appris sont fausses.

Selon Mai, le marketing va devoir se réformer pour coller avec la société et après tout cela reste le rôle du marketing.

Par exemple pour la beauté, ce n’est plus tant une questions de molécules et de formulation mais d’une idée de la beauté, des tutoriels aussi.

Il n’y a plus « une beauté » que la marque imposerait, on peut avoir mille visages aujourd’hui et les marques doivent suivre cette tendance.

C’est sans doute l’une des plus importantes révolution dans le secteur.

Car ce sont des questions modernes pour des femmes du 21ème siècle.

Cet épisode de podcast est passionnant je trouve même s’il est un peu décousu, il amène énormément d’insight sur cette tendance du développement personnel et surtout sur cette transformation nécessaire du marketing, pas pour plus de digital ou de data mais à l’inverse pour plus d’humains, pour une acceptation de l’évolution de nouvelles vérités, pour de nouvelles histoires à raconter.

Toutes les marques n’arrivent pas à faire cette transition de manière authentiques mais celles qui y arriveront (les petites marques indépendantes montrent l’exemple) domineront le marché demain.

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Commentaires :

  1. DURET Jean Louis a écrit…

    Parler de Marketing quand on n’y connait rien …. c’est pathétique !
    Un diplômé de l’Institut National du Marketing.

    • gregfromparis a écrit…

      Jean-Louis, je serai vraiment très curieux de comprendre ce que vous avez appris à l’institut National du Marketing du coup, pourriez vous étayer? Merci beaucoup