• 1 Commentaire

Livre blanc: les marques B2B et le digital

Le B2B a toujours été le parent pauvre des publications sur les stratégies digitales.

Considéré comme “ennuyeux” et pas très moderne, on lui préfère toujours le B2C et les marques sexy (Nike, adidas….) en général.

Toutefois, la majorité des entreprises sont B2B mais surtout, dans ma perspective elles ont une avance certaine sur les entreprises B2C car elles donnent beaucoup plus de considération au client. Ors, nous sommes dans une ère ou le client est revenu au centre comme le rappelle le CEO de Forrester.

Et les marques B2B sont partout et représentent (en France) 50% du commerce en valeur:

“Entre votre réveil ce matin et le moment où vous lisez ce document, vous avez pris un petit déjeuner, un verre de jus d’orange ou un bol de lait conditionné dans un packaging Tetra Pak. Vous êtes parti travailler dans un métro Alstom. Vous avez pris l’ascenseur Otis pour atteindre votre bureau au dernier étage. Vous avez passé 4h sur votre PC équipé d’un processeur Intel, avant d’aller déjeuner au restaurant d’entreprise Sodexo. Vous avez passé 1h en réunion avec l’équipe de CapGemini…”

 

L’agence Le Fil vient de sortir un livre blanc intitulé “La marque B2B et le Digital” qui explique sur 100 pages comment les 2 sont liés, ils donnent énormément d’études de cas de nombreuses entreprises très différentes (Cisco, Schneider Electric, Dassault Système, Caterpillar, Tetra Pak et autres…).

Mais ils vont bien plus loin que cela puisque l’idée est aussi d’expliquer le “statut” de marque B2B.

Si les marques B2B2C ne sont pas étudiées dans le document car trop apparentées à ce que l’on considère comme du B2C (l’Oréal ou Coca-Cola sont des entreprises de B2B2C par exemple) mais tous les autres segments sont représentés: B2B2B, B2B2E (employés), B2B pur et autre….

Ainsi le document, très accessible, se structure autour de la marque B2B, de ses problématiques puis de sa construction dans le digital, de la problématique du contenu et du storytelling mais aussi de la relation nouvelles aux clients.

Comme ils le font remarquer de manière très juste, en B2B on a tendance a effacer l’Homme derrière la fonction mais en réalité on s’aperçoit qu’un acheteur B2B utilise ses méthodes de consommateurs pour prendre ses décisions.

Enormément d’éléments passionnant que vous pouvez télécharger gratuitement ici.

lamarqueB2B&ledigital
gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Commentaires :

  1. Alexandre a écrit…

    Excellent !! Pour une fois que le BtoB en tant que secteur d’adaptation des techniques marketing est étudié … Je vais me jeter dessus.

    Seule une remarque : assurément, les entreprises du BtoB veulent s’assurer d’une ‘customer expenrience’ la plus parfaite si possible — seule réelle manière de garantir leur taux de fidélisation.

    En revanche, pour certaines, il leur faut sortir de leur coquille et s’ouvrir au monde réel. Et pour le coup, la profession de Digital Evangelist, bien répandue outre-atlantique, devrait franchement faire partie de leur structure… Mais il y a du boulot.