nouveaux reseaux sociaux 2014
  • 10 Commentaires

Les nouveaux réseaux sociaux plébiscités par les adolescents

Je profite de cette animation sortie hier  et réalisée par 2factory (petite boite très recommandable sur le motion design) pour faire un article sur les réseaux sociaux qu’il faut suivre et leurs usages potentiels par les marques.

TENDANCES RESEAUX SOCIAUX 2014 from 2 FACTORY on Vimeo.

Cette vidéo est parfaite car elle donne rapidement les 3/4 éléments dont vous avez absolument besoin pour comprendre ces derniers.
On voit passé beaucoup d’articles ces temps-çi sur le fait que les adolescents auraient déserté Facebook…C’est un mouvement logique puisque quand on est un endroit à la mode, nécessairement au bout d’un moment, on n’est plus cool…peu résistent à cette règle…
Mais la question reste que s’ils ne sont plus sur Facebook, où sont-ils? Twitter et Instagram sont des débuts de réponses bien sur mais plus que cela, beaucoup ont parlé des réseaux de chat (d’ailleurs pas de secret si Instagram veut se lancer dans le chat désormais) et c’est effectivement là que l’on va les retrouver en majorité mais pas seulement.
Ce qui peut sembler compliqué sur le web, c’est qu’une fois que vous avez l’impression d’avoir compris une partie des usages, vous vous rendez compte que ces derniers n’ont déjà plus cours…qu’il faut changer de réseaux, comprendre les nouveaux, réfléchir à la manière dont sa marque pourrait s’intégrer ou idéalement comment vous pourriez rentrer dans la conversation sociale en créant des éléments qui correspondent à ces réseaux.
Tous ces nouveaux réseaux sont basés sur 2 choses communes: le mobile & le “fast consuming content”, c’est à dire du contenu court ou qui ne reste pas sur un serveur.
Les 2 vont sans doute ensemble d’ailleurs.
Ils donnent une forme de liberté et ces derniers sont en train d’installer une nouvelle culture que ce soit à travers le mode de consommation ou par des codes plus spécifiques. Déjà Twitter a fait l’avénement des contractions de mots, des hashtags et autre acronymes. Ici ce sont de nouveaux codes qui sont déjà en train de s’installer et qui s’appuient majoritairement sur les emojis (emoticones).

Bien sur, cette note n’a pas pour vocation de vous dire qu’il faut absolument aller sur ces réseaux (les outils ne font jamais une stratégie) mais plutôt de les comprendre et voir comment ces derniers évoluent.

1. Vine

Vine qui appartient à Twitter est un réseau social basé sur la vidéo. En 6 mois, ils avaient déjà réuni plus de 40 millions de personnes ce qui représente la plus forte croissance pour un réseau social mais c’est aussi le réseau qui connaît le plus fort taux d’interactions.
Pour rappel, il s’agit de faire des petites vidéos de 6 secondes qui tournent en boucle.

Une communauté à priori très jeune (11-17 ans > déclaratif de Jérôme Jarre suivi par plus de 3 millions de personnes) et plusieurs manières de l’utiliser existent bien sur.

 

Utiliser des “célébrités Vine”

Puisque sur ce réseau il y a peu de créateurs de contenus (la plupart regardent, aiment ou revinent), il est très possible d’utiliser des « célébrités Vine » pour entrer dans ces communautés. - Jerôme a d’ailleurs créé un réseau, Grapestory, pour mettre en relation les 2.

Ici l’exemple de Trident qui n’a pas hésité à accepter de respecter les codes de chacune des personnes qui ont fait les vidéos pour eux.
Chacune des personnes utilisées a de 2 à 3 millions d’abonnés et est rémunérée $7,500, ce qui représente un reach assez peu cher en réalité surtout à la vue de l’interaction générée.

 

Créer des vidéos de “How-to”
Cela peut être utile afin de partager très rapidement des conseils. Ici, comment dévisser une vis abîmée par l’enseigne de distribution spécialisée dans l’amélioration de l’habitat, Lowes. Vous noterez que cette vidéo ne s’adresse pas particulièrement aux jeunes par contre mais cela reste un usage intéressant.

Entrer dans la conversation sociale
Ici l’exemple de  Dunkin Donuts qui joue les replay d’un jeu de football américain avec les produits à l’effigie de la marque. A noter que cette vidéo a été reprise en format TV

Montrer un aspect créatif de la marque
Ici l’exemple de Samsung qui créé des Vines dans lesquels les produits apparaissent mais ne sont pas centraux.

 

2. Pheed

Pheed est l’une des applications les plus téléchargées sur mobile et permet tout simplement de partager (comme les autres), photos, vidéos et audios ainsi que de faire du “live”.
Même si nous n’avons pas de chiffres précis sur le nombre d’utilisateurs, on sait néanmoins que 81% des usagers ont entre 14 et 25 ans.
A noter qu’ils se sont particulièrement fait connaître par l’arrivée massive de célébrités telles que Miley Cyrus.

Une des innovations de ce réseau pour les utilisateurs est de pouvoir rendre son contenu public ou payant s’ils le souhaitent.
Pour les marques, de nouvelles opportunités s’ouvrent nécessairement et en particulier de se connecter avec une audience plus jeune en acceptant leurs codes (encore une fois).
C’est typiquement ce que fait un journal comme le Huffigton Post.

HuffPost-Teen

Ou TacoBell qui essaie de prendre un axe autour de l’humour.

Taco-Bell-Pheed

On retrouve également sur Pheed des marques comme Quicksilver ou la WWE et même la Nasa.

3. Line


Ce réseau asiatique qui mixte Skype, What’s app et Facebook réuni plus de 300 millions de personnes et fait particulièrement sa différence sur les émojis.
Il fait également sa différence dans son business model puisqu’une partie de l’écosystème est payant et permet donc à Line de s’affranchir de la présence des marques.
Il faut bien comprendre que les émojis remplacent les mots au fur et à mesure chez les adolescents.
Le dernier clip de Kate Perry montre bien ce mouvement d’ailleurs.
Pour les marques, il s’agit de s’inscrire dans la conversation sociale au sens littéral du terme car pour le moment les seuls exemples connus d’actions sont des marques qui ont créé des emojis que les utilisateurs peuvent utiliser au sein du réseau dans leurs discussions de tous les jours.
Ici l’exemple du club de foot, le Barça afin que les fans puissent utiliser les joueurs de l’équipes pour exprimer leurs sentiments.

Free-FC-Barcelona-Eng-ver-In-Brazil

 

4. Snapchat

Snapchat permet de discuter avec ses amis et d’envoyer des photos tout en définissant combien de temps ils vont pouvoir les regarder, cela se compte en secondes évidemment et les photos ne sont stockées nulle part. Sans doute le plus avancé dans le “fast consuming content”.
Même si le nombre d’utilisateurs est inconnu, ce que l’on sait c’est que Snapchat est devenu le 1er outil de partage de photos au monde (350 millions d’images échangées en septembre 2013).
C’est donc ces personnes qui ont refusé les 3 milliards proposés par Facebook…
Difficile pour les marques de rentrer sur ce réseau qui se structure forcément dans le C2C (consommateur à consommateur), néanmoins, SnapChat vient de lancer “stories” (qui peut être un cumulé de plusieurs utilisateurs et de conserver les images pour 24h) ce qui laisse peut être une porte ouverte aux marques.
On pourrait imaginer des mannequins partageant les coulisses d’un défilé de manière instantanée par exemple.
A mon sens, les backstages se prêtent le mieux à SnapChat mais tout reste encore à inventer.
Taco Bell est l’une de ces marques qui testent…ils ont donc créé un espace, profitant de Stories, en utilisant l’outil comme les adolescents le font eux même.

taco bell snapchat

 

 

La vidéo de 2factory présente aussi Facebook, Pinterest, twitter pour mémoire mais ce sont des réseaux déjà beaucoup plus établis évidemment.
A noter que ce qu’il faut principalement faire sur le web social, c’est écouter et comprendre les usages, pas nécessairement créer un espace en y attendant un R.O.I. financier court terme qui ne viendra jamais.

Commentaires :

    • gregfromparis a écrit…

      AHah , le secteur de la musique est évidemment hautement intéressant puisque pour les artistes il faut absolument être présent auprès des ados

      Répondre
  1. @DelpheF a écrit…

    Les ados et les réseaux…
    Même s’ils ont un réseau « préféré », nos ados sont multi-usages et peuvent tweeter en répondant à un snap avant d’envoyer un SMS, instagramer ou viner pour terminer une conversation sur Skype ou par téléphone fixe. Oui, fixe !

    Si je me base sur les usages de #MonAdo et ses 30 000 followers, je dirais « Twitter-SnapChat-Instagram-Facebook-Vine-Ask » pour les préférés.
    Pheed a eu une poussée il n’y a pas très longtemps, mais… qui n’a pas duré très longtemps.
    Line n’a pas le même succès qu’à l’étranger. ça viendra peut-être.

    Mon avis perso : les réseaux sociaux pour les ados, c’est comme les jeux dans les cours de récré. D’un coup, ils jouent tous et partout à la corde à sauter ou aux billes. Le jeu du moment, c’est SnapChat.
    A suivre…

    Répondre
    • gregfromparis a écrit…

      Merci beaucoup pour ce retour! 30 K whaouh il doit être une start dans son collège ou lycée!!
      Oui Line est très asiatique pour le moment, Pheed commence à pousser depuis l’an dernier, on verra comment tout cela évolue mais d’accord avec toi Snapchat tire largement son épingle du jeu sur les ado, dû au fait qu’on peut envoyer des photos qui ne sont stockées nulle part

      Répondre
      • DelpheF a écrit…

        Une star… oui, c’est un moment étrange que de sortir du métro sur les Champs avec #MonAdo et de voir un groupe de filles arriver et dire « Hé, c’est Valentine ! »…

        Par contre, j’ai un gros doute sur l’histoire des photos stockées nulle part pour SnapChat.
        Les screenshots sont quasi systématiques et les ados en sont conscients. Les photos ne sont peut-être pas stockées sur SnapChat, mais elles le sont sur les smartphones de nos ados via les screenshots.

        Répondre
  2. Laure de Carayon a écrit…

    Hello Greg, thanks, s’ils sont moins sur FB, ils sont aussi sur WeChat
    D’après http://blog.globalwebindex.net/facebook-teens – l’échantillon exclut la Chine – WeChat connait la +forte progression. Etrange toutefois: que Line n’apparaisse pas
    Et pour Snapchat, si on lit les commentaires, il n’aurait pas été classé dans le Top20. Bon, c’est une autre source d’infos !;-)

    Répondre
  3. benedicte Farahmand @e100t a écrit…

    J’ai eu cette discussion très récemment de savoir quels réseaux sociaux sont plébiscités par les dernières générations, et où les marques ou les communautés se doivent d’ être présentes pour les toucher. Les outils de communication sur mobile sortent sans surprise dans les premières places, et des réseaux comme Pinterest beaucoup plus jeune que FB paraissent déjà comme installés face à d’autres venus d’Asie ou Bitstrips que j’ai été surprise aussi de ne pas voir dans la liste.
    Envie de découvrir Pheed… en tous cas merci pour l’article et d’avoir partagé la superbe vidéo de 2factory.

    Répondre
  4. Eve a écrit…

    @DELPHEF « Les screenshots sont quasi systématiques »… Tout à fait! Et des adolescents ont d’ailleurs été arrêtés ici (au Québec) pour avoir demandé à leurs petites amies (aussi des mineures) de se prendre des photos d’elles nues ou dans des poses pornographiques sous prétexte qu’elles ne seraient pas stockées (en jouant de leur statut de petit ami bien entendu)… pour ensuite les montrer à d’autres personnes et les faire circuler. Il font tout de même face à des accusations de production et distribution de matériel pornographique juvénile. Alors oui, de croire que le contenu disparaît est un leurre. Il est extrêmement facile de l’enregistrer et d’en garder la trace.

    Répondre
    • DelpheF a écrit…

      Malheureusement, Eve, il y a eu plusieurs affaires de ce genre déjà.
      Dès qu’un nouveau réseau sort, nos ados testent toutes les possibilités pour voir quels usages ils peuvent en avoir : et c’est forcément différent de la manière dont les adultes s’en servent.
      Tous les ados n’ont pas des idées d’utilisation tordues, heureusement. Mais quand une « star » envoie un snap, on peut être sûr que les ados trouveront le moyen d’en garder une trace. Et qu’ils utiliseront ce moyen pour garder des traces des snap de leurs amis.

      Répondre