Oasis est-elle une marque pop?

Sincèrement je ne m'étais jamais posé la question avant que l'agence de Story telling So/Cult fasse une présentation et prenne Oasis en exemple.

D'abord, il est nécessaire de comprendre ce qu'est la pop culture et ce qu'est une marque "pop".

 

Qu'est ce que la pop culture? 

Ce que l'on appelle communément la "pop culture", c'est l'ensemble des éléments (paroles, gestes...) à un moment donné auxquels on peut se référer pour construire ou faire passer une idée simplement.

Ainsi, le "Allo, non mais allo quoi" de Nabilla est entrée dans la pop culture, comme avant elle la danse de Psy ou d'autres éléments.

Beaucoup de films viraux ou mèmes font ainsi partis de cette culture pop comme certains artistes.

Il est essentiel de comprendre que la "pop culture" est une culture en soi et qu'il est imortant de la connaître afin d'évoluer dans certaines populations en particulier sur le digital.

So/Cult, nous explique qu'une marque pop, c'est une marque mainstream (connu par tout le monde) mais culte (constitue un marqueur identitaire qui possède par essence une véritable communauté).

Les 2 éléments s'opposant, il n'est pas simple d'être pop et c'est d'ailleurs quelque chose de difficilement maîtrisable.

Ils prennent ainsi plusieurs exemples d'éléments pop comme le groupe Daft Punk, Spiderman, des tongs Hawainas, Playboy ou d'autres.

Pour une marque, il est difficile d'être pop nécessairement.


Ambiance musicale du dimanche: Fauve Cotton Field

Cette semaine, je suis allé à Londres dans le cadre d'une conférence organisée par Adobe, et j'aurais l'occasion d'y revenir bien sur de manière plus sérieuse qu'aujourd'hui.

J'ai eu la chance d'écouter avec beaucoup d'humour ce fou qui a sauté de 37 km de haut, Felix BaulGartner.

J'ai également eu l'occasion de poster 2 notes qui ont eu pas mal d'échos.

La première sur l'influence qui n'a pas vraiment été contredite et l'autre sur l'apprentissage de la logique du code pour les enfants.

Cette dernière par contre a rencontré une levée de boucliers incroyable mais surtout intéressante.

Cela montre à quel point les gens sont bloqués et ne veulent surtout rien changé.

Quand en Amérique Latine, en Asie ou en Israel on vit comme si c'était le dernier jour, on va de l'avant parce qu'il n'y a pas d'autres choix, en France, on voit tellement de gens qui ont peur et préfèrent l'immobilisme.

Cela explique sans doute la situation économique de la France (au moins en partie).

Heureusement que nous avons aussi quelques personnes qui avancent mais que de bâtons dans les roues pour ces derniers. Intéressant et flippant donc.

 

Coté musique, cette semaine, j'ai eu la chance de voir Jessie J dans un concert à Londre et d'aller au concert de Lana Del Rey hier soir.

J'ai été vraiment positivement impressionné par cette dernière tant j'ai entendu que c'était une catastrophe en live. Par contre, elle n'avait aucune proximité avec son public, elle essayait, se forçait mais bon, c'était pas ça. Alors timidité ou autre moins avouable, je ne sais pas trop.

J'espère pouvoir pencher pour la timidité et le fait d'être impressionné.

Cette semaine je partage un son d'un groupe dont vous connaissez le nom mais en fait, s'en est un autre.

Il s'agit d'un groupe anglais qui s'appelle Fauve et donc pas le groupe français qui a le vent en poupe en ce moment. 

 

Bonne écoute et bon dimanche

  • 12 Commentaires

L'influence est-elle une farce?

How-to-find-brand-influencers-vancouver-social-media2
Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit sur l'Influence.

Et pour cause, le sujet est délicat.

Pierre Philippe Cormeraie, plus connu sous le pseudo de PPC et pour ses vidéos du succès, en a fait une présentation et m'a demandé ce que j'en pensais. DIfficile de répondre en 140 caractères donc je propose de répondre avec un article.

Bien sur, il y a plusieurs points dans lesquels je me retrouve pleinement mais d'autres pour lesquels je suis moins d'accord et par conséquent, je vais redonner ma vision.

L'influence est-elle une farce?

C'est ce que semble indiquer PPC dans sa présentation et je ne suis pas d'accord avec cette posture.

D'abord il faut repartir de ce qu'est l'influence et pour cela rien de tel qu'un dictionnaire:

Influence: "Capacité à avoir un effet sur quelqu'un, quelque chose ou sur le comportement de quelqu'un".

A la lumière de cette définition, il me semble possible d'affirmer que tout à chacun a une influence et que des personnes qui ont plus de relations que la normale peuvent avoir une influence sur plus de monde. Si le terme "d'influenceurs" est idiot par essence, il convient néanmoins d'accepter que des personnes qui travaillent leur présence digitale ont un potentiel supérieur à toucher du monde.

Toutefois, il y a au moins 3 éléments à prendre à considération:

1. L'influence est relative au sujet de conversation - on ne peut pas être sérieusement influent sur tous les sujets

2. L'influence est relative au degré de séparation avec la personne - ainsi plus une personne est proche de vous, plus son influence sur vous est grande. 

3. L'influence sur qui? Une connaissance fine des personnes et une lecture attentive des interactions générées vous permettra de considérer sur qui la personne à de l'influence. Car les chiffres (nombre de followers par exemple) ne veulent rien dire sans cette information essentielle.

Cela fonctionne moins pour les célébrités qui, sur la masse de followers arrivent à avoir une influence sur des sujets qui les dépassent totalement.

Néanmoins, je trouve idiot de dire qu'elle n'existe pas comme de la surévaluer.

 


L’influence est-elle une farce?

How-to-find-brand-influencers-vancouver-social-media2
Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit sur l'Influence.

Et pour cause, le sujet est délicat.

Pierre Philippe Cormeraie, plus connu sous le pseudo de PPC et pour ses vidéos du succès, en a fait une présentation et m'a demandé ce que j'en pensais. DIfficile de répondre en 140 caractères donc je propose de répondre avec un article.

Bien sur, il y a plusieurs points dans lesquels je me retrouve pleinement mais d'autres pour lesquels je suis moins d'accord et par conséquent, je vais redonner ma vision.

L'influence est-elle une farce?

C'est ce que semble indiquer PPC dans sa présentation et je ne suis pas d'accord avec cette posture.

D'abord il faut repartir de ce qu'est l'influence et pour cela rien de tel qu'un dictionnaire:

Influence: "Capacité à avoir un effet sur quelqu'un, quelque chose ou sur le comportement de quelqu'un".

A la lumière de cette définition, il me semble possible d'affirmer que tout à chacun a une influence et que des personnes qui ont plus de relations que la normale peuvent avoir une influence sur plus de monde. Si le terme "d'influenceurs" est idiot par essence, il convient néanmoins d'accepter que des personnes qui travaillent leur présence digitale ont un potentiel supérieur à toucher du monde.

Toutefois, il y a au moins 3 éléments à prendre à considération:

1. L'influence est relative au sujet de conversation - on ne peut pas être sérieusement influent sur tous les sujets

2. L'influence est relative au degré de séparation avec la personne - ainsi plus une personne est proche de vous, plus son influence sur vous est grande. 

3. L'influence sur qui? Une connaissance fine des personnes et une lecture attentive des interactions générées vous permettra de considérer sur qui la personne à de l'influence. Car les chiffres (nombre de followers par exemple) ne veulent rien dire sans cette information essentielle.

Cela fonctionne moins pour les célébrités qui, sur la masse de followers arrivent à avoir une influence sur des sujets qui les dépassent totalement.

Néanmoins, je trouve idiot de dire qu'elle n'existe pas comme de la surévaluer.

 


Ambiance musicale du dimanche: Steel Pulse

Cette semaine j'ai couru....Vous allez me dire que vous avez l'habitude de me voir courir et ce n'est pas faux...

Cette semaine j'étais prof quasi tous les jours d'abord à Dauphine ou j'ai un programme entier puis à HEC ou je faisais une intervention.

C'est toujours très intéressant d'aller à la rencontre d'étudiants, de pouvoir discuter sur les usages, de mieux comprendre comment ils envisagent le digital.

C'est même passionnant car on se rend compte que parfois, les statistiques nous font dire n'importe quoi.

Incroyable par exemple d'expliquer à une classe la montée du gaming, de demander combien jouent dans la classe et n'avoir aucun, strictement aucun bras levé.

Oui, vous vous sentez un peu idiot car ce n'est pas leur réalité.

De manière plus générale, ces cours m'ont prouvé encore une fois à quel point le digital devrait être plus central dans les écoles alors qu'il est quasiment systématiquement absent.

Mais l'apprentissage du digital est clivant, certains sont passionnés et d'autres ne s'y intéressent absolument pas, ne comprennent pas les enjeux.

En tous cas, il est encore un peu tôt pour que ces étudiants expliquent le digital à leurs boss.

Sans transition aucune, coté musique, j'ai envie de m'éviter Daft Punk parce que vous l'avez déjà tous entendu 10, 20, 100, 1000 fois et puis ce WE je suis en mode "cool".

Hier je n'ai pas du tout travaillé d'ailleurs!

Donc ca sera le retour du reggae en ce qui me concerne:

 

Bonne écoute et bon dimanche

  • 1 Commentaire

Facebook Home va-t-il précipiter la fin du web social?

Si j'ai écris une longue note à chaud sur le lancement de Home, j'ai eu, entre temps, le temps d'y réfléchir.

Comme je l'expliquais Home se lance dans un contexte un peu compliqué pour Facebook.

Même si dans son excellente note Yann relativise  le désamour et démonte intelligemment mon post (rien de tel que des avis contradictoires pour se faire son avis), je continue de croire (et mes discussions le confirment) que Facebook n'a pas le vent en poupe.

Déjà en septembre j'écrivais pour le Figaro sur la fin du web social tel qu'on le connait pour aller vers plus de vie privée ou des réseaux plus verticaux (par thématique très précise), expliquant que finalement après un trop plein de vie publique, d'interruption permanente, les gens auraient naturellement un mouvement de rejet pour un retour vers l'authentique et un resserrement des liens avec ceux qui leurs sont vraiment chers. Ainsi les courses aux nombres d'utilisateurs (pour les réseaux), d'amis (pour les particuliers) devraient être relativisées (nous n'avons que x utilisateurs mais ils nous aiment/mais ils sont très impliqués...).

D'ailleurs, des prémisses de cette tendance s'étaient vues quand Thierry Crouzet avait fait l'expérience de se déconnecter totalement et d'en faire un livre.

De manière plus empirique, ils nous arrivent de plus en plus de dire "whaouh, je me suis totalement déconnecté, ça m'a fait un bien fou" ou on challenge ses amis sur le fait de ne pas se connecter sur Facebook pendant leurs vacances.

Qu'on le veuille ou pas, le web social, c'est un divertissement permanent quand on s'ennuie mais également une pression permanente (combien je vais avoir de RT, combien je vais avoir de "like", de "commentaires", pourquoi il ne m'a pas accepté en ami….), un acte légèrement déshumanisant (combien de couples au restaurant sont chacun sur leur portable?) et surtout, une interruption permanente dans votre vie.

Ainsi, on voit de manière naturelle, après le film sur Facebook, un film au nom évocateur: Disconnect.

  • 11 Commentaires

Vos amis Facebook sont ils vraiment vos amis? Retour sur l'opération Nescafé

En fin de semaine dernière, vous avez peut être vu passer l'opération Nescafé qui consiste à voir une personne (Arnaud) aller chez ses amis Facebook pour voir quels liens les unissent vraiment.

Comme le montre la vidéo, il est venu me voir totalement à l'improviste (pour ceux qui en doutent) pour me faire vivre l'expérience. 

Ce que ne montre pas la vidéo, c'est que le team créatif (Publicis) est également gentillement venu me voir et nous avons discuté pendant 1 heure 30 de l'opération, ce qui me permet de faire un retour éclairé aujourd'hui. C'est rare que les agences fassent ce genre de choses pourtant, c'est idéal pour avoir une meilleure compréhension.

 

En résumé:

Comme cette note est longue, j'ai fait un résumé car je sais que tout le monde n'a pas le temps de lire de longues notes.

Un insight intéressant pour une marque qui n'a rien de nouveau à annoncer, que tout le monde connait (et possède dans un coin) mais qui ne peut pas vraiment se positionner sur la qualité de son produit.

Une opération fidèle aux valeurs de la marque (la convivialité) qui joue sur un vrai personnage (pas un acteur) avec ses vrais amis - "marre du fake" comme me le disait Mathieu Publigeekaire.

Une très bonne réalisation avec un personnage sympathique et non professionnel qui aboutit sur des vidéos hautes en couleurs qui donnent envie d'être regardées.

Un bémol néanmoins au niveau des RP et sur le déroulé de la campagne.

 


Vos amis Facebook sont ils vraiment vos amis? Retour sur l’opération Nescafé

En fin de semaine dernière, vous avez peut être vu passer l'opération Nescafé qui consiste à voir une personne (Arnaud) aller chez ses amis Facebook pour voir quels liens les unissent vraiment.

Comme le montre la vidéo, il est venu me voir totalement à l'improviste (pour ceux qui en doutent) pour me faire vivre l'expérience. 

Ce que ne montre pas la vidéo, c'est que le team créatif (Publicis) est également gentillement venu me voir et nous avons discuté pendant 1 heure 30 de l'opération, ce qui me permet de faire un retour éclairé aujourd'hui. C'est rare que les agences fassent ce genre de choses pourtant, c'est idéal pour avoir une meilleure compréhension.

 

En résumé:

Comme cette note est longue, j'ai fait un résumé car je sais que tout le monde n'a pas le temps de lire de longues notes.

Un insight intéressant pour une marque qui n'a rien de nouveau à annoncer, que tout le monde connait (et possède dans un coin) mais qui ne peut pas vraiment se positionner sur la qualité de son produit.

Une opération fidèle aux valeurs de la marque (la convivialité) qui joue sur un vrai personnage (pas un acteur) avec ses vrais amis - "marre du fake" comme me le disait Mathieu Publigeekaire.

Une très bonne réalisation avec un personnage sympathique et non professionnel qui aboutit sur des vidéos hautes en couleurs qui donnent envie d'être regardées.

Un bémol néanmoins au niveau des RP et sur le déroulé de la campagne.