• 14 Commentaires

La crise de Facebook, symptomatique de son désamour

Vous n'aurez pas manqué de remarquer qu'hier, tout le monde ou presque, les médias les premiers, a diffuser un message expliquant que les messages privés de 2007 à 2009 sur Facebook avait été mis à disposition de manière publique sur les profils publics.

Que ca soit vrai ou faux (Facebook dément avec force), ce que je trouve intéressant c'est plus d'analyser les raisons de cette crise.

1. La viralisation de l'information : tout va de plus en plus vite. Les médias ont tiré extrêmement vite sur l'ambulance sans pouvoir véritablement vérifier l'information, ce qui a pour conséquence, d'avoir crédibiliser l'information auprès des internautes ("si c'est dans le Monde, ça doit etre vrai…")

La vitesse de l'information est telle qu'il est parfois compliqué pour les journalistes de faire une enquête poussée sur un sujet tel que celui là ou il faut savoir être réactif.

2. La chute des frontières: l'information diffusée en France est assez rapidement arrivée dans les médias américains et a donc généralisé la crise. S'il était nécessaire de le vérifier les médias français peuvent avoir de l'influence outre atlantique.

3. La place prépondérante de Facebook : Près d'1 milliard de membres plus tard…Facebook est partout chez les internautes et est largement utilisé, on comprend donc que ces derniers prennent peur lorsqu'une information comme celle là sort dans la presse.

Si Facebook a raison (je suis moi même surpris de voir les messages que des personnes ont pu partager avec moi sur mon profil public (numéro de mobile, adresse personnelle…)),  cela signifierait donc que les internautes ne se rendent pas compte de la sensibilité des informations partagées sur le réseau social…ou en tous cas, ils ne réalisaient pas avant 2009. 

4. Le désamour de Facebook : je crois que c'est l'information la plus importante finalement de cette crise. Facebook est de plus en plus vu comme un "Big Brother" auquel les gens n'ont pas confiance. Personne n'attend de savoir si cela est vrai ou pas, Facebook génère du désamour et de la crainte.

Hier, on a pu lire des messages tels que "je comprends pourquoi j'ai quitté Facebook" ou "Facebook me donne encore une raison de les détester"

D'ailleurs, meme si Facebook arrive à prouver que cette information était fausse, le mal est fait (cela me fait penser à la crise de Dominos Pizza en 2009) et dans l'esprit des internautes, il va falloir se méfier d'autant plus du réseau social et de ce que l'on partage en ligne. 

C'est intéressant de voir que malgré les démentis, les internautes n'ont pas confiance et cela a beaucoup d'importance pour la compréhension de l'avenir de Facebook.

 

L'entrée de bourse a déjà fait beaucoup de mal à Facebook et de nombreux spécialistes voient déjà Facebook glisser vers une nouvelle vie qui pourrait être comparée aux pages jaunes, c'est à dire un endroit où il faut être présent mais plus vraiment celui où l'on partage des informations personnelles.

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. Fadhila Brahimi wrote…

    Hello ok avec ton analyse sauf un point, il me semble qu’il s’agit plus d’un capital de confiance défaillant qu’un désamour. Facebook a toujours évolué vers le moins protecteur en annonçant des changements à un rythme effréné avec des sursauts d’inquiétude sur le « contrôle & l’exploitation des données » Pour rappel, l’affaire de la vidéo qui tournait même en l’absence de chat.

  2. Flav wrote…

    Vraie ou fausse, il fallait un terreau bien particulier pour que l’information se diffuse aussi vite. D’accord avec le désamour, mais surtout avec une certaine peur du public : on n’a pas confiance en Facebook, c’est un fait. C’est ce qu’ils doivent redouter pour leur futur d’ailleurs…

  3. Cyrille Chaudoit wrote…

    En tout cas, perso je connais pas mal de personnes qui ont effectivement retrouvé des bribes d’échanges perso (DM, chat) sur leur wall. Et je suis par dessus tout étonné du peu de réactions in situ. Finalement, ce coup-ci les médias traditionnels auraient-ils été + rapides et loquaces que les médias sociaux ?

    Facebook, le colosse aux pieds d’argile… Aaaaah ! Ca plairait à tant de monde de le penser. Pas sûr que cette défaillance (comme le dit justement Fadhila) n’entamme véritablement et durablement la côte de popularité de FB.

  4. Vincent wrote…

    À qui fais-tu référence dans ton dernier paragraphe au sujet des « spécialistes » qui comparent fb aux pages jaunes ?

  5. The Pourfender wrote…

    Je suis étonné de voir sur ce blog une non prise de position sur « démenti facebook Vs témoignages utilisateurs » !?!

    N’as tu pas toi même un compte datant d’avant 2009 ?

    En ce qui me concerne (le mien date de fin 2005), le bug a été bel et bien réel (et je sais de quoi je parle : je suis Webmaster/CM).

    Je ne vais pas m’épancher sur les conséquences. Ce qui, en tant que « victime », est de loin le pire dans cette histoire : ça n’est pas le bug lui même mais le fait que Facebook n’ait absolument aucun scrupule à faire passer ses utilisateurs « victimes » pour des demeurés soit ayant alzheimer, soit étant paranos !!!

    Une question : peut-on encore vraiment se permettre une telle diffamation (ceux qui témoignent se fourvoient) en terme de stratégie de com en 2012 ?

    Réponse dans le cours de la bourse facebook (car qui peut croire leur chiffres d’audiences)…

    Ca m’étonnerait que leur plan de com suffise à réparer cette crise http://video.fr.msn.com/watch/video/facebook-il-retrouve-sa-mere-apres-46-ans/13qs612m5

    Article et idées agréables à lire btw =)

  6. greg wrote…

    SI je ne me trompe pas, le désamour est souvent lié à une perte de confiance non?

  7. greg wrote…

    Oui il y a de la peur et une prise de conscience de ce que l’on partage vraiment sur Fb…

  8. greg wrote…

    Difficile de dire si c’est l’usage qui a évolué ou s’il y a eu une faille au final mais cela a permis de faire une prise de conscience en tous cas !

  9. greg wrote…

    Plusieurs personnes avec qui j’ai pu discuter en fait simplement

  10. greg wrote…

    Ce n’est pas tant pour ne pas prendre de position, au final j’en sais rien et je ne peux rien prouver mais il fallait qu’ils aient une réponse ferme sur un sujet comme celui là, c’est certain.

  11. Fadhila Brahimi wrote…

    On tend à relier l’amour à la confiance comme un idéal mais elles sont indépendantes. La confiance est un ressenti basé sur des faits qui entraîne un état d’alerte éveillé (réel). Ce n’est pas parce qu’on a pas confiance qu’on n’aime pas tel ou tel service. Le desamour se traduirait à mon avis par une desertion, un rejet, etc

  12. Mox Folder wrote…

    Le monde s’est simplement rendu compte – pour les plus chanceux du moins, les autres ne s’en rendent malheureusement même pas compte – qu’on est généralement bête et paresseux et qu’on réflechit peu à nos actes. (la propagation de l’info sur le bug en est d’alleurs une belle preuve). On diffuse avant même de chercher à comprendre quoi que ce soit, de la même manière qu’on poste un message sur un mur sans même se poser la question de savoir s’il est public ou privé et ou si le message est d’ordre public que privé.

  13. Marie-Cécile wrote…

    Comme vous le dite cette histoire va permettre une prise de conscience. J’ai lu il y a peu que 65% des personnes sont indifférentes au fait de dévoiler des informations confidentielles. Les gens sont parfois mal informés sur les conséquences. Pour ma part je contrôle tout, si un jour je ne pouvais plus utiliser ces paramètres je ne resterai pas sur facebook, ou j’utiliserai ce réseau comme simple lien avec certaines personnes, mais sans traces de ma vie privée ( hélas car c’est tout de même sympa).

  14. greg wrote…

    Ca faisait longtemps et ca fait plaisir de te voir ici.
    Effectivement cela a permis une vraie prise de conscience je pense