• 3 Commentaires

Pourquoi les femmes achètent plein de sacs à main et les hommes des grosses voitures

En pleine lecture de "Nouvelle Terre" d'Eckhart Tolle sur la différence fondamentale entre l'ego et le mental, un paragraphe est dédié au marketing et en ce temps de vide intersidéral comme à chaque 1ère semaine d'aout, je me suis dis que cela pourrait être intéressant de le partager avec vous.

Même si vous connaissez évidemment ce qu'est notre métier, je trouve ces lignes particulièrement intéressantes à lire tant nous pouvons parfois nous perdre tant en qualité de marketer que de consommateurs d'ailleurs.

 

"Les spécialistes du monde de la publicité savent très bien que s'ils veulent vendre  ce dont les gens n'ont pas vraiment besoin, ils doivent les convaincre que ces choses ajouteront quelque chose à la façon dont ils se voient ou dont ils sont vus par les autres. 

Autrement dit, ces choses ajouteront quelque chose au sens qu'ils ont d'eux-mêmes.

C'est ce qu'ils font en vous disant par exemple que vous vous distinguerez des autres en employant tel ou tel produit, ceci sous-entendant que vous serez plus pleinement vous-même. 

Ou bien ces spécialistes créeront une association dans votre esprit entre le produit et une personne célèbre, une personne jeune et attirante ou une personne qui à l'air heureuse.

Même les photos de célébrités âgées ou décédées les montrant dans la force de l'âge fonctionnent bien.

La supposition silencieusement suggérée est que, en achetant le produit et par quelque geste magique d'appropriation, vous deviendrez comme eux, ou plutôt comme l'image qu'ils renvoient.

Alors dans bien des cas, vous n'achetez pas un produit, mais un "renforceur d'identité". Les étiquettes de grandes marques sont fondamentalement des identités collectives que vous "achetez". Comme elles coutent cher, elles ont par conséquent, un caractère d'exclusivité.

Si tout le monde pouvait les acheter, elles perdraient leur valeur psychologique et tout ce qu'il vous resterait serait leur valeur matérielle qui ne correspond qu'à une fraction de ce que vous avez payé.

Les choses auxquelles vous vous identifiez varient selon les personnes, l'âge, le genre, le revenu, la classe sociale, la mode, la culture… Ce à quoi vous vous identifiez concerne le contenu, alors que la compulsion inconsciente à l'identification concerne la structure. C'est une des façons les plus fondamentale dont le mental fonctionne.

Paradoxalement, ce qui maintient la soi-disant société de consommation active, c'est le fait que la tentative de se retrouver dans ces objets ne fonctionne pas. 

Comme la satisfaction de l'ego est de courte durée, vous en voulez davantage.

Donc, vous continuer d'acheter et de consommer.

Bien entendu, dans cette dimension physique où notre moi de surface réside, les choses font nécessairement et inéluctablement  partie de nos vies. Nous avons besoin d'un toit sur la tête, de vêtements, de meubles, d'outils, de moyens de transport…

Il se peut également que nous accordions de la valeur à certains objets en raison de leur beauté ou de leur qualité intrinsèque.

Le sentiment de fierté, de se distinguer des autres, l'apparent renforcement du soi par un "plus que" et l'apparente diminution du soi par un "moins que" ne sont jamais bien ou mal. C'est juste l'ego. Et il n'y a rien de mal à l'ego : il est seulement inconscient. Quand vous observez l'ego en vous, c'est que vous commencez à le dépasser. Ne prenez pas l'ego trop au sérieux et quand vous le surprenez chez vous dans certains comportements, souriez-en. Riez-en même.[…]

L'ego a tendance à assimiler l'avoir à l'être :j'ai donc je suis. 

Et plus j'ai, plus je suis. L'égo vit de la comparaison.

La façon dont les autres vous voient devient la façon dont vous vous voyez. Autrement, dit, si tout le monde habitait un château, vous pourriez vous distinguer en aménageant une hutte toute simple."

 

Sans être anti consumériste (qui serait aussi une posture – vous l'aurez compris) c'est bien de pouvoir se reposer sur les bases et aussi d'avoir une vision un peu critique de notre métier. Peut être même que cela vous donnera envie de lire ce livre plein d'enseignements pour une vie plus heureuse ou, à minima, plus saine.

 

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. Mathiasduret wrote…

    Je n’aurai jamais imaginé un jour avoir une citation d’Eckhart Tolle dans un blog de marketing ! Bravo pour cette initiative. En effet, je pense aussi que dans notre métier il est important de lire ce genre de livre qui nous confronte à notre propre réalité.

  2. greg wrote…

    Heureusement que les marketers ne sont pas tous des vils écervelés au service du profit uniquement.
    Trève de plaisanterie, je trouve ca vraiment important de prendre du recul sur son propre métier, de le faire en connaissance de cause, de prendre du recul sur soi aussi en tant que consommateur et rire de ses propres contradictions.

  3. Marie-Cécile wrote…

    OK je vais acheter ce livre car cet article me donne vraiment envie!! Merci une fois de plus pour votre mine d’informations toujours aussi intéressantes, que je me régale à parcourir