2012 ne sera pas l'année du mobile !

Pas que le mobile ne va pas se développer en 2012 mais il serait idiot de définir 2012 ou une tout autre année comme l'année du mobile.
Au final, cela fait des années que le mobile se développe de manière forte.
Ces précautions d'usages étant posées, l'institut Forrester a proposé il y a quelque temps un papier sur les tendances mobile pour le business pour 2012.
Selon l'institut, en 2011, ce ne sont pas les technologies qui ont beaucoup évoluées (même si elles évoluent malgré tout) mais les investissements mis en place pour proposer de nouveaux services.
Très clairement les smartphones se démocratisent, cela impliquent un usage grand public et donc le besoin pour des services peu chers, faciles mais surtout pratiques dans la vie quotidienne.
La bonne nouvelle c'est que pour une fois les marques essaient d'abord de développer des services utiles aux consommateurs avant de vouloir générer du business à court terme.
Les challenges restent les mêmes et ils sont souvent techniques :
1. Multiplicité des OS : Nokia vient de rejoindre Microsoft, on parle de Blackberry sous Android mais malgré tout, ce n'est pas simple.
2. La multiplicité des écrans : on voit avec le succès RP du Galaxy notes que les tailles d'écran diverses et variées n'ont pas fini

Les 4  grandes tendances de développement en 2012 selon Forrester seront :
1. Le mobile : un axe stratégique indispensable
Très clairement les entreprises n'ayant aucune stratégie mobile se font de plus en plus rares (on passe de 57 à 31% d'entres elles sur cet item).
Par contre, il va devenir véritablement nécessaire de professionnaliser l'approche, avoir une vision groupe (non segmentée par services/marques), définir des Kpi….
De la même manière que pour le web, le mobile ne peut être un silo, il doit s'inscrire dans la stratégie globale ce qui implique de lui donner un rôle au sein du plan marketing annuel mais aussi de considérer mobiles basiques, smartphones et tablettes.

2. Le marché du mobile est instable : beaucoup de nouveaux venus
Clairement si on avait demandé il y a encore 5 ans quels étaient les acteurs principaux dans le monde du mobile, de ceux cités, aucun n'apparaitraient dans le classement d'aujourd'hui : Google, Apple, Amazon, Facebook…peut être Samsung.
Ce qui semble clair c'est que rien n'est joué et qu'il va falloir être agile dans sa stratégie mobile.

3. Les attentes consommateurs vont être élevées mais pas forcément cohérentes
Le moins que l'on puisse dire c'est que l'usage du web mobile a mis longtemps à décoller mais maintenant que les consommateurs sont prêts ils s'attendent à ce que tout soit possible tout de suite.
Ainsi, ils attendent des expériences contextuelles (ils font tout avec leur téléphone), mais dans le même temps, ils ont de plus en plus peur des problématiques de sécurité et de vie privée.
Il va falloir rassurer, expliquer, un peu comme le fait la BNP en ce moment avec sa publicité TV pour le lancement de son MVNO.

4. Vers une rationalisation des standards
Cette rationalisation va être indispensable et ces services devront être intégrés en natif dans le téléphone (lecteur de QR code par exemple).

Tout va aller très vite dans le secteur, il va falloir être agile et suivre avec beaucoup d'attention les différents mouvements si vous souhaitez rester dans la course.

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy
Les commentaires sont fermés.