• 1 Commentaire

Best viral videos of the week

Somebody that I used to know
I saw that one when it came out and forgot about it and it's now 38 millions views… So it's from beginning of the month but still:


The video of the launch of One hour per second


3M to answer the last Volkswagen video


Star wars Kinect


The like belt : really ?

LikeBelt from deeplocal on Vimeo.



Tropicana and the sun in London
I'm not a big fan of this video but since there is nothing amazing these days…


The Chevy Super bowl ad

  • 3 Commentaires

Le transport : Une opportunité mal saisie par les marques ?

Nurun vient de diffuser un "white paper" sur les temps morts et plus précisément, les temps de transport.
Vous savez ce moment où chacun se regarde dans le blanc des yeux en se demandant qui peut sentir aussi mauvais…ou, si vous êtes en voiture, le moment où vous essayez de passer vos coups de fil, de vous maquillez/raser, bref d'occuper ce temps en faisant attention que la police ne vous chope pas...
Pour être un peu plus précis, que ce soit en voiture, en transport en commun, en scooter, à pied, en vélo, à cheval ou en trottinette, c'est en moyenne 38 minutes que l'on passe dans les transports au quotidien dans les pays de l'OCDE et la tendance est évidemment à la hausse dans la mesure ou le prix de l'immobilier pousse à l'éloignement (cela changera quand le travail à la maison sera mieux accepté par les entreprises mais nous n'y sommes pas encore...).
La conséquence est simplement que nous cherchons tous à nous distraire (musique, travail, jeux, lire les news…) et une étude de "the Association of Publishing Agencies" a même déterminé que 67% des répondants souhaitaient que les marques leur proposent des contenus pour combler ces temps morts.
Plusieurs idées surviennent comme par exemple les bons vieux podcasts qui permettent pendant un temps mort de profiter d'informations fraîches, nouvelles et pourquoi pas utiles.
Typiquement, je m'intéresse à la photo en ce moment et je serai ravi d'avoir des cours proposés par Canon ou Nikon que je puisse écouter pendant mes temps de transport.

L'application "readitlater" (qui comme son nom l'indique permet de lire plus tard des articles que vous avez trouvé à priori intéressants) ne s'y est pas trompé et m'est fortement utile dès lors que j'ai un temps mort. mais ce n'est pas si simple de lire dans les transports surtout quand on est serré comme des sardines, il manque donc une appli qui lise ce contenu tout simplement. D'ailleurs, cela fonctionnerait aussi pour la voiture…
Ainsi des marques comme Dominos Pizza, Microsoft ou encore Toy'R US ont fait des avancées dans ce sens. Sans bien sur parler de l'exemple que tout le monde a sur les lèvres : Tesco et son fameux shopping en attendant le métro.
Il y a de nombreuses idées dans ce papier relativement court et que je ne saurai trop vous inviter à découvrir et lire.
Je suis certain que la marque pour laquelle vous bossez peut avoir une forme d'utilité dans ces moments là. Il suffit juste d'y penser.

  • 6 Commentaires

Une vision des usages sur les médias sociaux pays par pays

On a vite fait d'aller à des raccourcis du genre "les individus sur les médias sociaux" en oubliant parfois que les usages divergent d'un pays à l'autre.
De mon coté, les chiffres sur lesquels je me basais étaient assez vieux et donc avec des usages qui avaient nécessairement évolué.
Heureusement, Forrester nous livre la mise à jour de son étude Technographics qui permet de mieux comprendre (et simplement) les usages par pays et par zone.
Forrester distinguent plusieurs typologies d'usages :
1. Les créateurs : publient et créent du contenus texte, audio ou vidéo (24% des internautes aux US et 17% en France)
2. Les Conversationalistes : ont des profils sociaux type Twitter qu'ils mettent à jour (36% aux US et 22% en France)
3. Les Critiques : mettent des commentaires, des avis sur les produits, participent aux forums (36% aux US et 30% en France)
4. Les collectionneurs : consomment beaucoup de contenus et utilisent des outils type flux RSS, ajoutent des tags aux photos… (23% aux US et 23% en France)
5. Les "joiners" : ont un profil social générique (68% aux US et 50% en France)
6. Les spectateurs :lisent des blogs, les forums, les avis… (73% aux US et 68% en France)
7. Les inactifs : ne font rien de tout ca (14% aux US et 22% en France)

Il en ressort des choses que l'on sait déjà parfois mais d'autres que l'on avait parfois occulté :
1. Dans les pays émergents, seuls 7% des internautes sont inactifs sur les réseaux sociaux - le taux de pénétration d'internet est parfois encore faible mais l'activité très forte
2. Plus de 75% des internautes citadins chinois et indiens sont des créateurs de contenus (24% aux US pour mémoire).
3. Dans les pays occidentaux où nous avons un usage avancé, les consommateurs sont plutôt des spectateurs que des créateurs de contenu. Ils sont beaucoup plus passifs (dans les pays émergents 66% des internautes participent à la conversation (conversationalist).
4. Il y a des grandes variations en Europe, typiquement les italiens et les suédois sont 2 fois plus actifs sur les médias sociaux que les allemands par exemple ou encore quand 38% des italiens sont des créateurs de contenus, la moyenne européenne est à 20%.
5. L'Asie est une région dans laquelle les internautes sont tous très actifs (97% des internautes citadins chinois et indiens sont présents sur les réseaux sociaux), tous…sauf les japonais pour lesquels l'anonymat est très important. Ils sont seulement 13% à aller sur Facebook au moins 1 fois par mois. Par contre, il préfèrent des sites comme Twitter ou Mixi qui leur assurent l'anonymat s'ils le souhaitent.

Les conséquences évidentes de tout cela sont qu'il faut absolument avoir une approche locale quand on parle de réseaux sociaux (et on ne parle pas juste de remplacer Twitter par Weibo quand on est en Chine mais bien de considérer les usages). L'anonymat, la volonté de créer du contenu ou même simplement de participer sont des éléments à prendre en considération pour chaque pays afin de s'adapter efficacement. Attention à ne pas tout attendre de l'UGC (User Generated Content) en Europe par exemple (à part en Italie).
En fonction des pays les investissements ne doivent pas être les mêmes non plus évidemment puisque ces derniers doivent dépendre des usages.
A noter par ailleurs, la croissance exponentielle du mobile qui devrait changer pas mal les usages. Ainsi, Forrester remarque que les possesseurs de smartphone aux US devraient passer de 39% des possesseurs de mobiles en 2011 à plus de 50% en 2015.

  • 3 Commentaires

Ambiance musicale du dimanche : Bernhoft

Ce WE je suis allé au Château de Versailles afin d'enm=: visiter l'Opéra.
Je suis retourné plusieurs fois au Château ces derniers temps mais cela fait des années que je n'avais pas vu l'opéra, autant dire que ca devait être lors de l'une de ces visites de classe pendant lesquelles de toute manière l'on écoute rien.
Hier, j'étais attentif et ce n'était pas difficile car le directeur technique qui nous a présenté l'opéra était juste incroyable de culture, d'humour et donc dôté d'une vraie capacité à transmettre.
Nous avons visité l'opéra du sous-sol au plafond en passant évidemment par la salle et la scène (la 2ème plus grande de France après l'Opéra Garnier).
Si vous en avez l'occasion, n'hésitez surtout pas.
De mon coté, c'était aussi l'occasion de tester le Sony Nex-7 que la marque m'a gentillement prêté et si la prise en main n'a pas été si évidente, je commence à vraiment apprécier ce petit format avec beaucoup de fonctionnalités et de capacités.
L'opéra étant particulièrement sombre, ce n'était pas si évident de prendre des photos mais le résultat est si ca vous intéresse.

Coté musique, on change d'ambiance car j'ai eu la chance de rencontrer un artiste hallucinant que vous ne connaissez peut être pas encore. Bernhoft est norvégien, il vient de remporter 2 grammy awards dans son pays dont celui de meilleur artiste de l'année et il m'a juste bluffé de gentillesse et d'accessibilité mais surtout, et c'est ce qui nous intéresse, le bonhomme est juste énorme sur scène.
C'est rare de voir des artistes qui vous laisse béat, bouche grande ouverte, tellement ils envoient.
C'est le cas de Bernhoft que je vous invite à découvrir ou réécouter.


Bonne écoute et bon dimanche

  • 6 Commentaires

Pourquoi la hausse des investissements de communication sur le web social m'inquiète ?

L'EBG (Electronic Business Group) que vous connaissez sans doute a décidé de lancer un nouveau blog qui se veut un endroit de décryptage des innovations qui touchent l’entreprise, d’analyses et de tribunes, pour générer du dialogue et des échanges entre professionnels, un peu à l’instar de leurs conférences.

Ils m'ont proposé d'y écrire un article en me soumettant le sujet suivant :

« Le Marketing Social a-t-il réussit à percer dans le budget d’achat d’espace des annonceurs ? »

Je me suis permis de modifier le titre pour traiter le sujet et donner mon avis, que je vous invite à découvrir donc :

"On ne peut ignorer l'ensemble des études qui montrent à quel point les budgets des annonceurs sur le web social a crû pour atteindre plus de 4 milliards de dollars au niveau mondial.

Il suffit de regarder cette infographie pour se rendre compte que le web social, et particulièrement les réseaux sociaux, a une existence réelle dans les budgets et de toute évidence cela n'est pas près de s'arrêter puisque les prévisions pour les années à venir sont à la hausse.

Doit-on s’en réjouir ? S’en féliciter ?
Cela signifie-t-il que les annonceurs ont compris que le paradigme du marketing et de la communication avaient changé ?
Malheureusement rien n'est moins sûr."
  • 5 Commentaires

Ecommerce : la France, un pays forcément différent [Etude Forrester]

Forrester ecommerce France
J'aime avoir accès à des études sur le marché français car la majorité de celles qui concernent Internet sont "US centric" mais avoir en plus une vision internationale du marché français, je trouve cela encore plus riche.
La dernière étude de Forrester sur l'ecommerce en France est, à ce titre, vraiment intéressante. Un marché en France qui représente 12,8 milliards d'Euros soit 3,4% de l'ensemble du commerce retail.
Plusieurs éléments intéressants sont à noter :
1. D'abord l'ecommerce est bien installé en France (3ème marché Européen) avec 62% des internautes adultes qui achètent en ligne.
2. Le prix est roi, c'est évidemment aussi le cas dans les autres pays mais en France beaucoup plus qu'ailleurs. Les français utilisent le web pour faire des économies. Les commerçants en ligne l'ont compris puisque certains d'entre eux affichent toute l'année une zone de "soldes".
Tout cela explique aussi le succès de ventes-privées par exemple ou encore du club privé mis en place par la Fnac.
3. Les français sont moins attirés par le merchandising et par les commentaires (44% d'entres eux) - si vous avez le prix, vous avez le business globalement...reste malgré tout à servir le client.
4. Peu de magasins en ligne proposent des options "mulicanal" comme d'acheter en ligne et aller chercher en magasin (les coûts de livraison sont couteux et connus des français). Auchan et Leclerc propose des solutions dans ce sens par exemple (ce qui par voie de conséquence remet totalement en cause le merchandising en magasin et le story telling sur le packaging puisque les consommateurs ne vont plus dans les rayons). A noter que les clients français multicanaux sont 30% plus rentables selon l'étude.
5. l'usage des médias sociaux en France est assez unique car il est moins utilisé pour discuter que pour découvrir et consommer du contenu (le pourcentage de personnes prenant part à la discussion est relativement plus faible).
6. les français utilisent quasi exclusivement la carte de paiement pour régler leur achat même si paypal commence à se renforcer.

A noter que le rédacteur du rapport insiste sur le fait que les commetçants en ligne n'offrent pas assez d'option et ne sont pas assez flexibles. Selon Forrester ils ratent de nombreuses opportunités de faire du business. A bon entendeur...


Comprendre le parcours d'achat des internautes français [Etude]

Dans une période ou les parcours consommateurs sont de plus en plus flous, c'est toujours une excellente nouvelle d'avoir une étude, en particulier française qui vient nous éclairer.

C'est la 4ème fois que ce baromètre des français et de leur relation avec les médias sociaux sort et il est donc intéressant de voir l'évolution des usages.

Par ailleurs, j'aime qu'il fasse référence aux études de Procter concernant le FMOT et le SMOT et à celles de Google concernant le ZMOT car je crois que ce sont des visions très pertinentes de la manière dont l'acte d'achat se déroule désormais. Ils ajoutent une notion de TMOT (Third moment of Truth) concernant les avis.

Par contre, je n'aime pas (ou plutôt je ne comprends pas) qu'ils disent que l'échantillon est représentatif de la population française quand l'étude a été réalisée en ligne (32% des français ne sont pas connectés).

Ceci étant dit, voici ce que j'en retiens :

1. Il est évident que les usages et la confiance accordée au contenu du web social croît de manière très forte et l'achat en ligne n'est plus un problème (95% ont déjà acheté en ligne)

2. L'utilisation d'un smartphone avant achat est relativement faible (12%) cela étant sans doute dû au fait que le parc équipé est encore relativement faible au final...

3. La quasi moitié des internautes français (ce qui me semble énorme) se définissent comme "accros" au web et ont des usages très importants avec une confiance évidemment correllée.

4. Le digital intervient désormais à toutes les phases de l'achat (de manière quasi systématique) et du post-achat même s'il est évident que tous les internautes ne donnent pas d'avis post achat

5. La publicité est toujours un vecteur important de notoriété et de sensibilisation n'en déplaisent aux ayatollahs du tout digital ou du tout social. Les avis sur un produit arrivent en 3ème position en terme de critère de choix (après le prix et les attributs produits)

6. Les sites de marques sont encore beaucoup consultés avec un indice de confiance fort quand il s'agit de préparer son achat, à l'inverse les pages Facebook de marque sont peu consultées et peu crédibles (utilisées par contre pour s'exprimer sur une marque, ce ne sont pas nos 3 opérateurs mobiles qui diront l'inverse en ce moment)...idem avec Twitter et Youtube. Relativisons l'importance du web social

7. Le commerce sur Facebook est très peu considéré (inutile pour 58% des internautes, risqué pour 29%) ce qui n'est pas une surprise.

Comme l'explique l'étude, il est difficile de dessiner un parcours d'achat type valable pour l'ensemble des secteurs ou des produits. Comme le précisait l'étude de Mc Kinsey l'an passée, il faut comprendre comment vos clients fonctionnent et les sources d'informations qu'ils utilisent.

Typiquement, il est primordial de travailler son référencement naturel et de ne pas tout miser sur Facebook  - Les basiques sont toujours valables !

  • 2 Commentaires

Ambiance musicale du dimanche : TV addict or…

La reprise du sport pour de vrai…ca fait des années que je fais du sport en dilettante et j'ai envie de reprendre un vrai rythme.
Ce WE mon retour dans une salle m'a fait un bien fou et m'a fait réalisé à quel point cela me manquait.
Alors bien sur, les poids, c'est pas vraiment du sport mais, au moins, une activité sportive et rien que ça, c'est cool !
Cette semaine, j'ai pu découvrir la chaîne Public Senat et découvrir avec plaisir qu'ils sont vraiment agréables et reçoivent très bien même quand vous venez intervenir pour 3 minutes.
Vendredi, j'ai pu donné la suite de mes cours à Dauphine et j'ai eu la bonne surprise de découvrir une ambiance vraiment bonne, chacun avait amené de quoi faire un gouter…Quand je pense qu'un hater s'est fait passé pour l'un d'entre eux pour déverser sa haine dimanche dernier et que je l'ai cru…j'aurais du vérifier l'IP dès le début et me rendre compte qu'il était à Caen où je n'ai jamais donné de cours…enfin…de l'énergie gâchée.

Coté musique, pas mal de reggae dans ma tête et cette chanson "TV addict" qui me fait me dire que ce n'est pas à la TV que je suis addict mais bien à l'Internet et que je ferai bien de faire attention à moi.
Je réalise déjà que j'ai beaucoup plus de mal à me concentrer et à travailler sans être perturber…

Je vous laisse y réfléchir par cette belle journée

Bonne écoute et bon dimanche

  • 2 Commentaires

Comprendre le marketing au Maroc

Le Maroc et de manière générale le Maghreb sont des pays intéressants en terme de potentiel marchés mais qui, malgré une occidentalisation certaines, restent profondément différents malgré tout.
Pas si simple de s'y implanter ou juste de comprendre comment les évolutions occidentales peuvent avoir des répercussions sur place.
Circuit de distribution, fonctionnement societaux…il y a de nombreuses choses dont on peut parler.
Mathieu est un ami de prépa qui a eu une expérience importante en marketing (l'Oréal entre autre) et international (Chine, Indonésie et Maroc) et qui a monté la filiale d'un groupe au Maroc. Il a donc une expérience certaine de ce marché et je lui ai proposé de la partager en ouvrant un blog sur le sujet.
Il se trouve que le marché marocain n'est pas très riche en contenus sur le web.
Il a donc accepté d'ouvrir un blog pour faire part de son expérience, partager ses points de vue, ses lectures et autres.
Ca se trouve ici et je vous remercie de lui faire le meilleur accueil sur le petit monde de la toile afin de l'encourager dans sa direction où en lui donnant des conseils.
En tous cas, si vous vous intéressez au sujet, n'hésitez pas à communiquer avec lui.