[Interview] : Joe Gebbia – AirBnB est loin d'avoir été un succès instantané

En allant à San Francisco, j'ai décidé d'aller à la rencontre de plusieurs start-up intéressantes, AirBnB faisait évidemment partie de la liste
En 2 mots, pour ceux qui ne connaissent pas, AirBnB est un site sur lequel vous pouvez louer votre appartement et/ou louer l'appartement d'autres personnes (ou simplement une chambre) dans une ville dans laquelle vous vous rendez.
C'est moins cher que l'hôtel et plus sympa (pour la relation humaine, pour le fait d'être au coeur de la ville..).
J'ai donc eu la chance de rencontrer Joe Gebbia, l'un des 3 fondateurs d'AirBnB.


J'ai posé ces questions à Joe :
1. Pourrais tu présenter AirBnB ?
2. Comment avez vous financé la création de l'entreprise à l'origine ? (et je vous assure que l'histoire vaut le coup)
3. Comment des designers deviennent des entrepreneurs de la Silicon Valley ?
4. Comment expliquer le succès de AirBnB ?
5. Pourrais tu parler de la crise que vous avez rencontré cet été et qu'avez vous fait pour que cela ne se reproduise plus ?
6. Quels conseils donnerais tu aux entrepreneurs ?
7. Quels conseils donnerais tu aux designers ?
8. Quelle est la question que l'on ne t'as jamais posé et que tu adorais que l'on te pose ?

Voici l'interview que j'ai réalisé (7 min):

 

Ce qu'il y a surtout à retenir :


1. Non le succès n'est pas arrivé tout seul, AirBnB a été créé il y a 3 ans,  ils se sont donnés du mal, se sont personnellement endettés fortement, ont persistés et insistés encore avant que le concept ne décolle.
2. Il faut savoir se réinventer. Pour pouvoir continuer à développer l'entreprise, ils se sont appuyés sur leurs connaissances de bases, le design et ont surfé sur l'actualité, les élections .  Ils ont ainsi créé de grands paquets de céréales, au nom des 2 candidats à la présidentielle américaine. En les rendant "collector"(numéros de série…) cela leur a permis de récolter l'argent nécessaire pour le lancement d'AirBnB.
3.Selon lui, les designers sont très bien placés pour créer des start-up car ils sont toujours à la recherche d'une solution qui n'est pas forcément la plus évidente et qui va se concentrer par l'expérience utilisateur. D'ailleurs, Joe nous explique que le meilleur design est celui qu'on ne remarque pas, car il s'impose par lui même.
C'est ce qui, selon lui, a fait le succès d'AirBnB : trouver une solution différente à la problématique d'un manque de revenus et  proposer une expérience utilisateur différente.
4. Ils ont appris de leur crise  de cet été (un membre a vu son appartement totalement saccagé) et ont largement renforcé la sécurité (connexion avec tous les réseaux sociaux et le mobile, donné la possibilité de demander une caution et mise en place d'une assurance d'une valeur de $ 50 000) et également de proposé des profils vidéos.
5. Les entrepreneurs doivent être passionnés et persistants jusqu'au point qu'on les prennent pour des fous. On trouve toujours des solutions quand on est passionné.
6. Les designers doivent saisir qu'ils peuvent également créé des start-up voire sont très bien placés pour le faire.


Les anecdotes souvent coupées au montage :


- L e 1er nom dAirBnB était  AirBedandBreakfast et ont créé le site en 2 jours
- Au moment de lancer AirBnB, les fondateurs avaient 3 entreprises en gestation car ils voulaient absolument réussir.
- L'histoire des paquets de céréales leur à démontré l'utilité et la puissance des médias, c'est aussi grâce à cette opération qu'ils les ont attirés.
- Il y a plus de 10 000 espaces à louer sur AirBnB dans le monde (utilisateurs actifs)

Pour ce qui est de la dernière question : la question que tu aimerais que l'on te pose et que l'on ne t'as jamais posé…je vous laisse découvrir la réponse en vidéo.

  • 8 Commentaires

En finir avec les fantasmes du mobile en France

Je pense que TNS a du lire ma note de lundi puisqu'ils viennent de sortir une étude précisément sur le même sujet (blague).
Bon plus sérieusement, leur étude est vraiment intéressante car elle remet a plat, chiffres à l'appui, toutes les choses dont on parle souvent (géoloc, applis, réalité augmentée, flash code…) et ce que l'on en retire :
1. Les mobinautes français ont en moyenne 27 applications installées (1ère est la météo, vient ensuite le GPS et les jeux)
2. 57% des mobinautes français possèdent un appli de marque (principalement banque et assurance, puis transport en commun et enfin télécom/multimedia)
3. Les attentes d'une appui de marque : apporter un service, proposer des promotion, permettre d'acheter
4. 71% des mobinautes français ont déjà utilisé la géoloc (principalement pour se repérer (GPS)
5. La moitié des mobinautes français connaissent la réalité augmentée mais seulement 15% d'entre eux l'ont déjà utilisé (l'usage s'envisage principalement pour les sites touristiques, pour acheter en ligne ou pour jouer)
6. 89% des personnes interrogées ont déjà vu un flashcode (mag, produits, affiches) et 42% déclarent l'avoir déjà utilisé et même 33% affirme l'avoir fait plusieurs fois et principalement pour des produits et services dont majoritairement de la pub

Si l'étude n'est pas surprenante pour les applis (auxquelles on demande d'être utiles), je suis vraiment bluffé par l'usage des flash code que je pensais quasiment inexistant.
Si vous souhaitez lire toute l'étude c'est là :

  • 24 Commentaires

Sur l'évolution de Facebook et le retour à l'anonymat

Même si tous les "gurus" en médias sociaux ont l'air de maîtriser Ticker avec une habilité débordante et en parle comme si c'était une évidence, moi je trouve cela compliqué.

De manière générale je trouve l'usage du nouveau Facebook bien trop évolué pour moi et donc j'imagine que pour l'internaute lambda, en dehors du fait que ca soit joli, ca va être dur à saisir.

Mais surtout, les évolutions de Facebook m'ont fait froid dans le dos.
Je ne suis pas un enfant de coeur, je connais un peu les médias sociaux mais les évolutions de Facebook m'effraient  et je trouve que ce partage de tout devient malsain.
Les puristes me diront que c'était déjà le cas. Effectivement mais là ils sont allés plus loin.
Déjà la suppression de tous les filtres que vous aviez mis en place, le repostage des albums photos que vous aviez supprimé de votre profil n'étaient pas des meilleures surprises mais bon...

Je pense comprendre la stratégie de Facebook qui veut ferrer ses utilisateurs et bâtir une base de données hors du commun mais le fait de pouvoir rentrer toute votre vie et surtout de pouvoir revenir dans le passé est bien trop intrusif.

Vous me direz : "les gens partagent ce qu'ils ont bien envie de partager" mais ce n'est pas tout...
Comme nous en discutions avec Jean-Pascal, désormais que votre musique se diffuse en flux continu sur votre profil via Spotify, cela implique que pour faire "bien", les jeunes écouteront la musique qui va bien et pas forcément celle qu'ils apprécient.
Cela normalise un peu trop la société (qui se normalisait déjà avec les RT et les liens qui font du "buzz").
Je ne sais pas si tout le monde fera comme le fils de Loic, c'est à dire vider son compte purement et simplement mais du coup, quand je réfléchi à la manière dont tout cela pourrait évoluer, je pense évidemment à la Chine.
La chine où l'anonymat règne en maître sur les réseaux sociaux.
Le retour de l'anonymat, un retour en arrière ?
Sans doute effectivement mais Facebook devient tellement normalisé qu'on ne peut plus vraiment y mettre de "gros délires"ou être soi même mais c'est devenu le temple du personal branding à la sauce sociale...rien de très excitant donc.

My 2 cents....

  • 1 Commentaire

Votre stratégie mobile est-elle sur la bonne route ?

Il est vraiment intéressant de constater comme les marketers Européens sont enthousiastes pour toutes les innovations et c'est évidemment le cas pour tout ce qui concerne le mobile.
Ainsi, comme le relève une étude de Forrester (The stage of marketing in Europe 2011) sortie fin juillet 2011, 46% des marketers estiment que le mobile va croître dans les 3 années à venir.
Et pour cause, si on en croit l'étude sur le M-Commerce, d'In Mobi réalisée sur 12 pays auprès de 14 000 personnes entre février et mars 2011, ce sont près de 12,1 millions de français  qui ont déjà acheté (35% numérique et 29% biens et services) sur mobile (inclus les applications). Une niche qui ne demande qu'à se développer...
Toutefois, les marketers ne sont pas très téméraires et s'ils adoraient être les premiers, ils ne veulent pas prendre de risque, par conséquent…rien ne bouge ou presque.
Le mobile reste très expérimental pour le moment et l'on contemple des cas comme celui d'ebay qui devrait générer 4 milliards d'Euros en 2011 sur le mobile.
Encore une fois, les marketers se rêvent un peu et développent des applications pour leurs marques tandis que les consommateurs,eux, en téléchargent peu et en particulier celles de marques qui sont bien souvent trop autocentrées et très peu utiles.
D'ailleurs, ces applications sont quasi systématiquement développées pour l'Iphone, Android restant le parent pauvre alors que pourtant on voit bien que le nombre d'utilisateurs de ce dernier système (OS) est en croissance constante et à dépasser l'Iphone.
Une tendance qui devrait se développer également sur le marché des tablettes avec l'entrée fracassante d'Amazon la semaine dernière (à moins qu'ils décident comme le disent certaine rumeurs, de racheter Palm) et le rachat de Motorola par Google.
De manière assez intéressante il semble que les utilisateurs d'Android sont plus satisfaits (94%) de leur expérience de M- commerce que les utilisateurs des autres OS (69% pour IOS) et 53% pour Symbian. InMobi suppose que cela est du principalement à des attentes moindre du coté des utilisateurs d'Android.

Par contre, l'accès au web via mobile est une réalité marché qui, pour le coup, est souvent ignoré (seuls 30% des sites sont optimisés).
Si les applications ont le vent en poupe, il se trouve que finalement le web mobile est beaucoup plus efficace pour vendre et plébiscité par les individus selon l'étude d'Inmobi.
Par exemple, shoes.com réalise 85% des ventes sur mobile se font par le web.
Cependant, il y a des différences en fonction des secteurs, par exemple, dans la mode un site mobile va plutôt servir pour acheter des biens immatériels tandis que les applications sont utilisés pour découvrir de nouveaux produits et trouver de meilleurs prix.

Un marché en pleine mouvance qui mérite qu'on s'intéresse de près aux usages de ses clients (par extrapolation d'étude) avant de lancer une énième application de marque sans réfléchir au reste des possibilités.


Ambiance musicale du dimanche : Ben Harper

Cette semaine, pas mal d'événement, dont la soirée de l'agence NoSite dont tout le monde à parlé, mais aussi une conférence sur le M-Conférence dont j'aurais l'occasion de parler et enfin la nuit blanche de Paris pour laquelle on m'a proposé avec 23 autres de retransmettre par twitt et photos.
Il faut être honnête généralement, je n'aime pas trop les grands événements comme la fête de la musique ou la nuit blanche, mais pour avoir parcouru le pavé parisien toute la nuit, je dois bien avouer que j'ai vraiment apprécié cette accessibilité de l'art.
Comme j'ai pu le dire, à un degré de fatigue avancé, sur france 3 à 5h du mat, pour moi, c'est un vrai mouvement de démocratisation de l'art et j'ai trouvé ca chouette.
Beaucoup de monde dans les rues pour découvrir des artistes venus de partout.
Bref, je crois que je le referai l'année prochaine.

Coté musique, je suis un peu bloqué sur Ben Harper depuis hier, alors je vous fait profité d'une de ses chansons en vous souhaitant de bien profiter du soleil :)

Bonne écoute et bon dimanche !