• 6 Commentaires

The next BIG THING : la gestion des données personnelles

Au moment ou j'ai écris ma note sur l'avenir des médias sociaux, j'ai vu pas mal de réponses (pas forcément directe d'ailleurs) de personnes qui expliquaient que la confidentialité était d'un autre temps.
Moi qui mélange beaucoup vie privée et vie "publique" je suis bien placé pour en parler et pourtant je ne crois pas à ce concept de l'abolition de la vie personnelle.
Comme l’explique Adriana Lukas dans sa présentation, « la vie privée n’est pas morte, elle est essentielle pour mon autonomie et mon identité. La vie privée s’appuie sur le besoin de l’utilisateur en ligne d’être le point d’intégration des données qu’il partage, car l’individu est le meilleur juge de ses besoins en termes de vie privée. En dehors des cercles sociaux les plus proches, il nous faut comprendre les conséquences du partage d’information. Mais quand ce contrôle n’est pas entre nos mains, nous n’avons pas de prise sur ces conséquences. Nous ne savons pas le plus souvent comment notre vie privée est exploitée par d’autres ».

L'étude que Forrester propose sur l'identité personnelle va justement dans ce sens.
Il faudrait penser que les individus sont bien idiots pour imaginer qu'ils ne réalisent pas qu'ils donnent leurs données personnelles à des tiers et selon Forrester, les sécurité des données, la collecte de données (les entreprises américaines dépensent chaque année plus de 2 milliards pour en savoir plus sur les clients) vont devenir des sujets de plus en plus forts sur les prochaines années.
Un acronyme existe déjà : PIDM pour Personal Identity Management.
Comme on pouvait le prévoir, les marketers sont déjà allés trop loin dans la gestion des données privées.
Souvent liés aux contenus gratuits, on voit une forme de retour en arrière puisque 61% des internautes américains disent préférer payer en monnaie sonnante et trébuchante plutôt qu'en donnant accès à leurs données personnelles.
Les fuites comme celle de Sony (dont le coût pour l'entreprise est estimé à $171 m avant la seconde fuite) seront de plus en plus courantes.
Il est nécessaire de gérer ses informations personnelles de manière particulièrement délicates et les consommateurs vont y être de plus en plus vigilants.
Ca ne veut pas dire qu'ils vont arrêter du jour au lendemain et très clairement les internautes continuent de donner accès à leur données personnelles à des services tiers mais ils ont besoin d'y trouver une réelle plus-value et surtout d'être rassurés quant à leur sécurité et leur usage.
Aujourd'hui, en particulier avec un Facebook -connect, tout cela reste flou.
Forrester distingue 4 types de données personnelles :
1. Données individuelles : nom, numéro de sécurité sociale, numéro de carte bleue..
2. Les données comportementales : historique d'achat, cookies…
3. Les données dérivées : score d'influence, score de solvabilité…
4. Les données identifiées : "lie" de pages, vidéos ou autres; créations de contenus, avis sur des sites ou forums, groupes linkedin…

L'implication de tout cela pour les marketers que nous sommes est que les règles du jeu vont évidemment évoluer. Typiquement, on parle beaucoup de la relation d'égal à égal entre marque et consommateur, il s'agit ici d'un pas de plus franchi car les consommateurs veulent savoir, contrôler, modifier ce qu'ils donnent à voir et à qui.

Les 5 piliers de la relation vus par Forrester :

1. Vie privée : Respectez mes données et expliquez moi pourquoi je dois vous faire confiance
2. Economie : donnez moi de la valeur pour partager mes données
3. Portabilité :permettez moi d'avoir une copie des informations que vous possédez sur moi
4. Transparence : Dîtes moi les infos que vous avez sur moi et ce que vous allez en faire
5. Sécurité : Protégez mes données avec les technologies et la gouvernance adéquates.

D'un autre coté, nous allons de plus en plus rentrer sur un marketing d'analystes qui pourront s'appuyer sur ce que les gens font vraiment et pas sur ce qu'ils déclarent faire. Nous serons aussi capable d'avoir de vrais clients segmentés car aujourd'hui la majorité des études sur les CSP++ sont biaisées dans la mesure ou rare sont les vrais CSP++ répondent à des études.
Que ce soit au niveau des start-up ou des grands groupes comme Amazon, Yahoo!, Facebook ou autres, des mouvements forts devraient se faire sentir dans les années à venir.

D'ailleurs, sans vouloir être lourd sur Facebook, ils sont de plus en plus dans la tourmente avec des articles comme celui ci qui démontre que Facebook sait tout sur vous et conserve l'intégralité de toutes vos actions (que vous les ayez masquées ou supprimées), discussion, mail sur le réseau social. Chez Facebook, les piliers de la relation ne sont pas respectés.
A voir qui deviendra le coffre fort des données personnelles des individus, que ce soit une entreprise privée me perturbe personnellement même si c'est clairement le chemin que tout cela prend.

  • 18 Commentaires

Faut-il vraiment maximiser son nombre de fans ?

Cette note est en réaction à un article que j'ai lu sur Mashable en début de mois et qui a été beaucoup repris.
L'article explique le modèle publicitaire de Facebook et son auteur explique que les marques doivent maximiser leur nombre de fans.
Ainsi, il prend l'exemple de la sortie du troisième épisode de Star Wars et compare :
"A few years ago, I wrote a story about the marketing for Star Wars: Episode III — Revenge of the Sith the last movie (by release date, not chronologically) in the Star Wars franchise. I was genuinely baffled as to why Lucasfilm was putting such a heavy advertising push behind the movie. I mean, after all, didn’t everyone who cared already know that the movie was coming out?
Jim Ward, Lucasfilm’s vice president of marketing at the time, though, told me the stakes were huge for that movie. If the studio did absolutely no advertising, it would likely lose $110 million or so in box office returns. “What we need to do is go beyond the core audience, not only from a box office perspective but from a brand-management perspective,” he told me at the time.
In other words: You don’t need to let Star Wars fans know that a Star Wars movie is coming out, but you do need to target all those millions of people who are on the fence about Star Wars or are too young to remember it.
The same is true for any brand that really wants to grow. You will get only so far keeping your base happy. What you need to do is reach beyond them."
SI je suis d'accord avec le fond de l'article  pour dire que la stratégie publicitaire de Facebook est intelligente, je ne suis pas d'accord avec l'idée que sous entend son auteur, à savoir, maximiser le nombre de fans à tout prix.
A mon sens, Facebook n'est pas un média de masse, et le considérer comme tel est dangereux financièrement (recruter de fans éloignés de la marque coûte cher et risque de ne pas être très efficace sans compter que la base ne vous appartient pas) et stratégiquement (vous risquez de ne pas comprendre le rôle de Facebook si vous l'assimilez à un média de masse).
Il me semble que quelque soit la stratégie globale, Facebook doit apporter une dimension relationnelle avec un segment d'individus déjà proches de la marque (RH, service clients, marketing, communication).
Quand on explique que le Edgerank implique que la majorité de vos fans ne voient pas vos mises à jour, cela implique aussi que plus les fans sont éloignés de la marque, moins ils vont voir vos mises à jour et plus votre investissement à la marge perd en efficacité.


Ambiance musicale du dimanche : DJ Chloé

Cette semaine s'est à moitié passée au Canada. L'occasion de voir de vieux amis, de me remettre un peu à la natation (il y avait une chouette piscine dans l'hôtel), ce qui va dans le bon sens, car dans très peu de temps, je vais devoir nager pour la bonne cause même si cela me semble encore un peu flou.
Cette semaine, je me suis acheté ma première perceuse aussi.
Ok une news sans intérêt mais depuis le temps que j'emprunte celles des autres et puis pour mon père (et toute sa famille) qui est un bricoleur hors pair (vraiment), c'est une sorte d'émancipation.
Vraiment envie de prendre des cours de bricolage moi d'ailleurs, ça m'ennuie de ne rien savoir faire de mes 10 doigts (ou presque).
La semaine qui vient devrait être un peu compliquée mais nous verrons bien comment cela va se passer.
Coté musique, hier j'étais au Cirque bonheur pour une soirée un peu différente, c'était chouette mais je me rends compte à quel point je suis difficile en matière de musique électronique.
Je reste un très grand fan de l'électro et rien d'autres, donc à ce titre, je place un petit morceau de Chloé que j'apprécie particulièrement même si ce morceau n'est pas exactement fait pour danser.

Bonne écoute et bon dimanche.


La population mondiale est mieux reliée au mobile qu'à l'électricité

En réalisant ma présentation sur la révolution du commerce, j'ai réalisé à quel point nous tournions en rond en occident.
Nous prenons toujours des exemples des US, de l'Europe voire si on est fou d'Australie mais on ne s'intéresse pas aux autres pays.
Le souci c'est que l'économie est en train d'évoluer de manière différente et d'autant plus l'économie numérique.
Cette présentation qui vient tout juste de sortir permet de remettre les points sur les "i" sur la vision internationale (celle qu'il faut nécessairement avoir) du digital (attention la prez est une vue US malgré tout):
1. Baidu est la 5ème entreprise la plus valorisée dans le monde digital (juste derrière Facebook et devant ebay)
2. Le Nigeria amène plus d'internautes chaque année que n'importe quel autre pays excepté la Chine et l'Inde
3. Les 3 pays avec le temps de connexion le plus important sont Israel, l'Argentine et la Turquie
4. La 3G grimpe dans tous les pays du monde et bientôt le mobile sera (comme les études l'envisageaient) le 1er outil pour se connecter à Internet
5. Tout ce qui est autour du son (musique, écouteur…) sera dans LA bonne tendance
6. La pub sur mobile est très en deçà de l'usage et temps passé.
7. "l'empowerment via le mobile" est la prochaine grosse tendance
8. L'identité numérique va être au coeur des débats

9. Avec un taux de pénétration de 85%, les réseaux mobiles touchent plus de monde que l'électricité elle même.

KPCB Internet Trends (2011)

  • 27 Commentaires

Et si on mettait fin aux stratégies de médias sociaux ?

Je le dis depuis un petit moment mais je sens que le rappel reste nécessaire malgré tout : les stratégies de médias sociaux n'existent pas !
D'ailleurs, de manière plus générale, à mon sens, les directions digitales ne sont "que" des directions de transition car à terme le digital devra être totalement intégré dans l'ensemble des directions.
Je pense que le digital en silos (via une direction à proprement parlée) est une étape nécessaire à son intégration évidemment mais qu'il ne peut s'agir d'une fin.
Alors quand on me parle de stratégie en médias sociaux, j'avoue que…
Je ne sais pas si vous avez une stratégie TV ou une stratégie radio mais j'en doute….pourquoi alors vouloir faire une stratégie médias sociaux ?
Vous vous dîtes peut être que j'exagère mais au final, il suffit de voir comment sont structurés les agences et les annonceurs pour vite se rendre compte que les médias sociaux évoluent souvent en silos.
Finalement, c'est aussi de là que provient toute la problématique du ROI des médias sociaux car si vous les considérez en silos alors forcément vous en attendez quelque chose de spécifique, c'est logique alors que s'ils participent à un tout, alors vous suivrez simplement des indicateurs prédéfinis en fonction de vos objectifs.
La réalité est beaucoup plus simple que ça et si les médias sociaux ne sont pas qu'un nouveau média ils doivent néanmoins servir une stratégie globale.
Afin de savoir comment agir dans les médias sociaux, il "suffit" de comprendre les problématiques concrètes des différentes directions, de bien maîtriser la marque pour laquelle on travaille, les évolutions relationnelles et innovations technologiques  et de comprendre comment joindre les 2 pour avoir sa réponse.
En aucun cas, faire une stratégies médias sociaux ne pourra vous aider….
Par ailleurs, quand on me dit que les entreprises sont désormais matures sur le sujet, je me dis que si c'était le cas, nous en verrions plus sur les forums et un peu moins sur Facebook.

  • 17 Commentaires

Ambiance musicale du dimanche : Gagnez 2 places pour le festival Les Inrocks Black XS

Image001
Je me balade ! Hier j'étais à Quebec, aujourd'hui à Montreal, jeudi je serai de retour à Paris, le tout pour une conférence que je donnerai mardi pour Nurun autour du Social Commerce.
J'apprécie la chance que j'ai de voyager, de rencontrer de nouvelles personnes ou de revoir d'anciens amis comme Embruns ou encore Oliv.
Mais ce qui me marque le plus finalement quand je voyage, c'est que je suis relax, pressé par rien…ça me fait systématiquement le même effet quand je pars tout seul que ce soit en vacances ou pour de courts séjours.
Je crois, au final, que Paris me stresse. Je n'ai pas plus à faire à Paris qu'ici et pourtant chaque minute semble s'écouler trop vite, pas le temps de çi, pas le temps de ca…bref…
Je crois surtout que je perds du temps sur Internet et que je ferai mieux d'organiser mes moments de surf plutôt que de ne rien faire comme j'aurais pu le faire devant une TV.

Coté musique et comme c'est annoncé dans le titre, j'ai la chance de pouvoir faire gagner 2 places pour la journée du 6 novembre au festival Les Inrocks Black XS.
Afin de participer, je vous invite simplement à laisser un commentaire qui m'explique pourquoi vous devriez gagner et je jugerai en fonction de manière totalement subjective bien sur.
Et puis du coup, on écoute un artiste de la journée, j'ai choisi:


[Etude] Les conséquences business de l'explosion des Séniors – AT Kearney

AT Kearney vient de sortir une étude concernant les seniors en s'appuyant sur 3 000 personnes de plus de 60 ans dans 23 pays.
Alors que l'espérance de vie se prolonge dans la majorité des pays occidentaux, cette cible est forcément de plus en plus pertinente car sa taille grossit quotidiennement.

Comme le rappelle le cabinet, les implications de cette mutation (qu'ils dénomment "agequake") de la structure des âges, va avoir des conséquences importantes pour lle business car les seniors représentent le segment de consommateurs qui croît le plus en terme de nombre (600 millions en 2000, 800 millions en 2010 et une prévision à 2 milliards pour 2050.
Encore plus étonnant, le segment avec la croissance la plus forte sont les + de 80 ans (+4% par an Vs le +1,2 en moyenne).
En 1998 le nombre de plus de 60 ans a supplanté le nombre de - de 15 ans dans les pays du G7, les prévisions sont qu'en 2047 cela sera vrai au niveau mondial.

L'information la plus importante de l'étude restent que les seniors considèrent que les distributeurs (l'étude est concentrée sur la distribution) ne pensent pas à eux de la bonne manière aujourd'hui.
Logique quand on sait que les magasins, et en particulier les supermarchés, sont pensés pour les gens pressés qui veulent tout acheter au même endroit en y passant le malgré tout le moins de temps possible.
Un problème ou un boulevard selon si l'on est pessimiste ou optimiste.
Sans vouloir être traités comme des vieux, ils attendent des magasins de prendre en considération leur situation : besoin de repos, envie de socialisation, besoin de proximité (préfère marcher que conduire), envie de qualité (avec une fidélité forte particulièrement en Europe), faible élasticité au prix (ne sacrifieront pas la qualité) même si leurs revenus sont plus faibles que les personnes actives.

A l'inverse les arguments environnementalistes ne les sensibilisent pas vraiment.

A noter que ce sont de shoppers importants (2 fois par semaine) mais à des moments différents (idéalement quand il y a moins de monde c'est à dire tôt le matin généralement).

De manière générale, ils dépensent moins d'argent (en moyenne) sur l'habillement ou les moyens de transport et plus sur la nourriture et les produits de santé sans prescription médicale.

C'est également intéressant de constater qu'ils ne sont pas/peu sensibles aux promotions (sauf sous certaines conditions) car en général il s'agit d'acheter 2 fois plus (2 achetés, 1 gratuit) alors qu'ils ne peuvent consommer ces produits qui finissent par se perdre.
De la même manière,  la pub a peu d'effet sur eux voire ils en ont une image négative (attention toutefois cela reste du déclaratif).
Senior and technology

La technologie n'est pas un problème à partir du moment ou ils ont mis un pied dedans.
69% des personnes interrogées ont un téléphone mobile et un téléphone fixe  mais plus que cela, ils ont du temps, souhaite s'informer

Il faut casser les idées préconçues ce sont des utilisateurs importants d'internet et 20% d'entres eux l'utilisent pour acheter en ligne (un chiffre qui ne va aller qu'en croissant) avec l'avantage de pouvoir se faire livrer à la maison.
Au UK, les plus de 55 ans sont même le segment qui croît le plus rapidement en ce qui concerne l'adoption d'Internet (sans doute aussi parce que pour les autres classes d'ages, le taux d'adoption est d'ores et déjà très important).

Les implications pour les distributeurs :
1. Devenir un endroit de socialisation : les seniors ne sont pas autant pressés et le shopping est pour eux une vraie activité (sportive mais également sociale) qui se doit d'être accessible à pied idéalement. Comme le disait un chercheur sur le comportement des consommateurs, il ne s'agit pas toujours de tout accelerer car tout est relatif. A ce titre, il prenait l'exemple de l'Eurostar en disant que si c'était des jeunes personnes plutôt jolies qui servaient et se baladaient dans le bar et qu'on pouvait jouer aux jeux de casino, on voudrait simplement que ce voyage ne s'arrête jamais…
2. Avoir des attentions pour les plus âgés : dans la mesure ou ils passent plus de temps dans les magasins, il faut de vraies personnes aux caisses qui soient particulièrement avenantes, il faut des endroits pour prendre le thé ou le café, il faut des magasins à taille humaine aussi
3. Proposez des produits de très bonne qualité sans se soucier particulièrement des prix (même s'il s'agit d'être compétitif)
4. Des packaging faciles à ouvrir, des modes d'emploi simples à lire : cela implique de revoir totalement les packaging parce que les seniors ont le temps et ont envie de lire (nutrition, informations pour la santé…)
5. Soyez souple : s'ils ont envie parfois de se faire livrer à la maison ou de commander en ligne, proposez leur.
6. Comme Carrefour ou Wallmart, proposez des caddies électriques
7. Adaptez la publicité en jouant sur la nostalgie ou des références à des séries/films/musiques anciennes par exemple. On peut également proposer des publicités se mettant à leur place (petits-enfants, humour sur la famille)
8. Proposez des quantités raisonnables pour des personnes seules ou à 2

Très clairement la prochaine révolution en marketing va se faire sur les seniors, d'autant plus que ce segment mute également dans son dynamisme. Les 60/65 ans sont encore plein d'énergie et veulent des solutions pour eux.

A vous d'être innovants...