Ambiance musicale du dimanche : Juliette Katz

Je ne sais pas si ce sont mes prières ou simplement les aléas du temps, mais il fait soleil et ca change la vie (enfin la mienne en tous cas).
On est en plein juillet et l'activité ne décroît pas plus que ca en fait…C'est assez surprenant d'ailleurs.
Par contre, les choses bougent, plus lentement que je ne l'aurais pensé d'ailleurs mais l'important est que ca avance.
Les idées font leurs petits chemins.

Coté musique, je vous avais déjà parlé de Juliette Katz, et bien elle sort son tout premier clip et j'aime toujours cette chanson et le message associé bien sur !
J'aurais l'occasion de reparler d'elle de toute manière mais pour le moment je vous laisse apprécier ce clip

Juliette Katz - Tout Le Monde par umusic
Et ouïs bon sortez il fait beau là !
Bonne écoute et bon dimanche


Médias sociaux : retour vers le futur – commenté en vidéo

Certains diront que je suis "old" sur moi même et je me fais la même remarque d'ailleurs...la vidéo n'est pas toute nouvelle (elle a presque 1 mois) mais je ne l'ai jamais partagé ici...

Si vous avez vu mon deck et que vous l'avez trouvé pas trop mal, peut être serez-vous également intéressé pour avoir le speech qui va avec.

Pour la toute première fois, j'ai fait l'exercice pour Frenchweb sans vraiment m'y être préparé (je pensais faire un pitch de 5 minutes quand je suis arrivé chez eux).

Cela dit, si vous avez une trentaine de minutes, je vous invité à regarder et me faire vos retours bien sur :

 


Gregory Pouy: Médias Sociaux, retour vers le... par frenchweb

  • 3 Commentaires

La psychologie du partage ! Pourquoi les personnes partagent en ligne ?

Dans la mesure ou je suis plutôt naturellement porté vers les sciences humaines, cette étude (quali et quanti) commandée par le New York Times m'a tout de suite intéressée.
Evidemment le partage n'est pas un élément nouveau, il est simplement décuplé par les outils qui sont aujourd'hui accessible en ligne.
On partage désormais plus de contenus, de plus de sources, à plus gens, plus souvent et plus rapidement.
Selon l'étude, il y a 5 raisons principales pour partager que j'ai remis en 4:

1. Pour amener du contenu pertinent à d'autres :
Pour 85% des personnes interrogées, lire les réponses à leurs statut/tweet, leur permet de mieux comprendre et d'approfondir leur réflexion. C'est donc un outil pour améliorer sa vision.
Pour 94% des interrogés ils essaient de poster du contenu utile pour le public "ciblé" et de ce fait essaient "d'enrichir" la vie des personnes autour d'eux.

2. Pour aider les autres à mieux nous connaître
Mais évidemment et même si le pourcentage est plus faible, 68% avouent malgré tout qu'il s'agit d'aider les autres à mieux comprendre qui ils sont dans la réalité.
On rentre donc dans la mise en avant de soi en essayant, comme le dit l'un des interrogés, de renforcer l'image qu'ils ont envie de présenter.

3. Pour son estime personnelle et défendre des causes :
Dans la lignée de ce dernier chiffre, en partageant du contenu qu'ils jugent utile, les personnes se sentent elles même utiles et pensent pouvoir servir ainsi des causes auxquelles ils sont attachés. C'est donc bon pour l'estime de soi.

4. Pour développer et nourrir ses relations
La démarche de partage est aussi motivée pour créer du lien social car en partageant du contenu en ligne, on permet de rester connecter avec des personnes qu'ils n'ont pas d'autres moyens de contacter (pour 78% des répondants).

Il y a évidemment plusieurs typologies de personnalités, l'étude en décompte 6 :
- Les altruistes  : partagent pour aider les autres
- Les carrieristes : partagent pour développer leurs réseaux et leurs idées
- les Hipster : le partage fait partie de leur identité, surtout s'ils sont les 1ers sur l'info
- Les boomerangs : partagent pour chercher la controverse et donc la réaction - veulent être perçus comme des personnes engagées et provocantes
- Les connecteurs : partagent pour les bons plans et mettre en relations des personnes
- Les sélectifs : partagent uniquement de manière spécifique du contenu pertinent aux bonnes personnes.

Comme le rappelle l'étude, quand vous créez du contenu, il faut donc intégrer ces éléments afin d'assurer un partage maximum évidemment.
Dans un premier temps, prendre en considération que ce contenu doit permettre aux consommateurs de se connecter entres eux et pas seulement avec votre marque.
Par ailleurs, il faut que ca soit simple, que l'on vous fasse confiance, qu'ils sentent l'urgence dans le partage.
A noter par ailleurs que l'email reste toujours le médium numéro 1 du partage (je pense que c'est important de le rappeler à l'heure des médias sociaux) et que plus important que le partage, c'est ce que vous allez faire avec les insights que vous allez ainsi récupérer suite aux commentaires que les internautes pourraient mettre en accompagnant le partage de l'information….

  • 16 Commentaires

Quel avenir pour les directeurs du digital ?

Non je ne me recycle pas dans les R.H...
Faut croire qu'il y a un temps pour tout…ou tout simplement est-ce lié à ma dernière note et à la discussion que cela a généré au bureau.
Cela dit, j'avais déjà eu cette discussion avec plusieurs directeurs du digital chez d'importants annonceurs.
Leurs réponse est toute la même : mon métier est appelé à disparaître.
Dur constat, mais il est vrai que les directions du digital servent souvent de béquilles à des services qui mettent du temps à intégrer Internet dans leur stratégie.
Mais tôt ou tard, le digital sera à sa place, dans chaque direction et la direction du digital sera forcément moins moteur.
Alors bien sur, tous métier à besoin de spécialistes mais il n'y aura plus de "directeur", ca sera un poste qui vérifiera si tous le monde va bien dans le même sens et aidera les directions dans les appels d'offre…
Beaucoup moins excitant donc…
La question que l'on se posait ensuite, c'est de savoir si les actuels directeurs du digital pourraient devenir directeur de la communication ?
Les personnes travaillant dans le digital ont plusieurs avantages : curiosité et capacité à apprendre en continu (qualité qui se perd) et à s'intéresser vraiment au client.
Le souci, c'est que de nombreuses personnes dans le digital ont passé la quasi totalité de leur carrière dans ce média et ne connaissent pas les autres.
A moins de bosser chez un pure player ou une entreprise qui investit principalement dans le web, cela sera compliqué de remonter en compétence sur les autres médias tandis que pour des personnes plus généralistes il sera simple de comprendre le web (ce ne sont pas les formations qui manquent).
Il est donc temps pour tout le monde de sortir la tête de sa bulle et de regarder comment fonctionne les autres médias pour ne pas se faire enfermer dans un poste qui pourrait être moins intéressant dans les années à venir…Enfin je vous rassure on en a encore pour quelques années…

Enfin comme toute note, celle ci est faite pour être débattue.


Ambiance musicale du dimanche : Ritmo de la Noche

En direct de Barcelone, j'ai enfin compris mon problème : un gros manque de sommeil que j'ai récupéré ici.
Je vais pouvoir revenir en pleine forme, moins stressé…

C'est idiot, c'est simple mais je me sentais revivre hier alors que ca fait plusieurs semaines que je traine vraiment la patte, que je suis irritable pour rien...et surtout que je n'ai plus d'énergie pour rien.

Ca va être idéal pour attaquer cet été qui ne sera pas si calme qu'on pouvait le présager…vraiment pas.
Je ne vais pas faire de note trop longue car je préfère aller visiter Barcelone même si je connais déjà un peu la ville.
Coté musique, hier au mariage ou j'étais convié, ils nous ont repassé une vieille chanson mais qui nous a mis en piste.


Bonne écoute et bon dimanche

  • 13 Commentaires

Quel avenir pour les agences "social média" ?

Il a fallu que je lise un article hier pour vraiment me poser la question…
C'est drôle car je me la suis posé mille fois pour mon poste, pour les agences digitales et même pour les responsables digitaux chez les annonceurs mais jamais vraiment pour les petites agences spécialisées…
Il y a 2 points de vue qui se tiennent sur le sujet :
- Il faut des artisans de tout pour que le travail soit parfaitement executé (quand on va chez un serrurier ou un boulanger, c'est différent de Carrefour...)
- La multitude d'agence est une impossibilité pour annonceur et  de toute manière les médias sociaux ne sont pas un "add-on" mais bien un élément qui doit être totalement intégré dans les méchanismes afin d'amplifier n'importe quelle stratégie (RH, marketing, communication).

Pour le moment il est juste évident qu'il y a un besoin et une demande pour de l'opérationnel sur le sujet que ce soit pour des opérations blogueurs, de la gestion de pages Facebook mais également pour du stratégique.
Par conséquent de nombreuses agences se sont créées, beaucoup de personnes se sont mises en free-lance mais cela a-t-il véritablement un sens ?

La réponse semble évidente et pourtant les agences spécialisées tirent de plus en plus leur part du gâteau…
Je crois sincèrement que les agences spécialisées en médias sociaux n'ont pas vraiment de sens à long terme tant qu'elles sont séparées d'une structure plus importante capable de penser la stratégie de manière globale.
Par contre, ce qui me semble assez évident, c'est que ces mêmes grosses agences sont bien souvent très en retard et loin d'avoir dépasser le vernis (facilement accessible) des médias sociaux (voire on a des surprises parfois, certaines défendant mordicus une simple présence).

Actuellement, il y a donc un vrai besoin de spécialistes (et encore pour quelques années) pour évangéliser, accompagner les entreprises dans l'appréhension de ce "retour vers le futur".
Une seconde chose qui me semble importante de noter, c'est que les personnes travaillant dans les agences spécialisées vont pour beaucoup d'entres elles faire d'excellents stratégistes de marque au global car c'est une bonne école (celle que l'on aurait jamais du oublier) : celle de l'intérêt pour le client.

  • 2 Commentaires

Ambiance musicale du dimanche : one day in your life

Quand j'étais en prépa on me disait toujours que j'étais dilettante ou au moins qu'on avait l'impression que tout me passait au dessus…
La réalité est que je suis un grand stressé avec mille choses en tête à chaque instant et une énorme peur de décevoir.
Et puis voilà, beaucoup d'occupations ces derniers temps et mon corps ne suit plus…Beaucoup de fatigue d'abord puis mon corps (mon foie en fait) qui me dit d'arrêter.
Même lire un livre sur les médias sociaux ne rentre pas… repos intellectuel total…
Alors, je ne suis pas en vacances mais je vais au moins limiter l'écriture sur ce blog pour un petit moment.
Ca tombe pile poil pendant les vacances et c'est une bonne nouvelle !
Parfois il faut savoir s'écouter quand même
On se retrouvera donc un peu plus tard.

Coté musique du coup, je vais passer un truc à la cool, histoire de rester dans l'ambiance relax, je vais vous passer un bon vieux Michael Jackson.

Bonne écoute et bon dimache

  • 4 Commentaires

Le business du mobile aux Etats-Unis devrait atteindre les 31 milliards de dollars en 2016

Le mobile est de plus en plus dans toutes les bouches car si les annonceurs n'ont pas tout compris au web social, ils ont bien intégré que le mobile est (ou sera) inévitable…
Toutefois, ils sont également perdus face à une offre qui n'est pas encore stabilisée : sur quel système d'opérations (OS) investir ? Quelle technologie ?
Quels seront les usages de demain ?
En particulier, comment les gens vont acheter avec leurs mobiles ?
Forrester vient de sortir un papier avec leurs prévisions pour le développement du m-mobile d'ici à 2016.
Aux US, le m-Commerce devrait atteindre $6 milliards fin 2011 et Forrester prévoit une croissance de 39%/ an jusqu'en 2016 pour atteindre $31 milliards ce qui ne devrait représenter que 7% de l'ecommerce et 1% de l'ensemble du commerce malgré tout.

Cela va modifier considérablement le commerce en magasin et bien malin celui qui saura distinguer "on" et "off". L'offre de prix sera désormais beaucoup plus transparente et les chaînes de magasins devront innover afin de survivre.
Le m-commerce devrait croitre accompagné d'une infrastructure améliorée (et donc de fluidité dans l'usage) et d'une sécurité accrue(critère déterminant pour 44% des shoppers) mais également avec des possibilités toujours plus innovantes et utiles au consommateur.
Attention toutefois à ne pas mettre la charrue avant les boeufs car si le mobile a déçu depuis de nombreuses années, c'est aussi parce qu'on en attendait beaucoup et très vite alors que finalement les usages ne peuvent croitre à une si grande vitesse.
Les consommateurs ont besoin de tester, de réapprendre avant d'être totalement confortables avec le fait d'acheter depuis leur mobile.
D'abord optimiser son site pour un accès mobile, ensuite réfléchir à ce qui peut faire du sens en mobilité (le contexte est clef) dans votre business et développer les applications associées sur Iphone et Android.
Personnellement je parierais moins sur Blackberry et Nokia mais bien sur si vous pouvez vous le permettre, il faut pas hésiter à décliner sur ces mobiles également.
Pour accéder au papier de Forrester, c'est par ici !


Comprendre la veille sur Internet : un ebook qui vous dit tout sur tout

C'est en tous cas la promesse de cet ebook géant de 125 pages écrit conjointement par de nombreuses personnes travaillant dans le domaine !
Pas moins de 5 chapitres et de dizaines d'articles:
1. Notions et outils de base
2. Par de veille sans humain : du spécialiste au tous veilleurs
3. Les notions et outils avancés
4. La veille pour les travailleurs du web
5. Enjeux et perspectives d'avenir

Avec en prime différents témoignages de spécialistes du domaine.
Vous y trouverez des conseils pour choisir des outils gratuits (la majorité des besoins), mais aussi comprendre ce qu'est une cartographie et à quoi cela peut servir comment la veille peut aider pour sa réputation en ligne.
Dans la mesure où l'on m'a proposé de participé, j'ai souhaité revenir aux bases trop souvent oubliées en posant cette question : Veiller éventuellement mais pourquoi faire ?
Cette question qui peut paraître élémentaire ne l'est pas tant que ca, l'éreputation étant devenu un buzzword.
Cependant, il est déterminant de se la poser pour bien envisager les équipes que cela va nécessiter mais aussi pour choisir l'outil adapté à la demande.
Je vous laisse lire tout cela !


Ambiance musicale du dimanche : M

J'en parlais la semaine dernière mais nous y voilà vraiment presque : la fin du tunnel !
Déménagement effectué cette semaine, supports et conférences passées, il ne me reste plus qu'à bosser normalement et à faire mon support de prez pour septembre que j'aimerais exemplaire si c'est possible.
A minima, il aura mon niveau d'exigence, c'est toujours ca…enfin vous verrez bien d'ici là et pourrez toujours me dire ce que vous en pensez !
Le sujet ? A oui effectivement…je vous garde la surprise !
Ce que je sais c'est que je pense que je vais adorer les 2 mois qui viennent !
Etre à Paris en été, c'est juste le bonheur !

Coté musique, cette semaine, on a aimé que le soleil nous libère un peu de sa chape de plomb mais maintenant, il fait un peu froid.
Ce n'est pas vraiment pour me déplaire d'ailleurs.
Lors d'une soirée cette semaine, j'ai réalisé à quel point j'appréciais mes classiques de disco mais en même temps je n'arrête pas d'en passer ces derniers temps et je ne parle plus de musique française…et pourtant elle m'accompagne tout autant que la musique classique en ce moment.
Alors retour à un bon vieux M que j'apprécie toujours et qui m'accompagnait ce matin :

Matthieu Chedid - Bonobo par hydearck
Bonne écoute et bon dimanche