• 21 Commentaires

Etes vous un hipster qui s'ignore ? Tentative de définition

"Tumblr est le repère des hipster !"

C'est une phrase que l'on m'a sorti et qui m'a marqué parce que je ne connaissais pas vraiment ce mouvement de tendance.

Pourtant, le New York Times a employé le terme plus de 250 fois en 2009… et depuis on ne cesse de le voir partout.

Je profite d'un article du Courrier International dans lequel Mark Grief (qui a écrit un bouquin intitulé "What was the Hipster ? A sociological investigation") nous explique en 4 pages le phénomène pour vous le décrire à mon tour.

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce terme a évolué pour désigné beaucoup de mouvements différents.

A l'origine (fin des années 40), il s'agit d'une figure de la culture afro américaine puis dans les années 50, il désigne une avant garde blanche avec une profonde expérience du cool gardant malgré tout l'énergie des noirs américains dans leur révolte contre l'ordre établi.

Mais au fur et à mesure, ce mouvement est devenu totalement insensible aux enjeux raciaux.Le terme a peu à peu disparu jusqu'à devenir une forme d'insulte désignant un imposteur "m'as tu vu".

Et puis il a refait surface en s'inspirant de la culture indie avec un rejet du consumérisme, désignant alors une personne qui pourrait être vue comme marginale mais participant en même temps à la culture dominante (cf les start-uper ayant fait fortune mais restant en basket, jean et sweat).

Aujourd'hui, il s'agit d'un mouvement planétaire, le hipster lit Vice (mot clef de la culture hipster) prenant appui sur la violence et le carractère rebelle du "white crash" des couches inférieures  des classes moyennes américaines. Il habite des enclaves urbaines déjà occupées par d'autres communautés mais sans volonté de s'intégrer à la population locale.

D'ailleurs, le cofondateur de Vice s'est exprimé en ces termes en 2003 : " Peu m'importe d'être entouré de Hipster, au moins ce ne sont pas des putains de nègres ou de Portoricains. Au moins ils sont blancs". Hum, ca fait rêver non ?

Au final le Hipster n'est pas à l'avant garde, il s'agit simplement d'une communauté de personnes promptes à adopter la tendance, l'auteur du livre allant jusqu'à les décrire comme "parasites" d'une sphère créative (artistes, militant, écrivains…).

Histoire de le décrire au travers d'un stéréotype (on adore tous ca même si toute généralité est par essence fausse) pour que vous voyez de quoi on parle : barbu, aime les vélos à pignon fixe, a fait un retour en arrière technologique (back to the Vinyls), porte (ou portait) des jeans slims, aime le savoir faire artisanal, aime Américan Apparel, Animal Collective et plutôt blanc donc.Une sorte de faux rebelle à la mode donc.

Alors vous en êtes ? 

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. Influent wrote…

    J’ai l’impression d’avoir déjà lu cet article quelque part…

  2. JN Chaintreuil wrote…

    Il ne doit pas tant en avoir de hipster car American Apparel est en dépôt de bilan, non? 🙂
    Et merci pour la définition… Pour ma part, j’aime Tumblr mais pas les slims! 🙂

  3. greg wrote…

    C’est drôle tu es la 2ème personne à me l’envoyer et je ne l’avais effectivement pas vu.

    merci

  4. greg wrote…

    Tu sous entends par là que j’aurais fait un méchant copier coller ?

    Ok…

  5. manuel wrote…

    Non, tu cite ta source, on est loin du plagiat, je trouve l’accusation un peu forte.

    Si on était très sourcilleux on pourrait dire que tu as « oublié » les guillemets sur la phrase « Au final le Hipster n’est pas à l’avant garde, il s’agit simplement d’une communauté de personnes promptes à adopter la tendance »

    voir la recherche google sur cette phrase : http://bit.ly/i3oCoH

  6. greg wrote…

    Tient un troll 😀
    Tu as raison, c’est la seule phrase que j’ai repris de l’article que je cite par ailleurs. Mais j’aurais du mettre des « … », j’y ai même pensé pour être totalement honnête et puis j’ai oublié.

  7. khalid wrote…

    Bonjour,

    Pourrais tu me donner la source sur la déclaration du cofondateur de vice:

     » Peu m’importe d’être entouré de Hipster, au moins ce ne sont pas des putains de nègres ou de Portoricains. Au moins ils sont blancs ».

  8. Michelle wrote…

    T’as oublié qu’ils utilisent que des macs et ils font chier avec leurs jeans slims et le look emo :p

  9. alex wrote…

    j’ai un mac, j’écoute des vinyls et j’aime le savoir faire artisanal, suis-je un hipster docteur? mon cas est désesperé…

  10. François wrote…

    Concernant la définition originale de « hipster », l’étude de Dick Pountain et David Robins est une référence : L’esprit « Cool » : Ethique, Esthétique, Phénomène Culturel.

    Le glissement de sens qui s’est opéré depuis 2003 (d’après Grief) ne reflète finalement que l’extension du consumérisme et du conformisme à la contre-culture.

    Mais finalement, peu importe les jeans slim ou les vinyls, la différence entre le « cool » et le « hipster » contemporain, c’est simplement l’authenticité. Et avec le « hipster », c’est précisément le décalage criant entre l’expression de cette authenticité (vinyls, vélos, etc.) et le manque complet d’authenticité de la démarche qui rend le hipster au mieux comique… au pire navrant.

  11. Gary wrote…

    Tu ne connaissais pas?!

    C’est officiel, tu es une personne âgée, ou au minimum, tu n’es plus dans la boucle 😉

  12. greg wrote…

    Je l’ai récupéré dans Courrier International qui lui même cite le Mark Grief.

  13. greg wrote…

    Je suis pareil, merde ! Heureusement je ne suis ni blanc ni jeune 😀

  14. Sebroh wrote…

    Hello, juste une précision : c’est « white trash » pas crash ^^
    J’aime beaucoup ton blog par ailleurs !