Les français et la vie privée sur Internet : étude TNS Sofres

Vous l'avez peut être vue passer la semaine dernière, TNS vient de sortir une étude sur les français et la vie privée sur Internet.
Un sujet dont on parle énormément en particulier aujourd'hui avec la journée de désinscription de Facebook (principalement en cause : le partage des informations privées).
Alors qu'est ce qui ressort de cette étude ?
- 53% des internautes français ont déjà cherché des infos sur une personne de leur entourage sur un moteur de recherche (qui a parlé d'identité numérique ?) et en déclaratif 47% sur eux même (je dirais sans doute plus mais bon...on a parfois honte de l'avouer).
- Les femmes se montrent plus sensibles à la vie privée sur Internet et c'est aussi le cas des 35-49 ou encore des séniors.
- De manière originale les CSP + s'en inquiètent moins que les autres, sans doute parce qu'ils savent mieux que les autres gérer leur ereputation (du moins le croient-ils).

C'est évidemment la non maîtrise des informations et plus généralement d'internet qui fait peur aux français qui du coup envisagent de plus en plus un mode de navigation privée (je ne suis pas sur que ca soit la solution mais bon...)
Chez les plus jeunes ont remarque toutefois qu'ils ne sont pas complètement inconscients (quoique parfois on pourrait se poser la question) quant à ce qu'ils publient sur le web.
Typiquement, peu d'entre eux vont diffuser leur coordonnées physiques (mais Facebook offrira bientôt le service après des Foursquare et consoeurs).
Mais je vous laisse découvrir tout cela dans le Slideshare ci dessous :


Ambiance musicale du dimanche : Police in Helicopter

Bon ok c'est posté un lundi mais bon on fait ce qu'on peut hein !
Ce WE j'étais à Marseille et les calanques ainsi que les balades le long de la plage ont eu raison de ma note du dimanche.
Mais comme je suis quelqu'un de bien, j'ai décidé de faire ma note quand même.
Bref...cette semaine, j'ai pleuré le soleil comme tous les autres parisiens, je suis très peu sorti mais pas mal travaillé.
Les semaines qui viennent s'annoncent intéressantes cela dit !
Et puis cette semaine, précisément vendredi, nous avons appris la mort de Willy...Willy qui a bercé mes tendres années, Willy qui avec son grand frère Arnold me faisaient forcément penser à mon frère et moi.
Bref...
Coté musique, j'ai décidé de placer un bon morceau de reggae parce que pour commencer la semaine, c'est après tout, le rythme parfait !

Bonne écoute et bon début de semaine.
  • 4 Commentaires

Les vidéos virales qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

Cette semaine beaucoup plus de vidéos, beaucoup de clips musicaux - ces derniers sont une vraies tendance dans le viral depuis une bonne année (nous avions vu cela avec Universal Mobile l'été dernier mais d'autres avant avaient également utilisé cette méthode).
2 vidéos pour des causes aussi dont celle pour le cancer du sein que je trouve plutôt maline.

Toyota - The Swagger Wagon

Dans la mesure où il s'agit d'une série, je vous conseille de regarder cette vidéo associée qui est plutôt rigolote elle aussi :


Ibis (dans la série - clip musicaux pour la pub) :


Kia Hamster


Handicap International
Parce qu'il faut aussi les aider à faire connaître leur cause.


Olympus : parce que je l'ai raté la semaine dernière


Dulux - Let Colors


Campagne contre le cancer du sein :

Ma lecture de "Les braises" de Sandor Marai

Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait une note "lecture"...hum au moins 3 semaines...
Il n'y en aura pas toutes les semaines mais voilà un nouveau roman que l'on ma conseillé.
Je ne lacherais pas le nom de ma conseillère, twittereuse bien connue, blogueuse aussi mais disons que quand elle me conseille un roman, je ne regarde même pas de quoi il s'agit, j'achète tout simplement et je lis.
En même temps si j'avais du me fier au titre ou à la couverture, j'aurais pu m'enfuir.
Pour vous donner un peu plus d'infos, Sandor Marai est l'un des plus grand auteur de la littérature hongroise (longtemps interdit dans son pays - en fait il a été admis 1 an après sa mort).
Le pitch :
L'amitié peut-elle revenir après des dizaines d'années ? Henri et Conrad s'aimaient depuis l'enfance, jusqu'à ce que la passion pour une même femme les sépare. Pendant que l'un méditait sa vengeance en silence, l'autre a purgé sa pénitence à l'autre bout du monde. Aujourd'hui, ils se retrouvent. Dans la salle de leur dernière rencontre, Henri a consciencieusement veillé à ce que les détails rappellent le dîner funeste qui précéda leur séparation. Ils vont s'affronter, vieillards préservés de la déchéance par l'attente de ce face-à-face. Mais que cherchent-ils, maintenant qu'ils n'ont plus rien à perdre ?
Implacable, Sándor Márai nous livre un dialogue sobre et bouleversant. On y découvre à l'état brut la blessure muette laissée par les amours impossibles, l'incommunicabilité et le temps perdu.

Ce livre vraiment particulier tourne autour de l'amitié, de la vieillesse, nous ramène à ce que nous sommes vraiment donc nous oblige à l'humilité !
C'est admirablement bien écrit, ca vous transporte, ca vous questionne en quelques 200 petites pages.
Merci ma conseillère qui se reconnaîtra sans difficulté si elle passe par là

Nouvelle posture relationnelle des marques… qu’en est-il des consommateurs ?

Il y a quelques semaines, j'avais laissé Barbara Haddad écrire un article et elle avait choisi de traiter : "relations marques/clients : bring the love back 3 ans après..." en faisant bien sur référence au film de Microsoft et en analysant comment les marques avait fait évoluer leur CRM durant les 3 dernières années. Suite à un commentaire, elle a décidé de prendre cette fois ci l'angle des consommateurs. Je lui relaisse la parole :

Suite à l’article “Relation marques/clients: bring the love back 3 ans après… » Yael , dans son commentaire, invitait à une analyse plus fine du comportement des consommateurs dans leur relation avec les entreprises. Alors que celles-ci tendent à adopter une posture plus humble et testent de nouvelles modalités d’interaction, quelles attitudes développent les consommateurs? Sont-ils réceptifs, investis, désimpliqués ? Selon l’âge, la localisation (France/Etats-Unis…) ou des besoins/envies propres à chacun, les réactions sont hétérogènes… mais tentons tout de même l’exercice !


Je suis consomm’acteur !
Un client qui cherche aujourd’hui à retrouver dans les produits consommés ses valeurs (éthique…) ou sa personnalité: regain d’intérêt pour le « fait soi même », customisation… Mais il est aussi devenu très exigeant. En raison d’un contexte économique qui place son pouvoir d’achat au centre de ses préoccupations, il doit arbitrer ses dépenses car il en va de son niveau de vie : Nutella ou Mutella, Ecran LCD ou partir en vacances... Il élabore donc des stratégies: promotions, ventes privées, achat groupés, location d’articles, vide greniers… Néanmoins, cette tension constante génère des comportements paradoxaux, se traduisant par des achats « coup de cœur », où l’émotionnel gagne sur le rationnel.

Tu  ne me conteras plus fleurette !

Un consommateur moins réceptif et crédule face à l’abondance des messages top down des marques/enseignes. Son regard étant plus critique sur la communication reçue, il a développé des reflexes de recherche d’informations et de consultation des avis sur internet : « près de la moitié des internautes qui se rendent sur un site de commerce consulte les commentaires laissés par d’autres». Concernant les nouvelles modalités de relation via les réseaux sociaux, ici aussi la communication y est encore souvent perçue comme un moyen supplémentaire de faire de la publicité et de vendre plus… Le sentiment de sur-sollicitation est donc une tendance lourde qui ne s’inversera qu’avec l’engagement des entreprises dans des actions sincères, riches en contenu/services et proposées de façon intelligente selon les différents canaux de communication.
  • 11 Commentaires

Sur Internet tout est gratuit non ? Le cas de Zara et du blog de Betty

  Blog de betty et zara
Vu sur le blog d'mry, ce cas vraiment intéressant sur l'utilisation par une marque d'un contenu trouvé sur le web.
En résumé, Betty est une blogueuse relativement connue (pour info entre 20 et 40 000 visiteurs/jour oui oui par jour) qui se prend en photo pour montrer ses look.
Et puis, elle retrouve un t-shirt de la marque Zara largement inspiré d'elle (sans qu'on lui ai demandé son avis bien sur).
Certains pourront dire qu'il ne s'agit pas d'elle mais à mon sens, il n'y a pas discussion, les ressemblances sont frappantes en tous points mais la question n'est même pas là.
De toute manière, même si il y a très clairement un problème de Copyright (copie d'œuvre artistique), peut de chance pour une "petite blogueuse" d'attaquer le géant Zara...
Toutefois ce qui me semble intéressant ici, c'est plutôt la manière qu'ont les entreprises et plus généralement les gens de considérer le contenu sur le web.
Beaucoup partent du principe que quelqu'un qui partage doit  y trouver son compte et qu'il est limite redevable et qu'on peut attendre de lui toujours un peu plus qu'ils s'agissent d'analyses, d'histoires personnelles ou de photos ou que sais-je encore...
Et les internautes ont cette habitude de la gratuité de ce que l'on trouve sur le web, par conséquent ils utilisent sans vergogne et sans donner de crédit que ce soit pour les images (et moi même je l'ai fait trop souvent j'avoue - maintenant dans une présentation powerpoint je remets toujours les crédits photos) ou pour les expressions, les idées…. bref, c'est gratuit après tout !
Un des designers de Zara s'est donc librement inspiré du look de Betty sans même prendre de distance si ce n'est cet oeil un peu gros.
La maison Zara n'en sait sans doute rien, le directeur du design non plus d'ailleurs, il ne s'agit que d'un t-shirt et pourtant…
Dans l'autre sens je me souviens d'un quotidien français qui avait poursuivi des blogueurs pour avoir utilisé (en faisant référence) des bouts d'un article et avait remporté d'ailleurs, obligeant les blogueurs à payer une amende.

Autant dire qu'une marque dont on utiliserait le design de manière aussi évidente et, à fortiori dans une démarche commerciale, attaquerait illico presto.

Ici rien de tout ça, une blogueuse ne peut attaquer une marque comme Zara et le web va remonter comme moi cette affaire….sans doute une tempête dans un verre d'eau sauf si les medias plus classiques (et encore plus crédibles aux yeux des CSP +) décident de s'emparer de l'affaire.

Dans tous les cas une histoire qui ne sera pas oublié par certains (rpès de 500 commentaires sur la note de Betty) quand la marque connaîtra une vraie crise car le web à une mémoire lui…


Ambiance musicale du dimanche : Pink Martini

Cette semaine, encore pas mal de travail et surtout beaucoup de soirées...

Lundi j'étais invité à participer à une table ronde autour de l'égocentrisme dans le cadre de la diffusion en avant première du nouveau film de Benjamin Rassat, I'm the Média.

Ce film sera bientôt diffusé sur Arte et en salle le 31 mai. Un film vraiment différent dans la manière d'aborder le sujet (par rapport à son 1er opus "l'Internet fait des bulles").
On sort déçu et puis quand on y repense, le film nous renvoie rapidement à beaucoup de questions finalement - c'est ainsi que je l'ai vécu et mes sensations étaient partagées avec d'autres personnes de la salle.
J'ai également été à l'anniversaire de La Chose qui a plus que dignement fêté ses 4 ans !
Une très belle soirée orchestrée par la non moins jolie Barka !
Et puis ce WE du repos et encore du repos et ce n'est pas volé !
Un petit tour sur les champs Elysée cette nuit pour voir l'installation sur les champs Elysée et une discussion vraiment intéressante avec un jeune agriculteur en pleine nuit donc...

Et puis ce dimanche, je ne sais pas trop...après avoir récupéré le retard dans mes mails perso, écrit quelques notes, je vais pouvoir considérer mon dimanche !
Avec le soleil un message me vient : "je ne veux pas travailler" alors réécoutons ensemble Pink Martini.

Bonne écoute et bon dimanche


  • 36 Commentaires

S.T. Dupont se relance en ciblant les jeunes et vous offre 2 briquets

On connaît tous la marque S.T. Dupont et en particulier leurs stylos et leurs briquets de luxe.
Il s'avère qu'ils font également d'autres choses, leur métier d'origine étant malletier mais il est compliqué pour cette petite marque française et indépendante d'émerger en communication par rapport aux autres désormais quasi toutes intégrées dans de grands groupes.
Pourtant, cette marque n'a jamais perdu ses valeurs et en particulier de qualité sur le produit fini.
D'ailleurs, c'est désormais la dernière marque à faire des briquets de luxe.
Comment le faire savoir tout en renouvelant sa clientèle ?
Il faut dire ce qui est, la qualité a un prix et n'est pas forcément accessible à tout le monde et en particulier à la jeune génération.

Ils ont donc décidé de lancer un briquet d'entrée de gamme tout en conservant la qualité S.T. Dupont bien entendu et ils vont proposer à partir de la fin du mois de mai dans leur boutique de l'avenue Montaigne ou sur directement sur le web, un briquet à 89 Euros en bleu ou noir (versions limitée), délivrant une flamme torche et rechargeable à l'infini bien sur.

  Keyvisual

Cher si on compare aux briquets en plastique mais abordable malgré tout et plus économique sur le long terme, plus classe quand on le sort et plus environnemental...
C'est effectivement sur ce dernier point que la marque a décidé d'axer sa communication. L'idée est de se dire qu'environ 8 milliards de briquets en plastique sont consommés par an dans le monde (8 par fumeur) et que ces briquets non recyclable finissent par polluer…
Un angle osé où l'on attend pas une marque de luxe et qui fera parler forcément tant le développement durable est un axe sensible.
Cependant, la marque utilise uniquement des matériaux "nobles" et semble prête à répondre en cas de critique (la durabilité du briquet étant une réponse en soi).
Et surtout, afin d'aller plus loin dans la démarche, ils ont décidé de donner 10 Euros sur chaque briquet vendu à la Fondation de France particulièrement dans son action d'éducation sur la protection de la planète.
Associé à cette campagne, un film pour la faire connaître que je vous laisse découvrir : Diffusion de vidéo sponsorisée.

Et comme ils sont gentils, 2 briquets sont à gagner ici ! Commentez et je tirerais au sort les gagnants !

Les vidéos virales qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

Bon cette semaine la moisson n'est pas extraordinaire surtout si on compare à la semaine précédente...j'ai eu beau faire mon petit tour national et international, sur facebook, sur mes flux...pas grand chose de passionnant mais quelques vidéos quand même que je vous laisse découvrir ou redécouvrir:



Mac Donald en Australie:


Fortnight Lingerie :


Du lol cat en veux tu en voilà :


  • 2 Commentaires

L'avenir de la publicité : interview avec Jean-Pierre Villaret

J'ai eu la chance il y a 2 semaines d'être invité par Blogbang de venir discuter de l'avenir de la publicité avec Jean-Pierre Villaret, haut personnage de la publicité qu'on ne présente plus.
Des échanges vraiment intéressants et cela m'a frappé de voir un publicitaire tenir un discours cohérent (d'autant plus hors camera) sur l'avenir de la publicité et sur les modèles d'agences remis en question.
Au final, le web génère moins de marge que les autres médias et cela pose un souci de premier ordre car les grands groupes ont tous des actionnaires qui demandent des comptes...
Par ailleurs, le web devenu social, demande une réorganisation tant dans les agences que chez les annonceurs...pas facile à mettre en place...
A mon sens, typiquement, avoir un département digital dans une agence montre déjà qu'il y a un souci..même s'il doit y avoir des spécialités, le digital ne peut arriver à la fin ou comme une autre manière d'envisager la communication.
Je ne suis pas un ayatollah du web mais c'est malheureusement ce qui arrive la plupart du temps...parole d'opérationnel en agence de pub/media que je connais bien...
Le monde du marketing est en pleine révolution, il est beaucoup plus intéressant qu'il ne l'a jamais été mais cela signifie aussi plus compliqué...les gens n'ont pas tous envie de s'y intéresser, de lire, de se remettre en questions...d'où les difficultés traversées...
Pas facile de passer d'une dictature à une démocratie...mais je vous laisse regarder cela en images.