• 6 Commentaires

Les différents contenus qui constituent une marque

 Les différents types de contenus

Chez Nurun nous avions envie d'expliquer à nos clients le rapprochement entre les logiques de contenus et les logiques médias et il s'avère qu'évidemment tout est entrelacé puisque sans media, le contenu n'a pas de valeur et sans contenu le media ne sert à rien.
Jusque là, rien de très intéressant…
Sans partir dans des théories incroyables, nous avons souhaité coucher sur un schéma simple les différents types de contenus qui composent une marque et les stratégies associées :
Je partage donc avec vous.
Une marque est composée de 6 types de contenus plus ou moins important quantitativement (taille des bulles) et plus ou moins crédible pour l'internaute et plus ou moins exacte d'un point de vue marque.

1. Les contenus générés par la marque sur son site web
Ici vous allez évidemment travailler le SEO (référencement naturel), le SEA (référencement payant), mettre en place une stratégie de nom de domaine afin que ces contenus soit visible au maximum.
S'ils sont les contenus les plus exact du point de vue de l'entreprise, ils sont aussi les moins crédibles et les moins important quantitativement à priori.

2. Les contenus créé par les internautes et contrôlé par la marque sur son site

Ici l'idée est de donner la possibilité aux internautes d'interagir sur le site évidemment (outils communautaire on site), de les modérer par du community management réactif mais aussi de les générer par du community management proactif
Cela peut donc être développé par du Facebook connect par exemple qui aura l'avantage de créer du contenu hors du site également puisque sur les profils Facebook des internautes.

3. Le contenu créé et contrôlé par la marque hors du site

Bien sur la 1ère idée qui doit vous venir, c'est la page de fan sur facebook et vous n'avez pas complètement tord maisiIci on parle également de SMO (Social média optimisation). L'idée est de se dire qu'une marque doit être visible dans google par son site web mais mérite aussi d'être visible dans les autres espaces que compte le web (moteur de recherche vidéos, photos, présentation powerpoint…).
Il s'agit donc d'avoir une stratégie de contenu qui permet d'avoir des éléments mis à jour de manière régulière, de les rendre visibles sur ces plateformes évidemment et de faire du community management réactif afin de répondre aux questions ou plus largement aux commentaires.

4. Le contenu créé par les utilisateurs et relativement contrôlé par la marque :
Je dis relativement car la marque va mettre en place des opération qui permettent de gérer un peu près ce qui va être dît. L'idée n'est pas forcément ici de contrôler mais bien d'influencer.
Afin de développer cette partie forcément plus crédible auprès des internautes, il s'agit de mettre en place des opérations UGC (User generated content) ou des RP digitales avec des blogueurs.
cela doit se faire de manière intelligente et sur le long terme mais nous avons déjà abordé ce point il y a peu

5. Le contenu créé et contrôlé par les internautes
C'est évidemment la plus grosse masse de contenus. Ils sont générés sur les blogs, twitter, les sites d'avis, comparatif, forums et autres…
Ici l'internaute est roi et la marque n'a aucune main mise sur ce qui peut se passer. C'est également dans cette catégorie que l'on va ranger les contenus générés par les salariés alors que la marque ne leur à rien de demandé…
IL s'agit pour la marque d'écouter ce qui se dit, de réagir (community management réactif) quand cela est nécessaire.
Le community management proactif qui va être mis en place, va permettre d'influer sur cette partie également

6. le contenus généré par les médias

c'est une partie importante également si l'annonceur gère bien ses RP (relations presse) évidemment. C'est un contenu crédible au vue des internautes et qui est sans doute l'un des plus regardés par les dirigeants d'entreprises aujourd'hui.

Évidemment, ne vous méprenez pas, tout cela doit rentrer dans une stratégie globale évidement, il ne s'agit pas d'appliquer sans réfléchir…mais vous commencez à connaître le discours, non ?

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. jmini wrote…

    Autant je suis plutôt d’accord avec les différents ensembles, autant je ne suis pas certain que le positionnement dans l’espace soit bon.

    Comment est défini crédibilité ?
    Dire que l’info produite sur un site d’entreprise n’est pas crédible aux yeux de l’internaute… je n’y crois pas trop.
    Surtout quand on voit que les médias sont au dessus…
    Pour moi le site d’une entreprise c’est plus pour présenter des faits, une offre ou une actu (avec dans l’esprit que c’est présenté de manière positive pour l’entreprise. Mais c’est crédible)
    Ca correspond à la brochure ou au dépliant fait par l’entreprise.

    Ensuite je ne suis pas du tout certain que « Exactitute » soit un bon terme pour l’axe des abscisses. Je ne suis pas issus du marketing (du coup je ne sais pas s’il y a un sens dans ce contexte) mais :
    * Mettre le 5 tout en bas, c’est donner bien peut d’importance au pouvoir d’intelligence collective du web. Il peut y avoir un phénomène de loupe sur quelque chose de faux, mais souvent dans la masse d’info Internet se charge de faire le tri et ne remonte que ce qui est exacte (du moins à un instant donné : si des clients se plaignent d’un produit, c’est qu’il y a une raison – personne sur internet ne prends le temps d’écrire un billet de blog ou un message dans un forum qui ne corresponde pas à sa réalité).
    => Je pense qu’il s’agit plutôt sur cet axe du « contrôle » qu’à l’entreprise (mais cela casse peut être le discours de dire que les commauty manager vont géré la bulle 5). Je ne trouve pas le bon terme mais il s’agit de « la possibilité de diffuser facilement l’information voulue ».

    Enfin plus je réfléchis à ce graphe, plus je me dis qu’il doit être différent que l’on soit Renault, Orange, Free, la SNCF ou OVH (je cite des marques FR pour lesquels j’ai déjà pris des avis sur internet).

  2. greg wrote…

    Ben effectivement, je pense que ca peut être utile d’avoir cela au clair même pour les séniors

  3. greg wrote…

    Ce graph est fait d’un point de vue « marque », ca doit être ca qui te manque comme lecture !
    Donc après évidemment il va bouger en fonction des marques dont on parle (taille des bulles et même bulles en elles même).
    Ceci est une vision macro finalement