• 30 Commentaires

Le déclin de Facebook, pourquoi pas ?

Depuis les annonces de Facebook la semaine dernière, autant se le dire, le web est en ébullition !
Il faut dire que celles-ci sont révolutionnaires !
D'excellents billets comme celui-ci ont précisément expliqué les évolutions et leurs implications pour les différentes parties (internautes, éditeurs de sites, marques, développeurs…). J'ai moi même essayé de jouer les voyants pour l'Expansion un jour avant l'annonce.
Avant d'attaquer la question qui me taraude, revenons rapidement sur ces annonces dans un langage simple et compréhensible de tous :

Opengraph :
La possibilité de rajouter TRES facilement des éléments communautaires sur les sites web.
Ainsi, chaque action d'un internaute sur le site (un "like" par exemple) est automatiquement répercutée sur le profil Facebook de chacun avec l'effet viral que cela peut générer.
Cela permet aussi de récupérer un ensemble d'informations de manière permanente (j'insiste sur le permanente) sur ce que vous aimez et donc Facebook pourra vous pousser des informations pertinentes.
Comme cela commençait à être le cas, l'authentification via Facebook (anciennement Facebook connect) permettra donc aussi de personnaliser le contenu d'un site.
Cela ouvrent énormément de possibilités en terme de publicités et de personnalisation de l'expérience comme vous pouvez l'imaginer et pose également pas mal de questions sur la confidentialité des données.

Une monnaie virtuelle :
A l'instar de ce qui se passe sur Second Life, une monnaie virtuelle (à acheter avec de vrais sous un moment donné) va être intégrée à Facebook. Cette monnaie virtuelle permettra d'acheter des applications, jouer à des jeux…gagneront de l'argent les développeurs donc. Cette annonce du potentiel 3ème plus grand pays au monde (si on compare en quantité), n'est pas sans faire parler également…
 
Le début du web sémantique (ce que l'on appelle le web 3.0):
Globalement, l'idée est de donner la possibilité aux éditeurs de sites de décrire ce qu'il y a sur leurs pages (places de concert, chansons, produits électroménagers…) et l'intégrer dans une bases de données Facebook ce qui va permettre derrière de lier les éléments les uns avec les autres mais aussi les gens entres eux.
Dans la mesure où vos amis "like" un contenu sur un artiste par exemple et que vous même allez sur un site qui présente ce même artiste, on vous connectera potentiellement à d'autres personnes qui aiment cet artiste mais vous pourrez aussi voir vos "amis Facebook" qui aiment ce dernier et pourquoi pas créer encore plus d'intérêts communs.

Que cela effraie ou excite, c'est la manière dont Facebook souhaite dominer le web et, à priori, c'est hyper pertinent puisqu'ils vont devenir une véritable alternative à Google en terme de pertinence de recherche mais également de plateforme publicitaires. Ils socialisent vraiment le web !

La volonté de Facebook de mettre l'internaute au centre est plus qu'intéressante.

Cela dit, j'ai l'impression que les gens commencent à délaisser Facebook :
– On a de plus en plus d'amis mais que l'on ne connaît pas vraiment
– Des anciennes connaissances qu'on se sent obligés d'accepter
– Pour les ado/jeunes adultes, la présence de leur parents sur Facebook

Si South Park l'a montré de manière humoristique la semaine dernière, il y a un gros fond de vérité malgré tout, paradoxalement on perd le contrôle de son profil et sans même parler de confidentialité (je pense comme Fabrice que les gens ne se rendent pas forcément compte), on est obligé de marcher sur des oeufs et cette vie virtuelle peut complexifier la vie réelle.
Snas compter que développement de Facebook veut aussi dire augmentation substantielle du nombre d'amis au fur et à mesure et la moyenne de 130 amis doit augmenter pour que Facebook s'envole sauf que cela implique que le site va devenir de plus en plus illisible et si je m'intéresse (et encore que) aux "like" de mon cercle proche, le fait que mon pote de maternelle que je n'ai pas vu depuis 30 ans, je m'en moque un peu…(sans compter que ca va pourrir mon feed d'informations et me montrer la vraie dimension mercantile de Facebook).

Au final, pour être cool aujourd'hui, mieux vaut ne pas avoir de profil Facebook…et les internautes pourraient délaisser ce dernier…

Je n'oublie pas que 400 millions de personnes sont sur Facebook actuellement mais tout ce système présenté par Facebook la semaine dernière est une vraie machine de guerre si et uniquement si les gens continuent de plébisciter le réseau social du moment.

Est-ce que tout ce qui est présenté par Facebook n'est pas surtout dans une logique publicitaire et pas tant que ca centré autour du consommateur ?

Je n'ai pas l'impression en tous cas, que cela donne plus envie aux gens d'utiliser Facebook si ce n'est qu'il va s'intégrer un peu plus dans leur quotidien d'internaute.

Alors, le déclin de Facebook pourquoi pas…je n'ai pas d'avis tranché sur la question j'évolue entre "enfin un concurrent sérieux à Google" et "ils vont disparaître".

Ce billet est sans doute l'un des plus critiquable (en positif et négatif) que j'ai pu écrire mais je voulais avoir votre sentiment là dessus, alors faites vous plaisir !

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. Antoine wrote…

    Super article, merci ! Pour être cool en ce moment (pour reprendre l’expression), il faut supprimer le compte Facebook à son nom et se créer un compte avec un pseudo. Ça donne une liberté de ton beaucoup plus grande, et brouille un peu les pistes…

  2. chrislebihan wrote…

    Tu abordes une vision de Facebook très pertinente je trouve, en poussant en avant les fondements même du RS (la mise en relation en continu d’individus, plus ou moins amis, pour l’échange, le dialogue…). Je pense pour ma part que les personnes rationnaliseront leurs comportements, plutôt que de basher leur compte. Chaque compte est suffisamment modulable pour cela, et l’activité des amis de 30 ans peut à tout moment être masquée. Non, pour moi, pas trop de pb pour FB à condition qu’ils optimisent les options en ce sens… en gros, ça ne marchera qu’en opt-in. Merci pour ton article et ton blog que je suis régulièrement.

  3. Denis Duval wrote…

    Facebook une alternative à Google pour accéder au web (pour une info, une marque, pour acheter en ligne, etc.), c’est sûr … Par contre, la stratégie semble de plus en plus intrusive, avec toujours de vraies questions sur le lien entre données perso et utilisation commerciale de celles-ci … Le fait de dire qu’on « like » telle info, tel site, telle marque à tout bout de champ, à des dizaines d’amis (dont combien de vrais amis ?) risque quand même de lasser … vite … et beaucoup ! A suivre …

  4. imposture wrote…

    Greg > Tu as raison. Et puis il y a un paramètre sur lequel tout le monde fait l’autruche, c’est le pognon monstre qui est perdu par ces entreprises (Facebook, Twitter, Youtube, Myspace, etc…). J’ai publié 2 billets chez Nicolas Bordas à ce sujet il y a quelques temps. Lancer un « joujou planétaire » qui comporte pas loin d’un demi milliards de « consommateurs » qui ne paient pas un centime et imaginer ensuite des offres/services/fonctionnalités/extensions/etc. pour rentabiliser tout ce bazar relève de la pure utopie. On a tenté de gagner de l’argent avec des plateformes de blog il y a 5/6 ans. Qui en sont les vrais gagnants (au sens compte d’exploitation bénéficiaire et capacité réelle à régler tout le passif d’endettement) ? Ensuite on a tenté de gagner de l’argent avec des plateformes de vidéo. Qui commence à avoir un bilan financier sain dans ce type de business aujourd’hui ? personne. Maintenant on tente de gagner de l’argent avec des réseaux sociaux. Murdoch ne sait plus quoi foutre de Myspace qui est un champ de ruines financières. Je vais être radical : Facebook va dans le mur, comme Twitter…
    Bon allez, auto pub : http://tinyurl.com/yjzpey7 😉

  5. Paztek wrote…

    Pour ce qui est de l’encombrement du Newsfeed, il est relativement facile d’appliquer les différents filtres ou de cacher les gens qu’on s’est senti obligé d’ajouter mais dont on se fout totalement.
    Par ailleurs, il serait aussi facile pour Facebook de remanier complêtement l’interface graphique et de rendre les choses plus lisibles (cf un des articles récents de TC : http://techcrunch.com/2010/04/21/facebook-design/).

    Le web sémantique est une excellente chose, mais il existait déjà des initiatives allant dans ce sens (les microformats) et je désapprouve la création d’un nouveau standard (même s’il va instantanément écrabouiller tous les autres).

    Et pour couper court aux idées reçues (et je pense que Facebook aurait du mieux communiquer là-dessus), l’OpenGraph fournit un moyen d’accéder plus facilement aux infos personnelles PUBLIQUES par défaut.

  6. Jérémie Abric wrote…

    Pour mieux gérer son flux, la réponse passera effectivement par une segmentation de ses amis, à rendre beaucoup plus simple que maintenant…
    D’ailleurs les pages fan ont été renommées : pourquoi ne pas revoir aussi cette dénomination, ou officialiser des sous niveaux (ami proche, ami, connaissance)…
    Mais je ne doute pas un seul instant qu’ils ne réfléchissent à ça.

    Pour ma part je suis chaque jour positivement surpris des opportunités apportées par la formalisation simple d’un réseau « d’amis »… et les options apportées par FB (je suis sur le site de la fnac, souhaite découvrir de la musique, et peut accéder en un clic aux critiques et recommandations postées par mes amis sur des sites concurrents) me paraissent immensément riches et correspondent à de vrais besoin.
    Un très bel article sur la notion de vie privée, renversant la problématique pour l’aborder sous l’angle de la possession et de la rémunération des données : http://bit.ly/b3Ulvr

  7. Ben wrote…

    Mon ressenti est que Facebook commence à se faire beaucoup trop présent sur le web au point d’en devenir intrusif … l’ajout des « like » sur les sites, qui finalement ne sont rien de plus que la version externe des j’aime, rajoute un peu de voyeurisme … on en viendrait presque à faire partager notre historique des sites visités( n’est-il pas le l’objectif de facebook ? )!

    A vrai dire, je délaisse doucement mais sûrement Facebook,
    je reviens juste à l’idée de départ, qui est juste de rester en contact avec des personnes car c’est quand même pratique d’éviter de devoir retrouver les adresses emails de tout le monde.

    Néanmoins en se plaçant du côté entreprise, les nouveautés de facebook vont peu-être amener à redéfinir les stratégies marketing, notamment avec le web sémantique comme tu l’as indiqué ainsi que les « like » qui rajoute un détail viral supplémentaire. Avant on pouvait partager un article, maintenant on peut aimer un article directement. une différence subtile qui peut jouer dans le processus d’achat.

  8. Sylvain - Akostic.com wrote…

    Bonjour Greg,

    Je ne crois pas réellement à un déclin suite à la session F8 qui reste un événement inconnu au regard du grand public. Cependant, cela ne veut pas dire que je crois à un succès triomphale à horizon 10ans.

    Je pense que pour qu’il y ait déclin, il faudra une alternative crédible. Facebook s’est réellement ancré dans le quotidien de nombreux utilisateurs qui le voit encore comme un outil Fun qui permet de rester aux contacts de ses amis / relations. Pourquoi eux les notions de web sémantique, d’opengraph, d’identité numérique, etc. ne veut pas dire grand chose… Enfin c’est ce que je constate autour de moi…

    Comme tu le précisais plus haut, Facebook peut représenter une alternative à Google. Je me rappelle de discussions, il y a quelques années, de professionnels du web qui s’inquiétaient de l’exploitation des données personnelles avec Gmail, Google docs, etc. Est ce qu’aujourd’hui les internautes ont délaissés Google ? Je n’en ai pas l’impression 🙂

  9. fabien wrote…

    Salut,
    Sur opengraph, je me rappelle que Jeremiah Owyang nous l’avait annoncé il y a presque un an à La Cantine dans sa présentation « The future of Social Web » (http://www.web-strategist.com/blog/2009/04/27/future-of-the-social-web/), pour lui ça faisait partie de l’ère de la « social colonization » et selon moi, ça pose de fait la question de la segmentation du réseau (qui a le droit de voir quoi?) et aussi de l’anonymat, d’ailleurs, quelques jours après le tweetup, j’en avais parlé sur le blog Aspect en me demandant si l’anonymat n’allait pas devenir le vrai luxe des années 2010…http://www.aspectconsulting.fr/?p=44.
    Sur la question de l’anonymat, Jeremiah et d’autres m’ont répondu qu’il s’agissait d’une question de génération, que les plus jeunes étaient plus exhibitionnistes… J’ai fait 3 interventions à l’ISCOM en fin d’année dernière, lors desquelles j’ai présenté les conclusions de Jeremiah, et bien « les plus jeunes » se posent les mêmes questions que nous 🙂
    Très bon billet, à bientôt

  10. Michelle wrote…

    Marrant, quand même, j’ai justement pensé aujourd’hui, « est-ce que je dois ouvrir mon compte Facebook pour finalement inviter des gens ‘pros’ ou est-ce que cela va me pourrir Facebook et j’aurai plus envie d’y aller parce que je n’aurai plus la même liberté de dire ce que je veux? »
    J’ai l’impression qu’en fait beaucoup de gens croient que Zuckerberg a créé une nouvelle idée avec le « web social » et ce que cela veut dire, mais lui il y en avait rien à faire quand il a créé Facebook, il a voulu juste partager des blagues, des photos, des conneries, quoi etc avec ses potes. Maintenant qu’il vieillit et vit plus dans le monde corporate, il a envie de monétiser tout ça pour être le playboy Facebook (pourquoi pas?), et il peut parce qu’il n’a jamais été idéaliste, ce sont des autres qui ont créé cette idée.
    Enfin, juste quelques petites pensées

  11. Denissix wrote…

    Bonjour,

    Pour moi il ne fait aucun doute que Facebook veut ‘dominer’ le net, notamment en le structurant (opengraph) et en l’encadrant, en s’invitant sur tous les sites.
    En 1 semaine, 50 000 sites ont rajouter les liens Fb et ça va se généraliser, il n’y a pas de raison. A croire que l’hyper-communauté Fb est prête à sortir du cocon selon son président, mais une sortie bien contrôlée, car nous sommes tous les enfants de Fb et nos données personnelles sont largement exploitées au profit de cette recherche d’hégémonie. Par contre je ne vois pas le danger sauf à considérer l’esprit conservateur de certains et ils sont nombreux j’en conviens. Mais bon on est pas obligé de l’être..
    Selon moi Fb sur le déclin ? pas vraiment même si nombreux sont les absents ou réfractaires libres. Le besoin d’entrer, de s’inscrire, de créer une page digitalo-narcissique reste une barrière à l’entrée pour certains.
    Quant à une banque virtuelle, ça ne fait aucun doute. Un système de crédits à consommer librement sur les sites me parait inévitable, avec tout ce qui suit.
    Tout existe ‘en petit’ sur Fb. Il ont juste décidé de sortir du cercle selon moi.
    L’Oreal va lancer une campagne monde sur Fb, il y aura un avant et après campagne. D’un point de vue professionnel, c’est une erreur de ne pas être sur Fb, mais comment ? là est la question. Au plaisir.

  12. lucie wrote…

    Bonjour,
    merci pour cet excellent article. pour ma part, je pense que l’internaute moyen n’a aucune idée des conséquences et que finalement peu de personnes rationaliseront leur utilisation. n’oublions pas que beaucoup n’ont pas toutes les mêmes cartes que vous en main et que facebook reste un outil formidable pour satisfaire des besoins ‘narcissiques’. la prise de conscience générale arrivera plus tard je pense, donc encore pas mal d’opé annonceurs à venir.

  13. greg wrote…

    Merci beaucoup pour le compliment 🙂
    Je ne sais pas bien si c’est cela qui est vraiment plus cool pour le coup…pour le moment je n’ai qu’1 profil et ca me va bien :p

  14. greg wrote…

    Merci pour le compliment – je crois de mon coté que facebook a tout intérêt à donner les outils à chacun pour mieux gérer son compte…parce que les listes c’est très moyen niveau ergo pour le moment

  15. greg wrote…

    Sans doute les gens vont finir par avoir peur…je suis très curieux de voir comment les choses vont évoluer…

  16. greg wrote…

    Je pense que Facebook a trouvé ici un bon moyen de gagner énormément d’argent mais est-ce que ce n’est pas trop radical ?

  17. greg wrote…

    Je pense que tu sous estime la portée des données perso avec les « like » sur l’ensemble des sites qui l’auront appliqué…

  18. greg wrote…

    Je suis assez d’accord avec toi, la manière de segmenter ses amis va devoir être simplifié

  19. greg wrote…

    Ton évolution de l’usage de facebook n’est pas isolé et c’est ce qui m’a entrainé à écrire cet article de cette manière

  20. greg wrote…

    Effectivement l’alternative semble indispensable et pourtant un raz le bol du trop connecté pourrait arriver aussi !
    Je ne peux pas comparer Google et facebook en fait.
    Facebook est un site, Google un outil en qq sorte

  21. greg wrote…

    Effectivement tu as tout à fait raison, merci de le rapeller !
    J’étais présent d’ailleurs et je me souviens bien !

  22. greg wrote…

    C’est effectivement une vraie question pour les gens qui bossent dans le web : comment séparer vie publique et vie privée…

  23. greg wrote…

    Je ne suis pas si sur que de ne pas être sur facebook soit une erreur, ca dépend de qui tu parles.
    Typiquement, cette semaine, j’ai conseillé un cabinet de conseil sur leur utilisation des médias sociaux – quelque chose de très B2B donc et pour eux la présence sur facebook n’est pas prioritaire

  24. greg wrote…

    Merci pour les autres, moi je l’avais lu aussi 🙂

  25. alexnux wrote…

    Le declin de facebook, je l’espere.
    Je suis jeune ( 19ans ) et je suis effaré de la place que prend facebook dans la vie des personnes dans la même tranche d’age que moi. Tout passe par facebook, tout le monde ne voit que par ça, tout le monde met sa vie privée aux yeux de n’importe quel pékin.. C’est « dangereux ».

    Ce que je ne comprends pas c’est que ça, je pense qu’ils le savent tous.. et ils en ont rien à foutre à priori. Laissons big brother exercer son règne, et aidons le.

  26. mem wrote…

    facebook…
    c’est comme la clope.
    à 15ans c’est trop cool mais le jour où tu te rends compte que c’est de la merde… il est trop tard!

  27. LucieCosma wrote…

    Le déclin de facebook, je n’y crois pas vraiment, du moins pas dans les années à venir. L’évolution de fb ne fait que suivre celle de notre société actuelle : big brother is watching you.
    Je pense qu’il faut désormais accepter le fait qu’une partie de nos données personnelles soient accessibles à des tiers personnes. Il y a bien sûr des limites à instaurer, là c’est aux politiques de faire leur boulot. On aborde alors les questions de législation sur la protection de nos données .. google,fb étant des sociétés américaines, sont régies par le droit américain en matière de protection des données.
    Une harmonisation au point de vue international serait la solution, mais c’est croire au père Noël. L »espoir » ne pourra venir que des usa et alors passer de l’opt-out à l’opt-in.
    http://www.itespresso.fr/vie-privee-facebook-sattire-les-foudres-des-senateurs-americains-34874.html
    Pour la France, je pense que le b2i devrait accorder une place plus importante à la prévention des dangers du web liés aux réseaux sociaux (addiction, vie privée, ..) et que cette partie soit enseignée par un professionnel, car je trouve que les ados sont de plus en plus présents et actifs sur fb.