• 2 Commentaires

Les vidéos virales qu'il ne fallait pas rater cette semaine !

Juicy fruit - Serenading Unicorn

Ici ce n'est pas tant la vidéo que l'expérience sur le site qu'il faut avoir et le partage - perso je suis hyper fan !



Germanwings Vs Easyjet

Très bien vu de la part de GermanWings mais j'attends vraiment la réponse d'Easyjet - la guerre est débutée



Heineken - Men with talent :

Sans doute la vidéo qui a le plus tournée cette semaine


Vodafone Italia :



Les services publics Néerlandais :
Un concept intéressant car sur le principe de la réalité augmentée alors que l'on est dans la vraie vie

  • 30 Commentaires

Le déclin de Facebook, pourquoi pas ?

Depuis les annonces de Facebook la semaine dernière, autant se le dire, le web est en ébullition !
Il faut dire que celles-ci sont révolutionnaires !
D'excellents billets comme celui-ci ont précisément expliqué les évolutions et leurs implications pour les différentes parties (internautes, éditeurs de sites, marques, développeurs...). J'ai moi même essayé de jouer les voyants pour l'Expansion un jour avant l'annonce.
Avant d'attaquer la question qui me taraude, revenons rapidement sur ces annonces dans un langage simple et compréhensible de tous :

Opengraph :
La possibilité de rajouter TRES facilement des éléments communautaires sur les sites web.
Ainsi, chaque action d'un internaute sur le site (un "like" par exemple) est automatiquement répercutée sur le profil Facebook de chacun avec l'effet viral que cela peut générer.
Cela permet aussi de récupérer un ensemble d'informations de manière permanente (j'insiste sur le permanente) sur ce que vous aimez et donc Facebook pourra vous pousser des informations pertinentes.
Comme cela commençait à être le cas, l'authentification via Facebook (anciennement Facebook connect) permettra donc aussi de personnaliser le contenu d'un site.
Cela ouvrent énormément de possibilités en terme de publicités et de personnalisation de l'expérience comme vous pouvez l'imaginer et pose également pas mal de questions sur la confidentialité des données.

Une monnaie virtuelle :
A l'instar de ce qui se passe sur Second Life, une monnaie virtuelle (à acheter avec de vrais sous un moment donné) va être intégrée à Facebook. Cette monnaie virtuelle permettra d'acheter des applications, jouer à des jeux...gagneront de l'argent les développeurs donc. Cette annonce du potentiel 3ème plus grand pays au monde (si on compare en quantité), n'est pas sans faire parler également...
 
Le début du web sémantique (ce que l'on appelle le web 3.0):
Globalement, l'idée est de donner la possibilité aux éditeurs de sites de décrire ce qu'il y a sur leurs pages (places de concert, chansons, produits électroménagers...) et l'intégrer dans une bases de données Facebook ce qui va permettre derrière de lier les éléments les uns avec les autres mais aussi les gens entres eux.
Dans la mesure où vos amis "like" un contenu sur un artiste par exemple et que vous même allez sur un site qui présente ce même artiste, on vous connectera potentiellement à d'autres personnes qui aiment cet artiste mais vous pourrez aussi voir vos "amis Facebook" qui aiment ce dernier et pourquoi pas créer encore plus d'intérêts communs.
  • 1 Commentaire

Logic Immo développe sa stratégie mobile

  Crea_mobilesLI_OK
[billet sponsorisé] qui pourrait ne pas en être un
Comme je l'ai dit dans plusieurs notes déjà, le mobile est enfin en train de prendre son envol (longtemps j'ai été réfractaire mais là je crois que ca y est...) en tant que "device" pour accéder à Internet et plus que ca, via la réalité augmentée, le mobile enrichie vraiment la vraie vie.
Alors Logic-Immo, 2ème site immobilier en France, n'y est pas encore clairement mais prend le chemin malgré tout (ils ont déjà été récompensé pour leur stratégie mobile via Orange) en ayant une stratégie multi plateforme (Iphone, Ipad, Nokia et Android) même s'ils oublient le Blackeberry...
La recherche d'appartement et donc d'informations est typiquement quelque chose dont on a besoin en mobilité !
Imaginez que vous vous promenez dans un quartier qui vous plait vraiment, d'un coup vous vous dîtes : tient mais j'y habiterais bien et hop vous avez accès aux infos !
En fait, c'est un peu là que le bas blesse avec l'application logic Immo qui ne permet pas d'être géolocalisé et qui idéalement pourrait même nous dire si dans l'appartement qui est en face de moi il y a des appartements libres.
D'ailleurs, si on y voit un peu plus loin, on pourrait imaginer une application enrichie en UGC (User Generated Content) de gens qui disent ce qu'ils pensent du quartier, des commerces à proximité, des écoles (notées en UGC ?), bref, je pense qu'ils ont encore du chemin mais la ligne semble toute tracée...

  • 5 Commentaires

Relation marques/clients : bring the love back 3 ans après…

Aujourd'hui, j'ai décidé de laisser la main à Barbara Haddad. Rencontrée lors d'une conférence, cette géographe de formation a du mal tourner puisqu'elle est aujourd'hui consultante dans le CRM ! De quoi produire un point de vue différent et donc forcément intéressant.
Elle a décidé de s'attaquer à la fameuse vidéo de Microsoft qui avait fait tant de bruit il y a déjà 3 ans pour voir si les choses avaient changé depuis.
Si vous ne vous souvenez pas de la vidéo, la voici ci-dessous et je laisse la parole à Barbara.


Cette vidéo mettait en scène le clash entre des marques omniprésentes et peu soucieuses de leurs clients et des consommateurs lassés des multiples publicités, devenus très exigeants. Si déjà il y a 3 ans nous pouvions constatés que ces deux acteurs du jeu économique n’étaient plus sur la même longueur d’onde, il est intéressant de faire le point sur ce qu’il en est aujourd’hui et d’analyser comment cette relation a évolué.

 « Tu parles trop et ne me laisse pas en placer une »

Les marques ne se sont pas arrêtées de parler, leurs prises de parole ce sont mêmes multipliées. Elles le font cependant différemment. La posture arrogante a laissé place à un peu plus d’humilité :  écoute & discussion,  création d’espaces de dialogue sur leur site web, présence sur les réseaux sociaux, chat en ligne, questionnaires suite à un achat … Attentives à  nos avis, idées… elles ont compris que l’histoire s’écrirait avec nous... Il leur reste à accepter que cela se fasse au détriment d’une perte de contrôle.

Optimiser ses campagnes de marketing de bouche à oreille: McKinsey

  WOM Mc Kinsey
Ce WE j'ai lu (entre autre) un papier de Mc Kinsey particulièrement intéressant qui avait pour ambition de mesurer le marketing de bouche à Oreille (BAO ou WOM si vous êtes bilingue).
Il est clair que dans le web social, toute une série d'indicateurs clefs doivent être définis de manière commune afin de pouvoir comparer (entre campagnes d'une même entreprise mais également entre entreprises).
Selon moi, leur méthode ne permet pas forcément d'arriver à cet objectif mais cela dit, elle permet de beaucoup mieux préparer les opérations que l'on souhaite mettre en place.
Comme pour tout papier bien fait, on a l'impression que tout cela est très logique quand on le lit (ce qui sera peut être votre sentiment en lisant cette note) mais cependant, cette méthode impose de se poser les bonnes questions selon moi.

Ils identifient 3 types de bouche à oreille différents :
1. Empirique (de 50 à 80% du BAO) : consommateurs qui relatent leur expérience. A noter malgré tout que quand l'expérience est équivalente à la valeur attendue, alors le BAO est nul. Ce dernier existe uniquement si dans un sens ou dans l'autre, on est surpris. C'est évidemment le BAO le plus efficace, en particulier lorsqu'il vient d'une source proche ou de confiance (selon les cas).
2. "Conséquentiel" : ce BAO est lié aux campagnes de communication (principalement quand elles sont virales). La valeur de ce BAO est beaucoup plus important que l'achat d'espace pur.
3. Intentionnel : Il s'agit ici de l'utilisation d'égérie par exemple ou des RP (classiques et/ou blogueurs).

Partant de là, le cabinet explique que pour calculer un "WOM equity", bref, une efficacité de campagnes de BAO, il faut considérer 4 facteurs : Qui, quoi, où, quel type de BAO ? Avec évidemment en fond le volume.

Qui envoie le message : une source proche, un blogueur, un collègue, un source fiable ?
Quoi : il est primordial de mettre en avant des éléments qui vont faire parler. Par exemple dans les téléphones mobile, même si la batterie est importante, elle constituera moins un élément de discussion (sauf si en rupture aux conventions) que le design du téléphone. Dans les produits de beauté, les ingrédients et le packaging créé plus de conversations que les messages émotionnels...
Où : Il est évident que les réseaux de confiance, donc proche ont plus d'efficacité mais moins de visibilité. Il faut donc comprendre la problématique produit/service, étudier comment fonctionne les clients pour cibler les endroits dans lesquels l'entreprise doit être présente.
Quel type de BAO : voir plus haut

Afin d'optimiser sa campagne, il faut comprendre lequel des éléments à le plus d'importance pour les clients. Dans les produits de beauté, c'est ce le "quoi", dans la banque le "qui"...
Ensuite, il est plus facile de décider de quel type de BAO vous allez jouer.
Comme nous le rapelle le cabinet, le BAO empirique, le plus puissant, fonctionne d'autant mieux quand vous donnez la possibilité à vos enthousiastes de tester les produits en avant première (comme le fait Légo par exemple). C'est d'ailleurs ce qui est également recommandé pour les campagnes blogueurs généralement.

Un papier véritablement intéressant selon moi qui permet de mettre un peu de méthode dans des stratégies qui trop souvent n'en ont aucune...

Ambiance musicale du dimanche : Guru

Autant vous le dire tout de suite, on est jeudi soir là tout de suite, il est précisément 23h02 et donc j'écris cette note en avance.
Cela dit, j'ai une bonne raison pour ce faire car normalement à l'heure ou vous me lisez je dois me dorer la pilule au Maroc.
Non ne soyez pas ennervé, je ne suis là que pour le WE, rien qui puisse rendre jaloux.
L'occasion de fêter un mariage d'un très bon ami, de voir des têtes que je n'avais pas vu depuis un moment !
Bref, j'espère que je ne me trompe pas trop en vous disant que la vie est belle à cet instant même !
De ma semaine, pas grand chose à signaler au final, je vais donc repasser rapidement à la musique.
Coté musique justement, j'avais prévu de sortir du hippy hop quand même parce que les semaines se suivent et les morceaux s'enchaînent et puis Guru est décédé.
Je ne sais pas pour vous mais depuis 1993 je dévore les compilations Jazzmatazz, je les ai toutes récupérée une a une et les aies écouté en boucle, vraiment !
Un grand artiste selon moi qui s'est donc éteint plutôt jeune après avoir lutter plusieurs années contre un cancer.
Une note en forme de respect donc avec une chanson particulièrement jolie et dont le titre est évocateur "Life saver" :


Je vous souhaite une bonne écoute et un bon dimanche.

Les vidéos virales qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

J'ai hésité à vous mettre le clip de Loana ou les photos de la sulfureuse amie des footeux mais ca aurait été dur pour vos yeux dans un cas comme dans l'autre, avec dans le 1er cas des difficultés aux oreilles aussi. Comme je le fais depuis quelques semaines maintenant, j'ai scruté tout ce qui me semblait intéressant cette semaine sur différents blogs, profils facebook et voilà le fruit de ma pêche ! Enjoy !

Concerto pour Ipad

Ca y est on commence à apercevoir des vidéos virales avec l'Ipad, celle ci est pas mal drôle.



Tient un chien en apesanteur



Aujourd'hui dans la publicité (Version 2010)


Bartab : être certain de dissuader les gens de trop boire en soirée

  • 3 Commentaires

Les EGOlogues en puissance !

Ego
L'égologie n'est pas un principe nouveau, il s'agit de l'étude du moi perçu comme sujet personnel et déjà Kant en parlait...
C'est Joel de Rosnay qui a rapproché ce concept de ce qui est en train d'arriver en ce moment dans les réseaux sociaux, puisque ces derniers réunit les gens de manière égoïste et participative.
Il s'agit d'une situation inédite puisque finalement on donne de la connaissance pour être reconnu. On appelle cela le personal branding mais Mry notait justement que cela générait également de nombreux écueils...

De plus en plus, un événement, une expérience, n'ont de valeur que s'ils sont partagés - Internet permettant cela, les gens y vont à fond !

Même quand on y pense, quand vous mettez à jour vos statuts (Facebook, Twitter), c'est toujours pour vous mettre en avant d'une certaine manière.
Vous ne twittez pas tous vos achats, vos concerts, vos actions... seulement ceux qui vont dans le sens de l'image que vous souhaitez donner.
Attention je ne m'exclue pas du lot, ma note de dimanche en est la preuve flagrante d'ailleurs mais nous sommes entrés dans une société du paraître et il n'est pas si simple de ne pas entrer dedans (d'autant plus à Paris il me semble).
Mais je diverge un peu...restons un instant sur cet apport d'intelligence (parfois) sur la toile.
Est-ce que ce partage de connaissances (linux, wikipedia, les blogs et même twitter...euh non pas Twitter...) génère des informations superficielles ou permet, au contraire, d'aller en profondeur, d'aller plus vite ?
Joel de Rosnay parle d'une société aux "connaissances modulaires, lacunaires et partagées" dans laquelle nous passons de l'information à la recommandation, cette dernière devenant plus importante que la première.
Reste ensuite la problématique du "qui croire" et de comment démêler le faux du vrai dans cette explosion des contenus UGC (User Generated Content) ?
Le ranking de Google nous prouve chaque jour qu'il n'est plus aussi pertinent qu'il a pu l'être tant la masse d'informations est importante à gérer.
D'où l'importance de prendre du recul face à tout cela. Rappelez-vous les différents contenus qui constituent une entreprise...
  • 8 Commentaires

La révolution digitale arrive-t-elle en point de vente ?


Même si on parle de digital ici, vous n'aurez pas manqué que la majorité du business se passe dans la vraie vie malgré tout.
Mais finalement, on le voit avec la réalité augmentée, le digital est en train de s'entremêler avec la vraie vie pour la rendre plus riche (oui c’est un jugement de valeur).
Jusqu'à aujourd'hui, la réalité augmentée était relativement gadget, parfois utilitaire (je pense par exemple à l'appli RATP), mais demain nous pourrions imaginer d'aller beaucoup plus loin.
Effectivement, nous avons vu depuis des années des codes 2D naîtrent un peu partout mais ces codes ne sont pas forcément bien compris par les consommateurs, ils ont un "je ne sais quoi" de technologique qui rebute sans doute la grande majorité.
Ors, d'autres l'ont prouvé aux US, il est désormais possible avec un smartphone de photographier un code barre et de le reconnaitre, donc de remonter de l'information pertinente par rapport à ce dernier... Le code barre est générique sur tous les produits, beaucoup plus habituel et les consommateurs ont déjà l’habitude de le scanner pour connaître le prix d’un produit ou pour le payer simplement.
Je ne sais pas si vous réalisez ce que cela signifie mais vous pourriez demain vous promener dans un supermarché, sortir votre téléphone et obtenir toutes les infos concernant un produit :

1. Sa composition
2. Les allergènes (personnalisés)
3. Les avis de consommateurs
4. Le mode d'emploi
5. Le prix recommandé (pourquoi pas ?)
6. Impact environnemental

Ainsi le produit devient son propre support de communication et ramène le digital en point de vente.

Ce n'est pas un petit "move" mais un vrai changement qui va arriver !
La révolution est déjà en marche avec Barcodepedia qui recense tous les codes barre de vos produits, Stickybits ou encore Goodguide qui note les produits selon leur plusieurs critères écologiques.
Tous ces services sont, pour le moment, complètement UGC (User Generated Content), il est donc plus que nécessaire que les marques réagissent en développant leur propre application évidemment.
Cela leur permettrait d'être innovante mais aussi et surtout d'ajouter des informations pertinentes et UTILES au moment du choix d'un produit :
- Outil d'aide au choix
- Mode d'emploi
- Conseil d'une égérie par exemple
- Publicité pourquoi pas
Et de manière plus générale, les marques doivent absolument se réapproprier (à minima participer au contenu) leur code barre et donc leur produit.
L'avantage d'être dans une agence comme Nurun c'est que l'application est déjà prête chez nous pour tous les annonceurs qui souhaiteraient explorer ces pistes et évidemment elle est modulable selon les besoins.
Nous avons résumé tout cela dans une chouette présentation que je vous invite à découvrir tout de suite !
  • 8 Commentaires

Pourquoi la communication digitale surpasse les autres ?

Il y a des présentations sur Slideshare qu'il ne faut pas manquer, celle-ci en fait clairement partie !
Réalisée par le blog spécialisé sur le display, Bannerblog, cette présentation nous explique les 6 fondations de la communication digitale exemples à l'appui (tous sont cliquables).
Une présentation simple qui donne envie de se décarcasser...
En résumé les 6 fondations sont :
1. L'interactivité (ne ratez surtout pas l'exemple de Pringles ici)
2. La customisation
3. La contextualisation
4. Le divertissement
5. La Jouabilité
6. L'utilité

Beaucoup de choses sont passionnantes dans cette présentation je trouve :

1. Ils font le tour de ce que peut apporter le digital
2. Ils nous prouvent que les bannières peuvent être hyper créatives.

Il faut savoir que la bannière en agence, c'est un peu le parent pauvre, un peu la punition pour le créatif qui va devoir se la taper alors qu'en fait, ca peut être un concept en tant que tel.
Il "suffit" de se creuser les méninges un peu plus...
Pas étonnant que les chiffres nous montre que seulement 6% des internautes cliquent vraiment sur les bannières (et ce sont toujours les mêmes). La pauvreté créative ne donne pas forcément envie.
Ici sans être intrusif, vous allez pouvoir découvrir ce qui se fait de mieux dans le domaine.
La présentation se termine sur une touche de bon sens mais qui manque de plus en plus malheureusement : penser d'abord à votre cible avant de penser technologie.