• 22 Commentaires

Les médias sociaux ne sont pas un média !

Ouch la désillusion ! En même temps je ne peux pas vous en vouloir, le nom était trompeur…

Qu'est ce que je viens encore compliquer le discours ?

Un titre qui peut sonner de manière bizarre puisque l'on pourrait s'attendre comme leur nom l'indique que les "médias sociaux" soient un "média" après tout.
Qui dit Média, dit "achat" aussi, dit diffusion de "publicités" sous une forme ou une autre…
Alors oui les médias sociaux peuvent se faire support publicitaire quand on y achète de la visibilité dans un plan display général au même titre que n'importe quel portail mais est-ce vraiment cela dont on parle quand on dit qu'il faut s'intéresser aux médias sociaux ?
Vous connaissez d'ores et déjà la réponse : évidemment pas puisque quand on parle médias sociaux, on parle surtout d'échanges humains…
Pour moi les médias sociaux sont surtout une nouvelle manière de consommer le web que les marques doivent désormais intégrer.
Cela signifie, comprendre les nouveaux modes d'interactions et les intégrer dans les stratégies de communication (rentrer dans le conversationnel….on ne va pas détailler ici, je pense que vous commencez à connaître le discours).
C'est peut être un détail, mais je trouve que ca va mieux en le disant parce que de nombreuses marques en restent encore dans une compréhension binaire : médias sociaux = médias complémentaire  = "comment je vais réussir à vendre plus de produits avec ma page Facebook", "quel plan média sur les médias sociaux ?"…

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. Thibaut wrote…

    Eh oui… c’est une lutte de chaque jour!!! Et quand on pense que souvent (trop souvent), beaucoup d’équipes marketing résument, rapidement, media sociaux = une page Facebook = conversation!

    Allez… on se relance dans un joli ppt pour prouver le contraire, et essayer de faire comprendre que le social media est vaste et qu’il faut de vraie stratégie!

  2. Genaro wrote…

    Pardon mais un media, c’est avant tout le support d’un message. Que le message soit publicitaire ou non.

    Le fait que les entreprises ne puissent pas les utiliser pour des messages publicitaires n’en font pas moins des médias… supports de millions de messages tous les jours

  3. Manuel Atréide wrote…

    @ toutes et tous …

    comme Genaro, je suis en désaccord avec cette définition d’un média. Achat, espace publicitaire, ce n’est pas une définition d’un média, en tout cas pas la seule. Que dire dans ce cas d’un journal comme le canard enchainé ? Aucune publicité dans ses pages ! Aucun espace, pas de possibilité pour une entreprise d’y communiquer ! Selon vous, le canard ne serait alors pas un média ?

    En revanche, si le propos est de dire que les « médias » sociaux ont leur spécificité et qu’une entreprise en peut pas débarquer pour communiquer efficacement dessus sans les avoir analyser, appréhendé leur mode de fonctionnement, je suis d’accord. Mais là, il y a un raccourci trop fort qui affaiblit le propos !

  4. Oliviercadinot wrote…

    De façon très spontanée, je dirais que les medias sociaux ce sont avant tout des Hommes qui interagissent à travers des outils ou des supports, que ces outils/supports soient digitaux ou non, du moment qu’ils favorisent la conversation et l’échange de contenu.

    Je réalise une action social media lorsque je recommande mon casque sennheiser hd 650 à ma voisine de droite qui s’intéresse aux « casques fermés » dans un autobus bondé…

    Les trajectoires de transmission d’un message de marque sont hiératiques et très difficiles à tracer (d’où la difficulté à mesurer le ROI). La seule certitude, c’est que le véhicule du message reste avant tout l’humain et non les outils , les supports ou les interfaces qu’il utilise.

  5. Oliviercadinot wrote…

    Les trajectoires de transmission d’un message de marque sont erratiques et non hiératiques ^_^

  6. greg wrote…

    Merci pour ton ajout !
    Il semble dans les commentaires suivants que les gens ne soient pas d’accord 🙂

  7. greg wrote…

    Je ferais une autre note concernant le sujet que tu abordes…demain ?

  8. greg wrote…

    Oui effectivement un médium reste un moyen de faire passer un message mais je parle avec la vue d’un communicant et dans la compréhension du milieu de la pub, malgré tout, média = achat média, tu ne crois pas ?

  9. greg wrote…

    Effectivement ton exemple est très parlant comme l’est 60 millions de consommateurs d’ailleurs ou d’autres…
    Cependant, si tu prends le point de vue d’un publicitaire, généralement ils font un raccourci de média = achat média, c’est ce que je voulais dire au travers de cet article.

  10. Lucile Eurêka wrote…

    Comme Genaro et Manuel, j’ai un peu tilté sur ton titre… même si je comprends l’idée exprimée. Les media sociaux, sont pour moi, bien des media, qui ont le propre d’être « sociaux », et la définition d’un media ou d’une entité média, n’est pas dépendante d’une relation investissement publicitaire (même si c’est le business model le plus courant) pour exister. Aussi, je comprends ton idée de vouloir dire qu’on achète pas du media social, comme on achète de la visibilité sur media trad’… (bien qu’on puisse le faire mais voir pour quelle efficacité, ce n’est pas là que repose leur aspérité et réel intérêt). Les media sociaux font partie de ce que certains appellent les « earned media », des media au sein desquels les marques peuvent essayer de s’insérer (enfin dans les conversations qui s’y passent), si elles sont capables d’attirer l’attention et si l’approche y est adaptée. C’est là, où ils sont considérés comme des media « qui ne s’achètent », ce qui ne veut pas dire, qu’ils sont gratuits. Et une stratégie MS, qui va jouer sur ces ressorts, ne va pas forcément être efficace et pertinente, pour toutes les marques et problématiques. En tant que marketers, on oublie souvent que l’invasion des messages publicitaires et la saturation d’informations, auquel chaque individu est soumis chaque jour, peuvent aussi déterminer un refus d’intrusion « dans certaines sphères ». Dans les media sociaux, c’est l’usager, l’utilisateur, l’individu, le media principal, et les marques pour s’y faire une place, doivent comprendre et intégrer, tout l’intérêt du marketing permissif, et d’une autre posture de marque, en général.

  11. Genaro wrote…

    non je ne crois pas.

    Prenons l’exemple fB.
    Il est possible de faire du display sur facebook, et donc de communiquer sur un média social avec un ciblage pointu sans utiliser les messages internes de facebook.

    Il est aussi possible d’avoir une autre posture en communication, avec des ambassadeurs qui initient des dialogues (bons ou mauvais mais c’est un autre débat) via des pages facebook.

    Le budget com’ se déplace d’un achat brut et d’une négo avec un support vers des ressources qui ont des capacités à engager des conversations et créer de la conifiance.

    Bon après c’est juste mon avis 🙂

  12. Fredouat wrote…

    Bah pour le coup je défendrai notre bon Greg.

    Définition de base du média:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9dia

    Un média est traditionnellement une interface de diffusion de l’information, avec un diffuseur et un receveur. Ainsi, le media est un « intermédiaire », comme son étymologie le suppose.
    Les réseaux sociaux, tout comme le mail, le courrier et le téléphone, ne sont pas des medias, mais des canaux de communication. Pour bien comprendre et utiliser les réseaux sociaux en marketing, il faut donc chercher à les utiliser plus comme les canaux de communication traditionnels que comme les medias de type télé, radio ou presse écrite.

    Là où le media s’est d’intermédiaire entre l’annonceur et la cible, le canal de communication lui permet une liaison directe entre les deux. Les réseaux sociaux ne sont pas des medias.

    Bref, encore une fois, 100% d’accord avec Greg
    Tu m’énerves d’ailleurs à mettre souvent le doigt sur les détails qui me gênent avant que je n’ai eu le courage de les formuler dans un billet 😉

  13. Oliviercadinot wrote…

    @ Fredouat : je suis totalement en phase avec ton commentaire. J’apporterais tout de même un bémol : il me semble que dans le mécanisme de bouche-à-oreille, l’homme devient le media lui même puisqu’il relaye un message d’un individu A à un individu B (via des plateformes communautaires digitales ou plus classiquement lors d’une conversation au café…). De ce point de vue, les medias sociaux pourraient à juste titre se concevoir comme des medias.

    Pour moi ce n’est pas encore très clair, cela prouve qu’il y a un vrai travail de normalisation et de terminologie à réaliser.

    @Greg : tu m’énerves aussi

  14. greg wrote…

    C’est ce que je dis aussi : faire du display sur facebook c’est possible mais est ce que c’est bien de cela dont on parle quand on fait du social média ???
    Quant aux dialogues, je suis tout à fait d’accord avec toi mais nous sommes alors dans une posture tout à fait différente pour moi loin du R.O.I. et des techniques habituel

  15. greg wrote…

    De toute évidence nous sommes d’accord et c’est tout à fait ce que je voulais signifier à travers ce titre !
    En tous cas ca fait débat et c’est ca qui est intéressant après tout !

  16. greg wrote…

    Désolé aussi mais merci pour les apports très riches en tous cas 🙂

  17. Patrick Attallah wrote…

    En fait, à y regarder de plus près, ‘média social’ se compose de deux mots: ‘média’ et ’social’.

    Ceci nous permet de réaliser que l’attention devrait être à 90% sur le social et 10% sur le média.

    Ceci ne veut pas dire que les médias ne jouent pas un rôle, bien au contraire, car sans média le social ne peut se faire. Mais la formule des 90/10 reflète bien que la valeur réside dans le social, ceux qui la créent.

    Un simple exemple (à petite échelle):
    – Une technologie sociale (Twitter) est crée (social)
    – Je (social) Tweet une réclamation à propos d’une marque (média)
    – Un représentant (social) de la marque utilise la même technologie sociale et découvre ma réclamation (social)
    – Le représentant (social) de la marque me contacte (média)
    – Nous engageons une conversation (média)
    – Mon problème est résolu( social)
    – Le représentant de la marque (social) découvre un moyen pour améliorer leur service clinetème – permettant ainsi une meilleure efficacité pour la marque et le consommateur (social)
    – Je (social) tweet à mes amis ma satisfaction du résultat positif (média)
    – Je (social) recommande le représentant de la marque à mes amis (social).

    Comme tu le dis dans ton billet, ‘c’est peut être un détail’, mais un détail de taille…

  18. greg wrote…

    Excellente démonstration, merci beaucoup !
    Tu as tout à fait raison, les médias sociaux sont avant tout « social » que « média », c’est exactement ce que je voulais faire passer comme message !

  19. twitter.com/naro wrote…

    Je comprends la nuance que tu fais, et suis tout à fait d’accord avec la part sociale qui est dominante dans les commentaires plus loin.

    Mais si tu es capable de trouver une différence entre « une interface de diffusion » et un « canal de communication », chapeau.
    L’émetteur n’est pas forcément un annonceur dans un média.

    Je rejoins Greg, les médias sociaux ne sont pas des médias traditionnels, notamment du point de vue d’un publicitaire ou d’un annonceur, mais ils restent des médias.