• 6 Commentaires

Retour sur un petit WE à Genève

Img_1589De manière exceptionnelle, pas de note du dimanche hier mais c’était pour une bonne raison.

J’étais en Suisse, et plus précisément à Genève, invité par le groupe Accor pour venir découvrir leur nouvelle gamme d’hôtel  : M Gallery.

Comme vous le savez, Accor est le plus grand groupe hôtelier français présent sur le marché par différentes marques répondant chacune à des attentes clients très précises.

Toutefois, il leur manquait encore la nuance entre haut de gamme et luxe car parmi les Sofitel, on pouvait trouver des hôtels de factures différentes.

Avec ce nouveau label, Accor marque ses hotels haut de gammes (quelque soit l'enseigne) mais qui n'entrent pas dans la catégorie "luxe" (reception imposante, salle de sport, nombre de chambre...), après tout est une question d'attente et de prix bien sur...


Je peux vous le dire, ca m’allait très bien à moi surtout que le personnel est vraiment chaleureux et que l’hôtel est idéalement situé (nous avons tout fait à pied) dans le centre ville.

A priori mes quelques expériences Suisse n’ont jamais été très probantes mais en choisissant Genève (on avait le choix entre plusieurs villes), j’ai découvert une ville définitivement différente de mon imaginaire !

Passé les belles voitures (non ce n’est pas un mythe), on se trouve dans une ville saine (vue sur le mont blanc, baignade dans un lac Leman à 23 °, ville propre…), jeune (soirée electro tous les soirs en plein air (ile Rousseau), discussions entre potes au bord du Rhône (dans lequel on peut se baigner aussi, c’est dingue…)) mais également chargée d’histoire (une superbe architecture et des personnages célèbres (la honte sur moi, je ne savais pas que Rousseau était Suisse)). Voir les photos ici

En fait, la ville avait des allures de villes de vacances : gens en maillot de bain, claquettes et lunettes de soleil vissées sur la tête, ils ont même construit des plages de sable sur le lac Leman et on sent bien que la qualité de vie est vraiment top !

En quelques mots, nous avons : loué un petit bateau à moteur pour se balader sur le lac, rencontré un porcinet très mignon en pleine ville (et non Georges Clooney n’était pas derrière), visité le musée de la montre, visité le musée d’arts modernes, visité le musée de Jean Jacques Rousseau (ce qui m’a donné envie de me replonger dans les classiques), balader dans la vieille ville, visité la cathédrale et profité de la vue de ses tours…bref un WE bien rempli.

En tous cas, je vous conseille à tous d’aller faire un tour dans cette ville pour laquelle j’ai eu un vrai coup de cœur tellement la vie y semble douce…

  • 13 Commentaires

Sur l’utilisation de l’homosexualité dans la publicité

Un peu en réaction à cette dernière pub de Heinz et un peu aussi parce que le sujet me trotte dans la tête depuis quelques temps déjà, voici ma petite réflexion sur le sujet.

Il y a encore peu de temps, le monde de la publicité était 100% hétéro, situation qui a évoluée au fur et à mesure.

A priori, on pourrait se dire qu’il s’agit là d’une intégration de cette communauté et par conséquent de son acceptation par les hétéros (la pub est à l’image de son temps après tout).

Toutefois si on y regarde de plus près, la réalité n’est pas aussi claire.

Dans un 1er temps, l’homosexualité était uniquement utilisée dans la publicité pour les maladies sexuellement transmissibles ou par les organismes militant à l’égalité entre les hommes (hétéro ou gay) : eux aussi ont le droit à une vie de patachon d’abord !

Si vous souhaitez d'autres exemples, en voici ici, ici ou encore ici.

Ensuite, la publicité grand public s’est emparée du phénomène gay alors qu’il devenait tendance. Sans volontairement être homophobes, ces publicités (souvent drôles, j’avoue) ont enfermé les gays dans un contraste avec les hétéros.

Rien d’étonnant me direz vous puisque finalement notre société (et la publicité dans son prolongement logique) a toujours joué sur l’opposition femmes Vs hommes. Les homos n’échappent donc pas à cette règle universelle. D’ailleurs, les adolescents en mal d’affirmation (et pas que eux) de leur sexualité n’hésitent pas à utiliser des termes homophobes sans pour autant réfléchir à la signification de leur propos.

Une fois de plus, vous trouverez des exemples ici, ici, ici, ici, ici ou encore ici.

Bien entendu, je n’oublie pas le second et troisième rôle dans lesquel on emploient très volontiers les homos à savoir les dramaqueens (exemples ici, ici, ou encore ici) ou les bodybuildés.

S’il est vrai que les homos prennent souvent plus soin d’eux et par conséquent sont leader d’opinion sur un ensemble d’éléments, l’univers du luxe use et abuse de ces éphèbes aux tablettes de chocolat (au grand plaisir d’Embruns d’ailleurs ;) de manière très ambigüe (personne ne dit qu’ils sont homos finalement).

2271645301_b7247a61d7_o

D’ailleurs, en ouvrant un magazine homo on se rend compte en 2 minutes que les publicitaires sont peu imaginatifs (ou prennent les gens pour des idiots) en mettant des mecs à poil pour vendre n’importe quoi que ce soit une chemise ou un parfum pour chien.

Pour sa défense il faut bien dire que la publicité se doit d’aller directement au but, sans pouvoir laisser de la place à la nuance. Les idées doivent être vendues sur 1 page (pour la presse) ou en 30 secondes (pour la TV). Aucun intérêt d’utiliser l’image de l’homo si ce n’est pas pour s’en moquer ou admirer son corps d’athlète (allez au Bears den à Paris vous verrez qu’ils ne sont pas tous comme ca) !

A l’initiative des associations luttant contre les maladies sexuellement transmissibles, quelques entreprises comme MTV, Guinness, Absolut, Hyundai ou encore Levi’s (voir ci dessous) comprennent qu’il faut adapter le message à cette cible sans forcément tomber dans les clichés. On ne se moque pas, on ne ghettoïse pas, on accepte la différence avec respect tout simplement.

 

Pour conclure (et j’ai fait exprès de ne pas aborder le point avant), je relèverais juste le fait que bien souvent dans ces caricatures au goût douteux, homosexualité = bite.

En effet, les lesbiennes, moins caricaturables (je sais le mot n’existe pas) je suppose, sont peu ou pas utilisée et finalement n’apparaissent quasi que dans les publicités pour le HIV.

Enfin, je ne suis pas dupe, la publicité a toujours utilisé les caricatures pour vendre (les blondes aux gros seins (t-shirt blanc transparent inside), les noirs qui courent vite ou qui en ont une grosse….).

Ces pubs fonctionnent sur moi aussi (je ne pourrais pas maintenir l’inverse) cependant je ne saurais trop conseiller aux marques de prendre en considération (quand cela peut s’avérer pertinent) les homosexuels (et les minorités de manière générale) et de les micro-cibler avec des messages spécifiques qui se montreront d’autant plus efficaces.

  • 5 Commentaires

Concernant la publicité TV sur le pouvoir d’achat

Ce qui se passe depuis le WE dernier est vraiment intéressant je trouve.
D’un coté, nous avons des français qui ne comprennent pas les mesures et qui se plaignent régulièrement que l’état communique peu, pas ou mal.
D’un autre coté nous avons la réponse de l’état, plutôt « moderne » avec cette campagne pub TV sur le pouvoir d’achat.
C’est rigolo de voir les gens crier au scandale alors que finalement 4 M€ au niveau d’un état c’est vite dépenser en communication : un petit mailing papier un peu quali à 2 millions de nos concitoyens et hop, les voilà envolé en fumée…personne n’y voit rien et ca ne choque pas plus.
Par contre, une campagne TV…impossible de passer à coté !
Du coup, ca fait parler mais pas forcément dans le bon sens car on parle beaucoup plus de la campagne et de son prix que du contenu finalement.

Personnellement j’y vois plusieurs messages :
1.Publicité TV = visibilité
2.Publicité TV = cher
3.Publicité TV = pas sérieux voire propagande (dans le cas de l’état)

En dehors du fait qu’ils ont mal choisit leur 1er sujet (le pouvoir d’achat sérieux les gars, vous vouliez monter sur l’échafaud ?), cela prouve que le support peut être efficace mais est également un moyen de communication qui n’est pas forcément le plus pertinent pour l’état. En tous cas pour cette campagne, ca semble rapé même si je suis convaincu que les francais n'auront jamais aussi bien compris les mesures prises par l'état
D’ailleurs, nous sommes habitués à ce que les politiques soient toujours à la pointe de la communication, et là, c’est un peu 1.0 tout ca. Les gens ont envie de discuter, ont envie d’être écoutés, j’aurais presque envie de leur conseiller de mettre en place une plateforme de feedback 2.0 afin que les gens puissent poster leur idées et que les autres puissent les voter afin de faire monter les questions les plus pertinente – bon évidemment on sait tous que ca ne fonctionnerait pas car ca serait complètement vérolé par les différents lobbies et qu'en plus seul 50% de la population est connectée (sans que ce soit forcément ceux qui ont des problèmes de pouvoir d'achat, bref...).
Quoiqu’il en soit, l'état communique sans arrêt et je trouve intéressant qu'ils tentent de nouvelles manière de faire mais j’espère que la prochaine fois, ils sauront trouver un moyen un peu plus collaboratif…

  • 4 Commentaires

Y3 : Un cas d'école de Cobranding entre adidas et Yohji Yamamoto

Y3_2 Que ce soit au travers de H&M ou d’autres, nous assistons de plus en plus à du co-branding entre des marques de luxe et des marques grands publics.

Les 2 marques s’y retrouvent généralement mais il s’agit principalement de coups commerciaux.

Adidas a une stratégie un peu différente et a décidé de faire du co-branding sur le long terme avec Stella Mac Cartney et Yohji Yamamoto.

Si le 1er partenariat fonctionne bien, le second connaît un véritable succès qui profite aux 2 marques.

En effet, en 5 petites années, Y3 a réussi a se créer un véritable positionnement sportwear luxe sans cannibaliser aucune des 2 marques initiales.

Cela signifie des ventes complémentaires (et donc du CA) mais également une manière de positionner les marques mères (plus fashion pour adidas, plus grands public pour Yamamoto).

Du coup 2 collections par année et des boutiques en propre pour cette nouvelle marque ainsi qu'une boutique on-line.

Toutefois, le succès est tel qu’Y3 devient plus rentable que la marque de luxe.

Yoshi Yamamoto revisite complètement les codes de la marque aux 3bandes, utilisent des matières beaucoup plus nobles aussi.

Un segment que les autres marques n'arrivent pas vraiment à toucher car elles n'y sont pas vraiment crédible : ici adidas possède le savoir faire et les coupes à succès et Yamamoto l'audace qu'il manquait à la marque pour qu'elle se détache nettement des autres.

Alors bien sur il s'agit d'un micro segment de marché mais toutefois, je ne connais pas beaucoup d’aussi beaux succès dans le domaine du prêt à porter voire même plus largement dans d’autres secteurs.

Dommage qu'ils ne soient pas aussi bons en référencement parce que là y'a vraiment du boulot par contre...

PS : et j'ai vu un pull samedi chez eux à tomber !

  • 2 Commentaires

Ambiance musicale du dimanche : Y’a pas que les grands qui rêvent !

Hier c’était le jour le plus long de l’année, l’arrivée de l’été accompagné (à Paris en tous cas) d’un magnifique soleil (limite il aurait fait trop chaud – ben quoi j’suis un français donc j'suis jamais content pas définition).

Ah…..l’été ……

Il n’y a pas si longtemps, il annonçait la fin des cours, c’était l’époque où l’on commençait à jouer les caids en séchant les cours pour ne rien faire de particulier mais juste pour dire qu’on était libre et pour défier l’autorité.

C’était également l’époque des petits boulots (manutentionnaire à la Poste à Roissy en ce qui me concerne – 12h par jour) pour se payer de jolies vacances d’aout.

Les vacances parlons-en justement, les premières amourettes, la drague en boite de nuit et sur la plage, le bodyboard  sur les vagues de Seignosse, les  maisons louées avec tout les potes, les pyramides de cadavres de bières…que d’excellents souvenirs en ce qui me concerne

Allez coté musique, j’ose tout et vous l’aurez compris avec le titre, je vous place un son qui vous replacera dans l’atmosphère quoique à cette époque je n’écoutais pas forcément Mélody mais bon, le coté cheesy de la chose me fait craquer.

Bonne écoute et bon dimanche !

PS : vous avez vu une note musicale un 22 juin sans parler de la fête de la musique, sisi c’est possible.

  • 7 Commentaires

Karl Lagerfeld pour la sécurité routière

Securiteroutiere La sécurité routière a toujours des difficultés à faire passer efficacement ses messages : choquer - pas choquer ? Montrer du sang, de la tristesse - jouer sur celui qui doit conduire ?
Sur le site de la sécurité routière vous trouverez un historique des campagnes.
Pas simple tout cela !
Et pourtant leur dernière publicité pour le triangle de signalisation et le gilet jaune de sécurité (obligatoire à partir du 1er juillet) est juste excellente car ils ont réussi à choquer sans effusion de sang ni pleur !
Comment  ? En utilisant la vieille recette de la "star" bien sur mais en surtout en  se décalant complètement.
On est en droit de se demander comment Karl Lagerfeld a pu accepter la campagne, lui si égocentrique, mais cela fait 2 fois de suite que je vois qu'il se moque de lui même de bonne grâce.
Cela dit, ici il est utilisé comme référence de la mode finalement donc même s'il se moque un peu de lui, cette publicité ne fait que conforter le fait qu'il n'y a pas plus chic que Karl Lagerfeld et quelque part ca le fait non ?
En tous cas, le pari est à moitié réussi et on sens déjà le bruit monter autour de cette campagne.
J'espère qu'elledonnera d'autres bonnes idées dans le même genre à l'agence responsable de cette campagne.

source

  • 4 Commentaires

Erreur sur un site web : autant l'embellir !

Aujourd'hui je cherchais une imaeg pour une présentation power point, après une requête dans Google puis Flickr sans succès, je m'en vais sur Istockphoto souvent plus efficace pour de bonnes photos.
Et là : paf !
Je tombe sur cette page d'erreur :
Istock_photo Avouez que c'est plus agréable que de tomber sur une banale page d'erreur quand même.
Alors du coup, voici un petit best of que j'ai pu trouver sur le web.

Dans l'expérience utilisateur cela peut même donner une âme au site et marquer des bons points coté sympathie. Une chose à ne pas laisser de coté donc.

N'hésitez pas à en poster d'autres (enfin des liens) via les commentaires si ca vous tente.
Bon visionnage en tous cas :
Error_technorati_3 Cssleak_3 Galiacho_3 Iamww_3 Jackfig_3 404errorpages06 404scythenet Nextwave_2Source et merci Polo


Téléchargez gratuitement le dernier livre de Dave Balter et parlez en autour de vous !

Première question peut être : Qui est Dave Balter ?
Dave a tout simplement créé la toute première plateforme de marketing par le bouche à oreille (Bzzagent) aux USA, il est également l’un des fondateurs du WOMMA (word of mouth assocation), bref, il maîtrise véritablement son sujet et a en déjà fait plusieurs ouvrages d’ailleurs !
Il vient de sortir son nouveau bouquin « The Word of Mouth Manual » et a décidé pour le lancer de demander à 20 blogs marketing de le proposer en téléchargement libre donc gratuitement.
Culture-buzz est le seul site Européen parmi ces 20 et si cela vous intéresse (et je peux vous assurer que vous ne serez pas déçu) vous pouvez cliquer ici et le récupérer.
Vous pouvez bien évidemment acheter le livre également sur Amazon (vous recevrez en plus une œuvre d’art unique signé Seth B Minkin).  D'ailleurs 5 livres sont à gagner en laissant un commentaire sur la note de Culture-buzz.Dave_balter
Ensuite Dave a décidé de propager son livre par le pur bouche à oreille en le distribuant aux membres de sa plateforme – je trouve l’initiative vraiment intéressante car quand on lit un bouquin que l’on trouve de qualité, on ne se contente pas d’un pdf et on va donc aller l’acheter et éventuellement en acheter plusieurs pour ses salariés…
Dave explique sur la Haward Business Publishing la manière dont il voit les choses, mais clairement, même si donner du contenu au contenu aux consommateurs peut paraître risqué mais finalement le meilleur pitch pour un bouquin, c’est le bouquin lui-même.

  • 5 Commentaires

sitaspasdamis.com : Curly se lance dans le viral

Je viens de recevoir un petit mail pour me faire découvrir le nouveau clip "viral" pour la marque Curly fait ecris et interprété par Mouloud (vous savez le mec de Canal plus).
Le concept est : "Si t'as pas d'amis mange un Curly" avec ce clip donc mais également un blog et un mini site qui sera lancé demain.
Comme je l'expliquais déjà l'an dernier, le rap ou la musique moderne sont toujours casse gueulle pour une marque mais ici les codes sont respectés, la marque n'apparaît pas trop, la chanson fonctionne bien, bref Mouloud a bien fait son taff !
Par contre, je trouve un peu dommage que le blog soit mal construit avec une note par page (merci Roycod) (j'attends de voir ce que va donner le mini site qui sera en ligne que demain) et surtout qu'ils aient repris le concept de Knacki Ball (C'est bon d'avoir les boules) d'autant plus pour une marque qui évolue dans le même univers à savoir le snacking.
En effet, Knacki Ball s'est bien installé sur ce creneau avec leur publicité bien sur mais également avec un blog qu'ils tiennent vraiment bien à jour !

  • 10 Commentaires

Quelle logique pour lancer et acheter un 4*4 en 2008 ?

Je ne sais pas pour vous mais j’essaie de suivre un peu l’actualité et ce que je lis d’un coté, c’est la baisse du pouvoir d’achat, c’est le prix d’un baril de pétrole qui n’arrête pas de s’envoler avec des prévisions à $250 dans peu de temps. Je lis aussi un net retour sociétal au vert, au pur, en 2 mots, à l’écologie.
Et puis d’un autre coté, je lis que des marques comme Renault ou Ford lancent de nouveaux 4*4 juste après Citroën d'ailleurs….
En dehors du fait qu’ils arrivent sur le tard de la grosse vague d’il y a quelques années, je me dis 2 choses :
-Quelle responsabilité pour Renault de lancer des voitures si gourmandes en essence ?
- Quel cohérence d’acheter ce type de voiture en 2008 ?

En voyant cette note chez Capucine, je me suis dis que je devais être un peu bobo et que finalement seule les marques de luxe (Mercedes, BMW, Audi, Porsche, WV) s’étaient déclinées en 4 roues motrices et que finalement ces produits Me-too de Renault et Ford pouvaient permettre à une couche plus modeste de la société d’accéder à une certaine image du luxe.
Et puis finalement ces voitures sont spacieuses et correspondent bien aux besoins d’une famille au même titre qu’un monospace.
On pourra également me rétorquer que ce ne sont pas vraiment des 4*4 mais des véhicules en gamme SUV mais malgré tout je me questionne…
A la vitesse ou vont les choses les heureux propriétaires de ces voitures ne pourront bientôt plus se payer de quoi les faire avancer et ne pourront jamais les revendre ou alors à un prix dérisoire…
On se peut se dire que Renault et Ford ne pouvaient pas passer à coté de l’opportunité marché, mais quid de celle des voitures hybrides qui leur apporteraient en plus d’une bonne conscience un lot de RP non négligeable ?
Nous verrons bien si ces lancements booste le marché des 4*4 qui, je crois, commence à décroître, moi je me dis (et j’espère) que ces lancements pourraient couter cher à ces 2 marques…
Quant aux possibles acquéreurs je leur conseillerais d’attendre la revente des 4*4 de luxe qui eux aussi devraient connaître quelques difficultés sur le marché des secondes mains…