• 9 Commentaires

Acheter des produits de luxe sur Internet ?

Vuitton_1
Ma note précédente terminait tout juste sur les marques de luxe. Parfaite transition pour cette note car jusqu’à très récemment, ces dernières utilisaient les sites Internet principalement en qualité de vitrines tout de flash vêtues. elles ont d’ailleurs très souvent des sites technologiquement avancés (forcément elles ont les sous) bien que je ne sois pas fan (voire l’inverse) des sites entièrement faconnés en flash mais c’est un autre débat…

Quoiqu’il en soit , peu à peu, les boutiques s’ouvrent, d’abord sur le territoire
national (Hermès, Vuitton et Dior) puis de manière plus globale.

D’après une étude du pôle stratégies de PPR, le CA mondial
du luxe sur Internet, estimé entre 7 et 9 milliards de dollars devrait croître
de 24% par an pour atteindre de 21 à 27 milliards en 2010.

Ces sites doivent pouvoir toucher (selon le pôle stratégie
de PPR) :

 Les clients qui ne disposent pas de
points de vente à proximité

 Les clients qui n’ont pas le temps de se
déplacer mais qui connaissent bien les produits

 Les amateurs de bonnes affaires

Internet est donc vécu plutôt comme un service rendu à une
clientèle toujours plus exigeante que comme un circuit de vente à part entière.

De mon coté, il me semble que l’on achète pas une boite de
petits pois comme on achète une paire de chaussure à 500€, ce n’est pas
qu’une question de possession mais un plaisir d’assouvir un désir d’acheter, de
choisir, de toucher : une part de rêve, un ensemble de sensation qu’Internet ne peut pas
apporter.

Il est des produits et des services qui ne peuvent pas se
transposer sur Internet il me semble et la distribution sélective a donc encore
de beaux jours devant elle selon moi…

gregfromparisAuteur: Grégory Pouy

Comments :

  1. wrote…

    ce qui va être intéressant, c’est de voir comment les marques vont gérer leur politique de prix, qui pour le même produit, diffèrent grandement selon les pays – raison pour laquelle les touristes asiatiques se ruent dnas les magasins de luxe à Paris et se voient imposer des quotas dans les boutiques (les produits de luxe sont surtaxés jusqu’à 30% en Chine, et j’ai lu quelque part que les sacs pouvaient coûter jusqu’à 5 fois plus cher)
    Du coup on risque de voir des quotas d’importation fleurir à l’entrée de certains aéroports, ou des lois comme en France qui interdisent de vendre plus de 10 objects identiques à un client étranger…

  2. GreG (Little Big Blog) wrote…

    Je suis entièrement d’accord avec toi Greg, internet ne peut pas remplacer ces sensations, et « décliner » toute cette chaîne qu’est la pulsion d’achat : se déplacer, rentrer dans un beau showroom, être accueilli par de belles vendeuses, regarder, toucher, essayer, être conseillé…mais aussi, passer à la caisse en sortant « froidement », style je suis blindé, sa carte visa à défaut d’avoir une Platinum…Maintenant, c’est vrai que quand je vois les files d’attente lors des premiers jours de soldes, ça me fait flipper et je n’irais pas jusque là.

  3. greg wrote…

    Merci Stéphane, je vais aller voir ton blog très vite du coup !

  4. iris wrote…

    Je trouve pour moi que le plaisir d’acheter des produits luxe c’est aussi d’aller dans des magasins qui n’ont rien à voir avec la boutique du coin….
    Le plaisisr de marcher sur une moquette de 20 cm d’avoir du mobilier de Designer et plein d’autre belle chose…..Lorsque l’on met le prix pour un objet la boite est aussi importante que l’oblet alors internet même si le site est très beau ça ne remplacera pas la boutique avenue Montaigne!!!!!

  5. Frogita wrote…

    Si il n’y a aucun avantage pécunier, franchement je garde le plaisir d’aller dans la boutique !

  6. Mathilde wrote…

    Tout dépend, en fait… Je suis capable de repérer un produit de luxe dans une boutique, d’être pleine de mauvaise conscience par anticipation parce que c’est hors budget, et de finalement craquer à 2h du matin sur le site de la marque.

    Il y a également un autre facteur à prendre en compte, c’est la mutation des habitudes d’achat sur le web : il y a deux ans, les internautes recherchaient surtout les bonnes affaires. Aujourd’hui, ils cherchent des produits spécifiques ou difficiles à trouver, ainsi qu’un confort (la livraison).

  7. greg wrote…

    Mathilde > on voit la shoppeuse addict…
    Plus sérieusement, il y a clairement une évolution des achats sur internet et le phénomène que tu décris est effectivement de plus en plus en présent !

  8. [ma][nu] wrote…

    J’ai cliqué sur le lien Dior. Pfff on ne peut même pas acheter de montre ou de ptit blouson online 😉